En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 21 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 46 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 6 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 47 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 4 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 11 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 9 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 58 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 53 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 31 min
Le Nettoyeur

Le Japon est-il en train de sauver l'économie mondiale ? En tout cas, ça y ressemble de plus en plus

Publié le 27 septembre 2013
Depuis plusieurs mois, la Banque centrale du Japon est passée à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser sur une politique de taux d'intérêt nul. Et il semblerait que ça marche : le taux de croissance nippon au premier semestre est de... 3,95% !
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, la Banque centrale du Japon est passée à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser sur une politique de taux d'intérêt nul. Et il semblerait que ça marche : le taux de croissance nippon au premier semestre est de... 3,95% !

Il y a quelques mois, j'expliquais que la Banque centrale du Japon est en train de se lancer dans une expérience économique inédite qui peut soit sauver le monde du marasme économique (si elle réussit) soit nous forcera à complètement repenser la théorie économique (si elle échoue). Quelques mois plus tard, on peut dire qu'il y a de bonnes chances que le Japon soit en train de sauver le monde.

Explications.

La question centrale est celle du pouvoir des Banques centrales.

Commençons par une définition très simple : une récession est ce qui se produit lorsque les gens n'ont pas assez d'argent. Cette définition est très importante, parce qu'à chaque récession ou crise, les observateurs prennent les arbres pour la forêt. Les récessions sont dues tantôt à l'augmentation du prix du pétrole, ou à l'explosion de la bulle Internet, ou au 11 septembre, ou à la crise des subprimes, ou à la crise de l'euro, ou demain au ralentissement de la Chine... Pas vraiment faux, mais la raison pour laquelle ces événements créent des récessions est qu'ils font que les gens ont moins d'argent que prévu. C'est le coeur, le point commun entre toutes les récessions.

Ça paraît tout simple comme ça - trop simple. Mais si on sort la tête de la conjoncture et des équations économiques pour réfléchir avec un peu de bon sens, on se rend compte que c'est vrai. Si les gens n'ont pas assez d'argent, ils consomment moins, ce qui fait que les entreprises produisent moins, donc elles recrutent moins, etc. C'est aussi simple que ça. Le PIB, c'est la somme des dépenses sur une année. Une récession c'est une baisse du PIB. Si le PIB baisse, c'est que les gens dépensent moins.

On se rend compte que cette manière concrète de regarder l'économie est la bonne si on regarde ce qui se passe si les gens ont plus d'argent. S'ils ont plus d'argent, ils dépensent plus. Que se passe-t-il alors ? Les gens veulent consommer plus de biens et de services. Les producteurs de biens et de services vont donc produire plus de biens et de services pour répondre à la demande. On aura donc plus de croissance. Pas assez d'argent : récession. Assez d'argent : croissance. La définition tient.

Continuons à réfléchir : que se passe-t-il si les gens ont encore plus d'argent ? Ils vont dépenser encore plus. Ils vont vouloir consommer encore plus de biens et de services. Mais que se passe-t-il si leur demande de biens et de services dépasse la capacité des producteurs à leur en fournir ?

Encore une fois, réfléchissons concrètement : si vous êtes Renault et que tout le monde veut vous acheter des voitures, plus que vous ne pouvez en produire, qu'allez-vous faire ? Vous allez augmenter vos prix. Vous allez aussi essayer de produire plus de voitures. Pour ce faire, il va falloir recruter. Mais voilà, la quantité de monnaie dépensée dépasse la capacité de production de l'économie, ce qui veut dire que tout le monde a un emploi (puisque tout le monde est déjà occupé à produire pour répondre à la demande). Donc vous allez augmenter vos salaires pour que des ouvriers quittent Peugeot pour aller travailler chez vous. Vous allez aussi devoir investir. Vous allez demander à Bouygues de vous construire une nouvelle usine. Mais voilà, l'économie est déjà à capacité maximum, Bouygues travaille déjà trop. Puisque tout le monde veut vous acheter des voitures, vous dites à Bouygues : “Fais-moi mon usine, et je te paye plus cher.” Donc Bouygues va devoir recruter, et va augmenter les salaires... De son côté, Peugeot, qui lui aussi voit sa demande exploser, augmente les salaires de ses ouvriers pour qu'ils ne partent pas chez Renault, mais Renault a besoin d'ouvriers donc augmente les salaires... Bref, multipliez ça par tous les acteurs de l'économie, et vous vous rendez compte que si la dépense totale dépasse la capacité totale de production de l'économie, on se retrouvera avec une augmentation généralisée des prix. Si tout le monde veut acheter du pain, le boulanger va commencer par produire plus, et quand il ne pourra plus produire plus, il va augmenter ses prix.

Vous connaissez le nom de cette augmentation généralisée des prix : c'est l'inflation. L'argent dépensé se “verse” non plus dans de la nouvelle production mais dans de l'augmentation des prix de ce qui est produit.

Et si on réfléchit, toujours concrètement et avec du sens commun, on se rend compte du lien entre croissance et inflation. Si vous êtes boulanger et que vous avez un pic de demande, en pratique, vous n'allez pas attendre d'être au maximum de production pour augmenter vos prix. En pratique, vous allez produire plus et augmenter vos prix. A l'échelle macroéconomique, ça veut dire que tout pic de croissance s'accompagnera d'un pic d'inflation, et ce même si l'économie n'est pas encore à capacité maximum. Ce qui veut dire que l'inflation n'est pas mauvaise ni bonne en soi. Si l'économie est à capacité maximum, l'inflation veut dire qu'il y a trop de dépenses. Mais si l'économie n'est pas à capacité maximum, l'inflation peut simplement indiquer une relance de l'économie.

Bon, très bien, me direz-vous, mais quel est le rapport avec le Japon et les Banques centrales ?

Déjà c'est important parce que si vous avez vraiment compris ce que je viens d'expliquer vous avez compris la macroéconomie. Tout le reste n'est que du développement (et de la mise en équations) de ces principes généraux.

Le rapport est le suivant : en temps normal, celui qui détermine la quantité de monnaie dans l'économie - et donc la dépense -, c'est la Banque centrale. Et on a vu que la dépense est la clé de l'économie. Si la quantité est bonne, tout va bien. Si elle est trop faible, récession. Si elle est trop élevée, inflation.

En temps normal, la Banque centrale détermine cette quantité de monnaie avec les taux d'intérêts. Si les taux d'intérêts sont faibles, les banques prêteront plus, ce qui fait que les gens auront plus d'argent, ce qui fait que la dépense augmentera. Si les taux d'intérêts sont élevés, les banques prêteront moins, ce qui fait que les gens auront moins d'argent, et la dépense baissera. En temps normal, la Banque centrale utilise ses taux d'intérêts pour s'assurer que la dépense reste au bon niveau.

Seulement voilà : depuis la crise de 2008, nous ne sommes plus en temps normal.

Depuis la crise de 2008, les Banques centrales des pays développés ont toutes leurs taux à zéro. Et pourtant, les gens continuent à ne pas avoir assez d'argent, puisqu'il y a du chômage. Beaucoup de chômage, même. Est-ce que les Banques centrales à taux zéro peuvent encore relancer l'économie ?

Le Japon a répondu oui. Le Japon a répondu que si la Banque centrale fixe et annonce un taux d'inflation, et annonce qu'elle créera autant de monnaie qu'il faut, et achètera autant d'actifs qu'il faut, pour atteindre ce taux, elle peut relancer l'économie.

Pourquoi ? On l'a vu, inflation et croissance sont liées. La question principale est : est-ce que les gens ont assez d'argent ? Si non, récession. Si oui, croissance. Si les gens n'ont pas assez d'argent, et qu'on n'aime pas les récessions et le chômage de masse, il faut leur donner de l'argent. Or, il s'avère que la Banque centrale peut créer de l'argent à l'infini. Evidemment, comme on l'a vu aussi, si la quantité d'argent dépasse la capacité de production de l'économie, on crée de l'inflation destructrice. Mais le problème des pays développés aujourd'hui n'est vraiment pas que leur économie est en sur-régime ! Le problème est clairement qu'il n'y a pas assez d'argent, pas qu'il y en a trop.

La Banque centrale européenne, elle, refuse cette idée. Elle dit qu'une fois que la Banque centrale est à taux zéro, elle ne peut plus rien faire, et ne doit rien faire, parce qu'elle risque de créer de l'inflation. Ce qui est vrai, mais comme on l'a vu, l'inflation est bonne pour une économie en sous-régime. En tous les cas, c'est ce que nous dit la théorie.

Quid de la pratique ? C'est bien pour ça que l'expérience du Japon est aussi importante. Le Japon est en train de mettre en pratique ce que les gens comme moi crient depuis des années.

Le résultat de la politique de la BCE est déjà clair : sur le premier semestre 2013, le taux de croissance de la zone euro est de 0,05%. Et le Japon ? Au Japon, le taux de croissance du premier semestre est de... 3,95% ! Presque 4% ! Vous imaginez, 4% de croissance en France ? Même le politicien le plus menteur n'oserait pas promettre 4% de croissance.

Et on parle du Japon, un pays dont la croissance est à 0% depuis près de 20 ans maintenant ! Et depuis 10 ans, la plupart des commentateurs s'accordent pour dire que le Japon ne connaîtra plus la croissance, que c'est fini, c'est un pays trop vieillissant, qui refuse de se réformer, etc. En quelques mois, la croissance est passée de 0 à 4%, ce qu'il n'avait pas connu depuis des décennies !

Evidemment, ça ne fait que quelques mois. Il faut encore attendre pour être sûrs. Mais les indications semblent, pour l'instant, fortement claires. Ce que fait la Banque du Japon est en train de marcher. La BCE fait le contraire, et nous sommes encore dans le marasme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jumbofreddy
- 29/09/2013 - 11:41
le Japon se porte bien mieux que la france!
Pour ceux qui ricanent sur le Japon! mon neveux de 27 ans, qui a fait sciences po lyon, est au japon depuis 3ans, il y travaille ( ds une entreprise commerciale,pas à l'ambassade)et gagne très bien sa vie! bien mieux que ses amis restés en france! il ne s'inquiéte pas du tout de la situation économique! et pour ce qui est de la situation sécuritaire c'est le rêve, comparé à notre beau pays décadent!
jumbofreddy
- 29/09/2013 - 11:35
la création de onnaie, c'est le propre des banques centrales!
Bien sûr que les banques centrales créent de la monnaie! que fait la FED à longueur de temps! et effectivement l'activité américaine repart, alors que l"europe est à la traine! si tous les agents économiques, en profitent, de l'entreprise au simple citoyen,alors celà peut relancer l'économie; et quand il y avait de l'inflation en france dans les années 80, on ne vivait pas plus mal, bien au contraire; mais il faut pouvoir contrôler cette inflation, pour éviter qu'elle ne devienne contreproductive! créer de la monnaie, oui, et laisser agir le marché,en le régulant en cas d'excés; mais il ne s'agit pas pour autant d'une politique de relance pratiquée par le gouvernement, à travers des dépenses qui ne sont pas forcément productives!
20pierre
- 29/09/2013 - 11:04
Dire qu'une Banque centrale
Dire qu'une Banque centrale peut créer de la monnaie à l'infinie, ex-nihilo comme on dit, pour moi me parait inconcevable et n'apporte aucune solution, surtout en traitement de fond comme on le voit depuis le début de la crise. La Fed : 85 milliard de dollars tous les mois et boum ! La Boj combien je ne sais plus mais ils font donc pareil !
Ces politiques monétaires sont équivalentes à une entreprise qui passe son temps à faire des augmentations de capital à répétition. Le cours de bourse fond et les actionnaires sont dilués. LA seule vertu de cet afflux de monnaie créé à partir de rien du tout sera de noyer les détenteurs de dette du fait de l'inflation, et cet inflation ainsi crée sera-t-elle bonne pour le citoyen lambda et son portefeuille ? Pas certain, ....
Vaste débat tout ça !