En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 37 sec
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 45 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 26 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 44 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 51 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 38 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 33 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Stagnation ou reprise en 2014 : l'Europe a-t-elle encore envie de l'avenir ?

Publié le 03 janvier 2014
Aujourd'hui, le marasme européen ne met plus en jeu l'existence de l'euro et du projet européen tel qu'on le connaît. Mais une réalité n'a pas changé : c'est le chômage de masse.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, le marasme européen ne met plus en jeu l'existence de l'euro et du projet européen tel qu'on le connaît. Mais une réalité n'a pas changé : c'est le chômage de masse.

Rendons à César ce qui revient à César : alors que ça n'a pas toujours été évident, les autorités européennes ont réussi à sauver l'euro. Il s'en est fallu de peu (souvenons-nous du fiasco chypriote, aujourd'hui oublié) et pourtant, avec un mélange d'obstination, de menaces, de coups de bâton, d'autoritarisme, de bêtasserie, et du strict minimum de flexibilité idéologique, les dirigeants de l'Europe ont sauvé la monnaie unique. Aujourd'hui, plus personne ne suggère que l'euro pourrait prendre fin ce qui, étant donné qu'une monnaie repose sur la confiance, assure sa pérennité.

L'euro a beau avoir provoqué et accentué la crise européenne, on peut rester sceptique sur l'impact d'un effondrement de la zone monétaire unique, aux conséquences nécessairement graves et imprévisibles.

Ok, l'euro est sauvé. Au début de 2014, maintenant, quel est l'enjeu ?

L'enjeu est de savoir si les économies européennes vont continuer dans la stagnation ou connaître une reprise. Aujourd'hui, le marasme européen ne met plus en jeu l'existence de l'euro et du projet européen tel qu'on le connaît. Mais une réalité n'a pas changé : c'est le chômage de masse. 25% en Espagne, 55% pour les jeunes. 27% en Grèce, 55% pour les jeunes. Et, en France, le chômage de masse continue encore. L'étendue de cette souffrance humaine est indicible.

Les causes de cette crise sont multiples. Oui, au premier chef, il y a les blocages structurels de nos économies. Mais il y a aussi la politique économique de la zone euro, idéologique et imposée depuis Berlin. L'austérité fiscale freine sinon empêche la relance. La politique monétaire de la BCE, aujourd'hui comme hier, ne sert qu'à favoriser l'Allemagne, créant une illusion d'une économie allemande à plein régime dont le marasme du reste de l'Europe n'est que la conséquence logique.

Les décideurs allemands sont isolés des conséquences de leurs actions et la France, qui n'est pas dirigée, ne peut pas faire contrepoids. Les décideurs politiques ont toujours un biais à préférer les politiques en faveur des privilégiés (classes moyennes des pays du “coeur”) plutôt que les non-privilégiés (classes ouvrières des pays du “Club Med”).

La question fondamentale est peut être : l'Europe a-t-elle encore envie de l'avenir ? Le continent est vieillissant et garde, même dans son marasme, une grande qualité de vie, en tous les cas pour beaucoup des citoyens (et tous ceux qui détiennent les leviers des pouvoirs). Regardons la France : oui, “le pays est en crise” mais, honnêtement, pour une famille qui possède sa maison et a des emplois stables (dont un aux 4/5ème dans la fonction para-publique pour Madame) dans une zone péri-urbaine, la vie est franchement pas mal. On mange bien, on vit bien. Monsieur et Madame sont “contre” la crise et pensent qu'il faut “faire quelque chose”. Mais si le “quelque chose” c'est “précariser” Monsieur et faire que Madame travaille plus tard afin que Mohamed, qui habite dans les barres de béton de l'autre côté de l'agglomération et qui galère depuis des années puisse avoir un emploi, Monsieur et Madame risquent d'être beaucoup moins d'accord.

En fait, la crise et la stagnation profitent à Monsieur et Madame.

C'est ça, le problème de l'Europe. Ce n'est pas nos politiques, nos élites, nos patrons, aussi déficients soient-ils. Dans une démocratie, on a les élites qu'on mérite. Le problème c'est que pour Monsieur et Madame Tout-le-monde, la crise lui profite. Donc on vote pour des candidats qui proclament “la rupture” et “le changement” dont on sait, au fond, qu'ils ne rompront et changeront rien.

Parce qu'on se dit qu'on veut que ça change, mais au fond, on ne veut pas que ça change. Et donc ça ne change pas. 2014 sera-t-elle une année de stagnation ou de reprise ? Je ne suis pas optimiste...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 04/01/2014 - 01:44
Autre chanson, 1956,"Que sera sera, Whatever will be will be"
Qui peut dire ce que vont devenir les liquidités (purement fictives) injectées dans le système des banques ("pour les sauver"), banques qui continuent à prospérer en numéraires (fictifs) sur le compte de la dette des états? Qui peut dire si l'Allemagne et les pays du nord vont continuer à éponger les fuites des PIGs et de la France, surtout si la baisse du marché chinois les réoriente vers la Russie, vaste débouché et immenses ressources...
"Que sera sera, Whatever will be will be"(Doris Day,1956)
Le Lampiste
- 04/01/2014 - 01:43
1934 : Albert Préjean chante "La crise est finie !"
"On dit partout : Ça ne va pas
La crise par-ci, la crise par-là
On se plaint jour et nuit
On s´ lamente, on s´ennuie
La crise est la cause de tout
Même Crésus est sans le sou
Il gagne du cent pour cent
Mais s´ fait du mauvais sang
Il existe un moyen pourtant
D´être toujours content
C´est de croire que tout est mieux
Tout délicieux
Tout merveilleux
Et de chanter radieux

{Refrain:}
La crise est finie!
La crise est finie!
Nous vivons dans l´âge d´or!
La crise est finie!
La crise est finie!
Ah! Crions-le bien fort!
On voit les jeunes et les vieux
Jusqu´aux bébés chanter joyeux
Tra lala lala
Et répéter en chœur
La crise est finie!
La crise est finie!
Nous nageons dans l´ bonheur....."
Sceptique
- 03/01/2014 - 17:50
A qui profite la crise ?
Ce n'est certainement pas monsieur et madame tout le monde qui profite de la crise !
Seuls les plus riches continuent à s'enrichir, alors que les classes moyennes voient leur pouvoir d'achat se dégrader et que le nombre de pauvres augmente.
Certes malgré cette dégradation du pouvoir d'achat, un partie des classes moyennes arrivent encore à vivre assez confortablement, mais de là à dire qu'ils profitent de la crise, il y a une énorme contre-vérité !
La commission européenne reste attachée au néolibéralisme qui pourtant nous a conduit à la crise, mais ce n'est certainement pas le cas de la majorité des électeurs. Il ne faudra pas être surpris si les partis populistes progressent considérablement aux prochaines élection européennes...