En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 35 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 12 heures 27 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 14 heures 16 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 14 heures 49 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 15 heures 9 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 16 heures 3 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 10 heures 25 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 12 heures 22 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 14 heures 59 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 16 heures 51 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 9 heures
17/05/2020 - 14:40
"La France est forte quand elle se tient unie"

80 ans de la Bataille de France : Emmanuel Macron rend hommage au général de Gaulle

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron était en déplacement ce dimanche dans l’Aisne pour le lancement d’une série d’hommages au général de Gaulle. Le quatre-vingtième anniversaire de la bataille de Montcornet est célébré ce dimanche. Le 17 mai 1940, les chars du colonel de Gaulle lançaient une contre-attaque en direction d'un village de l’Aisne. Cet évènement a pris une grande importance car il a marqué l’entrée en guerre d’une figure majeure de l’histoire de France : Charles de Gaulle.

En mai 1940, le colonel de Gaulle se voit confier une nouvelle division cuirassée alors que l’ennemi déferle sur le pays. Les Allemands ont fait céder les défenses françaises dans les Ardennes et leurs Panzerdivisions se ruent vers l’ouest pour isoler les armées alliées engagées en Belgique et dans le Nord. De Gaulle et ses hommes sont envoyés dans l’Aisne. 

Lors de ce déplacement de dimanche, Emmanuel Macron s’est rendu au village de Dizy-le-Gros. Le chef de l’Etat s'est également recueilli devant un monument à la mémoire des combattants de la "Bataille de France" en mai 1940.

Dans la commune de La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, le président de la République a prononcé un discours pour saluer l'action de Charles de Gaulle. Il y a 80 ans jour pour jour, à l'aube, l'ancien chef de la France libre avait lancé la 4e division cuirassée pour tenter de freiner la progression de l'armée allemande dans le nord et l'est de la France.

En plus de l’hommage à de Gaulle, les mots du président de la République faisaient également songer à la crise sanitaire actuelle traversée par le pays :  

"L'esprit français qui jamais ne se résout à la défaite, qui choisit la conquête et embrasse l'audace. De Gaulle nous dit que la France est forte quand elle sait son destin, quand elle se tient unie, qu'elle cherche la voie de la cohésion au nom d'une certaine idée de la France, qui nous rassemble par-delà les discordes alors devenues accessoires. […] Ce colonel-là était exceptionnel, c'était de Gaulle. […] Charles de Gaulle incarne cette résolution, cette force d'agir, cet esprit français. Vive la République, vive la France". 

Le président de la République a tenu à saluer la capacité de cet "esprit français" à permettre "au peuple de France de se redresser et de reprendre la grande marche de son destin".

A l’occasion de ces cérémonies de dimanche, le petit-fils de l'ancien président, Yves de Gaulle, était présent ainsi que le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, et le président de la Fondation de Gaulle, Hervé Gaymard.

Lors de cette année 2020, Emmanuel Macron a l’intention de célébrer deux autres anniversaires ces prochains mois en hommage au général de Gaulle : les 80 ans de l'Appel du 18 juin (au Mont-Valérien et peut-être à Londres si les conditions sanitaires le permettent), puis le 50e anniversaire de la mort de Charles de Gaulle, le 9 novembre 1970 dans sa propriété de Colombey-les-Deux-Eglises, en Haute-Marne.

A La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, dans l'Aisne, le chef de l'État souhaitait donc rendre hommage à la mémoire de Charles de Gaulle pour son action en tant que colonel à la bataille de Montcornet, il y a 80 ans.

Pour retrouver le décryptage et l'analyse d'Edouard Husson sur ces commémorations en ce 17 mai, cliquez ICI 

Publié le 17/05/2020 - 14:40
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 17/05/2020 - 16:29
Pour rendre hommage au Général,
il faudrait qu'il soit digne de diriger la France. Si il avait un brin de respect, il aurait agi autrement avec le Général De Villiers. Il ne suffit pas de dire "je suis votre chef". Un chef, ça se remarque rien qu'à sa GUEULE et ça en jette, ce qui est loin d’être son cas.