En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 29 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 54 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 14 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 55 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 13 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 19 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 17 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 7 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 20 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 2 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Bitcoin : est-il vraiment possible d'avoir une cryptomonnaie non-régulée ?

Publié le 28 février 2014
Mt Gox, un site japonais qui était la première place de marché de la monnaie virtuelle appelée Bitcoin (c'est-à-dire une place de marché où on peut échanger sa monnaie contre des Bitcoin et vice versa) a déclaré faillite.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mt Gox, un site japonais qui était la première place de marché de la monnaie virtuelle appelée Bitcoin (c'est-à-dire une place de marché où on peut échanger sa monnaie contre des Bitcoin et vice versa) a déclaré faillite.

L'attrait du Bitcoin est que, fondé sur une technologie open source, il n'est contrôlé par personne. Cela plaît à certains utopiens et technolibertarians, mais ça a une vraie utilité technologique également, au moins en théorie, car ça permettrait de faire beaucoup d'opérations—par exemple, des micropaiements, ou encore des transferts d'argent en plusieurs devises—de manière beaucoup plus simple, et sans devoir passer par les fourches caudines d'un système bancaire ultrabureaucratisé et dont les coûts de transactions sont trop élevés.

Seulement voilà : aujourd'hui, le monde est en train de se rendre compte des limites du libertarianisme débridé. Mt Gox, un site japonais qui était la première place de marché de Bitcoin (c'est-à-dire une place de marché où on peut échanger sa monnaie contre des Bitcoin et vice versa) a déclaré faillite. Pourquoi ? Des hackers ont exploité le site et volé tous les Bitcoin de Mt Gox— à la fois ceux de l'entité Mt Gox et ceux des clients qui transigeaient sur la place de marché.

Pour expliquer comment c'est possible, il faut expliquer comment fonctionne le Bitcoin. L'innovation de Bitcoin a été de régler le problème de l'identité du détenteur du Bitcoin. Si vous voulez payer en ligne, il faut prendre en compte la transaction ; autrement dit, il faut bien écrire quelque part que A a payé X à B ; et pour cela, il faut une autorité centrale — une banque ou autre entreprise de paiement— qui puisse bien authentifier que, oui, A a payé X à B. Ce qui crée des problèmes de fraude, parce que des fraudeurs essayent de se faire passer pour A ou B, qui nécessitent non seulement une entité centrale pour régler la fraude, mais des frais de transaction, car la fraude a un coût.

Bitcoin court-circuite tout le problème : “Bitcoin” est en réalité un gigantesque grand-livre virtuel qui recense toutes les transactions effectuées sur le réseau. Chaque ordinateur logé sur le réseau Bitcoin sert également à héberger ce grand livre. Toutes les transactions étant publiques, notées et enregistrées dans un réseau complètement décentralisé, il ne peut plus y avoir de doute — ni de fraude — sur le fait qu'une transaction a été faite. La corollaire de ça, c'est que Bitcoin n'a plus d'identité. Bitcoin enregistre des transactions, mais pas l'identité des transactants — court-circuitant ainsi le problème d'identification et de fraude. C'est du cash virtuel. L'argent que vous avez dans votre compte en banque n'existe pas : c'est juste une ligne comptable sur un ordinateur. C'est pour ça qu'on ne peut pas vous voler de l'argent sur votre compte en banque en ligne. Tout au plus un hacker pourra-t-il voler des informations, mais pas de l'argent. Si j'arrive à prendre le contrôle des serveurs de ma banque et que je crédite mon compte de 15 milliards d'euros, j'ai commis une fraude criminelle, mais je n'ai pas, à proprement parler, volé quelque chose dans le sens où si je vous vole votre portefeuille vous n'avez plus de portefeuille et moi j'ai ce même portefeuille. Si une erreur informatique fait passer votre compte en banque à zéro, la banque peut lui rendre son solde originelle d'un trait de plume (ou plutôt d'un coup de clavier) et ça ne lui aura rien coûté, à proprement parler.

Par contre, un Bitcoin a une existence, sinon physique, du moins bel et bien réelle : chaque Bitcoin est une séquence de chiffres, unique, faite pour être reconnue par le réseau Bitcoin. Ce qui explique que, comme des billets dans le coffre d'une banque dans un Western, des hackers aient pu “voler” quelque chose qui n'a pas d'existence physique, en l’occurrence tous les Bitcoin de la place de marché Mt Gox.

Mais il y a une autre raison pour laquelle ce qui s'est produit avec Mt Gox ne peut pas se produire dans le système bancaire traditionnel : votre compte en banque est garanti par l'Etat. Comme on l'a vu, l'argent que vous avez en banque n'existe pas à proprement parler. Et si tout le monde essayait de retirer son argent en même temps, la banque s'effondrerait, car elle n'a pas assez de liquidités pour rembourser tous ses comptes en banques en même temps. C'est le principe même de la banque : l'argent que la banque reçoit, elle le loue, et c'est ça qui crée l'activité financière, le crédit, et donc la croissance. Sans crédit, nous retournons à l'âge de pierre. La garantie de l'Etat existe pour empêcher un effondrement en cascade des banques qui détruirait l'économie, comme ce fut le cas pendant la Grande dépression. Même si toute votre banque part en fumée, votre argent est toujours protégé. Par contre, les créditeurs de Mt Gox, très probablement, n'ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Mais la corollaire de tout ça est que, puisque l'Etat assure les banques, il doit les réglementer pour être sûr que cette assurance ne va pas juste pousser les banques à prendre trop de risques avec l'argent de ses clients (puisque cet argent est assuré de toute manière). Et cette réglementation a, à son tour, une ribambelle d'effet pervers.

Que va-t-il se passer maintenant pour Bitcoin ? Nous verrons bien.

Les fans de Bitcoin expliquent que la faillite de Mt Gox n'est qu'un contretemps, que la technologie continuera à évoluer. Peut-être. Mais il semble difficile que Monsieur et Madame Tout-le-monde veuillent confier leurs Bitcoin à une institution sans les garanties solides que promet le système bancaire traditionnel. Mais les partisans de Bitcoin ne veulent pas des réglementations qui vont avec la garantie d'Etat des dépôts — c'est tout l'intérêt du Bitcoin. Certains expliquent que l'assurance privée peut jouer ce rôle de garant. Peut être. Ca sera intéressant à voir.

Mais ceux qui expliquent que Bitcoin est supérieur au système traditionnel parce qu'il n'a pas de coûts de transaction ne peuvent pas également expliquer que Bitcoin peut être rendu sûr par l'assurance — puisque l'assurance, par définition, est un coût de transaction.

Est-ce que Bitcoin peut encore être une technologie utile ? Peut être. Mais nous vivons dans une vallée de larmes et l'utopie est impossible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Frédéric Dumas
- 04/03/2014 - 08:30
une existence "bel et bien réelle"


"l'argent que la banque reçoit, elle le loue, et c'est ça qui crée l'activité financière, le crédit"

Le crédit ne provient que pour une part infime des sommes déposées par les autres épargnants. c.a.d. "louées par la banque". Le crédit est essentiellement constitué d'argent créé ex-nihilo par l'établissement financier, au moment de la signature du prêt par l'emprunteur. La banque gagne des intérêts sur quelque chose qu'elle ne possède pas.

Les documentaires de Paul Grignon (l'Argent Dette) l'expliquent de façon plaisante :

http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news


"des hackers (ont volé) tous les Bitcoin de la place de marché Mt Gox."

Pour expliquer le vol, vous reprenez l'image de bitcoins comparables à des pièces, des unités électroniques, en les opposants à la monnaie fiduciaire, dont nos comptes bancaires tracent chaque mouvement. Cette conception est fausse ; l'escroc ne vole pas des bitcoins, il vole les clés permettant d'en commander les échanges.

Le manque de place ne me permet pas de développer ici davantage. Je vous renvoie à mon récent billet sur le sujet :

http://blog.siteparc.fr/index.cfm?msg=674
Tane06
- 01/03/2014 - 23:12
Le Bitmachin c'est quoi ce truc?
Faudra qu'on m'explique comment on peut calculer la valeur d'une monnaie qui ne correspond à aucune économie nationale réelle? Le dollar zimbabween ne vaut rien, parce que l'économie du Zimbabwe est à la dérive. A l'inverse le Franc suisse est fort parce que l'économie Helvète l'est aussi. Mais le Bitmachin comment on fait?
ChrisV
- 01/03/2014 - 10:07
Bitcoin ne sera pas gratuit dans le futur !
On oublie souvent de dire que Bitcoin n'est pas intrinsèquement gratuit. Il a un système de commissions.

Pour l'instant il est optionnel et gratuit car le "protocole" rémunère par des bitcoins les miners (qui sont in fine un système de production décentralisé).

Mais ce protocole réduit la rémunération des miners de moitié tous les 4 ans. Donc pour que les miners continuent à traiter les transactions, les émetteurs (donc les acheteurs) vont devoir à l'avenir payer des commissions pour que leurs transactions soient traitées.

Or aucun système de paiement n'existe avec des commissions payées par les acheteurs. Ce sont toujours les vendeurs qui payent (même s'ils répercutent ce coût sur leur prix de vente). Tous les Paypal et consorts fonctionnent de cette manière.

Donc Bitcoin a un avenir potentiel comme devise mais pas comme système de paiement tel qu'il fonctionne actuellement. Comme devise oui peut-être