En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 24 min 12 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 50 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 8 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 18 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 21 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 40 min 4 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 52 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 5 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 14 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 22 heures 36 min
Le Nettoyeur

Le paradoxe au cœur de la vision de gauche sur l'immigration

Publié le 25 octobre 2013
Accueillir plus d'immigrés impliquerait de faire disparaître l'Etat-providence, ce qui pose problème à la gauche, puisque c'est la gauche qui est partisane de protections sociales importantes et que c'est aussi la gauche qui est partisane d'une immigration importante.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Accueillir plus d'immigrés impliquerait de faire disparaître l'Etat-providence, ce qui pose problème à la gauche, puisque c'est la gauche qui est partisane de protections sociales importantes et que c'est aussi la gauche qui est partisane d'une immigration importante.

Dans le schéma politique français et de celui de la plupart des démocraties riches modernes, c'est la gauche qui est le bord qui favorise le plus d'immigration et la droite qui favorise le moins.

Un argument souvent abordé par la droite est qu'un pays riche ne peut pas “accueillir toute la misère du monde.” L'idée est qu'un pays riche, précisément parce qu'il est riche, s'il ouvrait ses frontières, attirerait tellement d'immigrés qu'il en perdrait sa richesse. Et d'ailleurs, rajoutent parfois les opposants à l'immigration, tous les pays contrôlent leurs flux migratoires. Non, il n'est pas possible d'accueillir toute la misère du monde.

Ah bon ? Est-ce impossible ?

De fait, on constate, dans l'histoire, qu'il y a eu un pays qui a accueilli la misère du monde : ce pays c'est les Etats-Unis. Pendant la majeure partie du 19ème siècle, les Etats-Unis avaient une politique de frontières complètement ouvertes. N'importe qui pouvait venir. Il y a eu une ou deux lois visant à restreindre l'immigration via des quotas géographiques (qui étaient en réalité des quotas raciaux déguisés), mais ces quotas étaient limités et les lois étaient d'ailleurs presque pas appliquées car pas applicables pour un pays avec des frontières gigantesques et une technologie du 19ème siècle. Même avec les quotas, jusqu'au début du 20ème siècle, malgré les exceptions, la règle générale restait celle de l'ouverture des frontières.

Force est de constater que cette ouverture des frontières a fait la force des Etats-Unis et la vitalité de son économie. Ces millions d'immigrés, dans une nation à l'époque peu peuplée, ont été un “dopant” pour l'économie américaine, qui a eu des performances économiques nettement supérieures à celles de l'Europe dès la fin du 19ème siècle.

Force est également de constater que cette ouverture des frontières n'a pas empêché l'intégration. On parle d'un “modèle communautariste” américain, à l'opposé du supposé “modèle intégrationniste” français, mais c'est oublier que, premièrement, la rhétorique politique de l'époque était clairement intégrationniste et que, deuxièmement, ce “modèle” était moins un modèle consciemment adopté que le résultat d'une véritable déferlante. Sur le court terme, d'un point de vue d'intégration, ça faisait peur à voir : les Chinatown et Little Italy et Little Odessa dans chaque ville, où l'on ne parle pas anglais, avec les drapeaux des pays d'origine aux fenêtres et pas les drapeaux américains. Des films comme Le Parrain 2 et Gangs of New York montrent bien comment ce communautarisme, combiné à la quasi inexistence des services publics, a fait le terreau de la criminalité organisée.

Et pourtant... Et pourtant, plusieurs décennies après, que constate-t-on ? Tous ces groupes d'immigrés sont aujourd'hui parfaitement intégrés à la société américaine. Les italo-américains, sino-américains, judéo-américains, irlandais américains, etc. sont parfaitement intégrés, économiquement, socialement, culturellement, linguistiquement. “Little Italy” est aujourd'hui une attraction touristique où on sert des pizzas et pas un ghetto criminalisé.

Est-ce à dire qu'il faut tout de suite ouvrir les frontières de l'Europe aux immigrés de tout bord ?

Pas nécessairement. Car il est facile de se rendre compte que l'Amérique du 19ème siècle n'est pas l'Europe du 21ème siècle.

Il y a notamment une différence, une différence de taille, et une différence qui est un paradoxe pour la gauche.

En effet, la raison principale pour laquelle les Etats-Unis pouvaient “se permettre” d'accueillir “toute la misère du monde” était... leur absence d'Etat-providence.

De nombreux travaux économiques suggèrent fortement que l'immigration est positive pour l'économie dans la mesure où les immigrés sont des compléments aux travailleurs locaux et pas des concurrents.

Mais ce n'est pas être lepéniste de remarquer l'idée évidente que si demain la France (ou la Grande-Bretagne ou l'Italie ou l'Allemagne...ou les Etats-Unis) décide d'accueillir des millions de migrants des nations les plus pauvres du monde, le stress sur le système social sera énorme. Le problème n'est pas d'un coût économique ou “d'intégration”, mais d'un coût fiscal.

Comprenez-moi bien : je ne dis pas qu'”il ne faut pas accueillir la misère du monde” ou que les immigrés sont tous des assistés. Simplement que si on a un système qui dit d'un côté que les pauvres ont droit à beaucoup de prestations sociales (parfaitement défendable moralement et économiquement) et de l'autre que tous les pauvres du monde peuvent s'établir dans ce système (tout aussi défendable moralement et économiquement), le coût fiscal sera nécessairement très élevé.

La différence, c'est l'Etat-providence. Et, comme le faisait remarquer Milton Friedman, ça pose un problème idéologique sérieux à la gauche. Puisque c'est la gauche qui est partisane de protections sociales importantes et que c'est aussi la gauche qui est partisane d'une immigration importante. Mais ces deux objectifs sont en tension l'un avec l'autre.

On se retrouve avec le paradoxe suivant : si le principe de votre engagement est l'humanitarisme et que vous considérez que la politique publique d'un Etat doit être d'abord orientée vers le fait d'aider le plus possible ceux qui sont les plus pauvres, vous devrez être partisan de la destruction de l'Etat-providence et de l'ouverture des frontières qu'elle permet. Un somalien sera infiniment mieux dans une France sans Etat-providence que dans une Somalie où de toute manière il n'y en a pas. Et un bénéficiaire français du RSA est un grand privilégié par rapport à un somalien lambda. Et vouloir augmenter le RSA (ou toute autre protection sociale) et ainsi réduire l'immigration que le pays peut supporter, c'est dans un sens très concret victimiser les populations les plus pauvres de la planète au profit de populations qui sont pauvres par rapport à leur pays mais très riches par rapport au reste du monde.

C'est un paradoxe dont la gauche avait conscience, à une certaine époque, car les classes ouvrières, qui sont les plus exposées à la concurrence d'immigrés, tout en étant de gauche, étaient opposées à l'immigration. Mais depuis deux décennies, la gauche française s'est coupée de la classe ouvrière, reposant sur une coalition, pour résumer, de petits fonctionnaires qui n'ont rien à perdre de l'immigration puisque leur statut est protégé et de bobos qui ont a gagner de l'immigration, puisqu'ils sont grands consommateurs de services à la personne dont les prix baissent du fait de l'immigration. Et, évidemment, la gauche cherche à recevoir les voix de l'électorat issu de l'immigration.

Si le paradoxe “politique” est affaibli, le paradoxe intellectuel reste entier. La fidélité aux valeurs de la gauche, la vraie, c'est peut être de vouloir la fin de l'Etat-providence...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (52)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 29/10/2013 - 19:33
Isga est frustré, il est + difficile de troller sur Libé
Il profite du libéralisme de Atlantico. Il lui arrive aussi d'en abuser.
Outre-Vosges
- 27/10/2013 - 01:42
La France, toute-puissante et seule coupable selon @Isga
Admirez ce pauvre @Isga qui veut nous faire croire que les États-Unis, la Russie et la Chine seraient tout disposés à aider l’Afrique autant qu’ils le peuvent mais qu’ils en sont empêchés par la France, ce pays minuscule dont Hollande a achevé de faire une puissance de troisième ordre. Il espère trouver des imbéciles pour gober une pareille sottise et il se dit qu’après tout, s’il y a eu des millions de Français pour croire aux promesses de Flamby, il n’y a pas de raisons qu’ils ne croient pas à des divagations comme celles dont il nous abreuve.

Quant aux Chavez dont il nous menace je venais de rappeler qu’il y en a déjà eu en Afrique : ils s’appelaient Sékou Touré, Mobutu ou autres ; on en a vu les résultats.

Un dernier point : ce n’est pas en écrivant une sottise en majuscules qu’on la rend de meilleur aloi.
Ilmryn
- 26/10/2013 - 20:47
Skippy - Et la palme est attribuée à....
Par SkipJ - "que penses-tu de cette référence à Friedman pour justifier une régulation dans cette article d'un de tes semblables ?"
.
Il faut tellement pousser pour arriver à cet interprétation merdique que tu vas bientôt accoucher. J'en pense donc que tu gagnes encore une fois haut la main la palme de l'abruti, avec mention.