En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 11 min 45 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 1 heure 3 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 51 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 29 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 48 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 58 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 19 heures 38 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 21 heures 1 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 37 min 23 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 27 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 3 heures 5 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 31 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 45 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 53 min
Moins bête qu'il n'y paraît

Ecole de l'entrepreneuriat : et si c'était en réalité une bonne idée ?

Publié le 30 août 2013
Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME et à l'Innovation, a proposé la création d'une école de l'entrepreneuriat qui faciliterait la création d'entreprises aux personnes plus vulnérables sur le marché de l'emploi.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME et à l'Innovation, a proposé la création d'une école de l'entrepreneuriat qui faciliterait la création d'entreprises aux personnes plus vulnérables sur le marché de l'emploi.

A (re)lire sur ce sujet : Ecole d'entrepreneuriat : entre les entrepreneurs potentiels et les administrations en charge de l'économie, qui aurait le plus à apprendre ?

Lorsque Fleur Pellerin a lancé l'idée d'une école de l'entrepreneuriat, beaucoup dans le monde des entrepreneurs ont ri. L'idée que l'entrepreneuriat peut s'apprendre sur les bancs de l'école, comme on apprendrait la physique ou l'histoire, a peu d'arguments pour elle. Et, plus généralement, ça ressemblait à une caricature de la vision de la société à la française, où le statut découle des études qu'on a fait à 18 ans, et où il n'y a pas de salut hors du diplôme. Certains ont fait remarquer que presque toutes les grandes écoles françaises et de nombreuses universités ont aujourd'hui des formations en entrepreneuriat, et que ce n'est donc pas une nouveauté.

Mais à y regarder de plus près, cette idée a du mérite. En effet, dans l'interview au Figaro où elle lance l'idée, voici ce que dit Fleur Pellerin : “elle pourrait prendre la forme d'une plate-forme largement dématérialisée, ouverte à tous les profils - y compris ceux qui n'ont pas fait d'études - et à tous les âges. Ce serait une école pour tous où l'on trouverait aussi bien des formations de droit ou de compatibilité que des techniques pour créer son site Internet ou choisir la forme juridique de sa société. Cela pourrait prendre la forme d'un partenariat public-privé”.

En fait, Fleur Pellerin pense moins à une “Ecole Nationale de l'Antrepreneuriat” qu'à une sorte d'université en ligne ou, mieux, une sorte de portail d'informations pour donner des outils à chacun.

Cette idée a plusieurs avantages. D'abord, elle se rapproche de la vision de l'enseignement supérieur que devrait adopter la France. Comme je l'ai écrit, la révolution de l'enseignement supérieur qui se dessine passe par Internet, et c'est un train que la France devrait prendre, et même anticiper.

Ensuite et surtout, ça ne peut pas faire de mal. Une critique possible de l'idée de Fleur Pellerin est que ce qu'elle propose existe déjà. Contrairement à ce que pensent les hauts fonctionnaires, l’initiative privée marche vraiment bien, et il y a pléthore d'informations pour lancer son entreprise. Oui, mais cette information est disparate, très souvent en anglais (pas gênant pour les startuppers, mais ils sont loin d'être le seul public concerné par l’entrepreneuriat), pas toujours mise à jour ou même correct (je pense aux diverses informations juridiques/fiscales qu'on peut trouver ça et là). Bref, il y a un “trou” dans le marché. Pour le combler, il faudra un bon produit, et rien ne garantit que le gouvernement ou son “partenariat public-privé” pourra nous en sortir un. Certes, mais au pire, ça ne fera pas de mal. Et au mieux, ça peut être un outil carrément utile. Ca vaut le coup de tenter quelque chose.

C'est peut être même une bonne chose parce que, tant que Fleur Pellerin se concentre à faire son école de l'entrepreneuriat, elle ne peut pas faire de mal ailleurs. Les PME et l'entrepreneuriat ont souffert de l'action du gouvernement : politique d'austérité, augmentations diverses d'impôts, fracassage du statut d'autoentrepreneur, mise à mal de l'état de droit... Puisqu'il semble qu'en France le gouvernement est obligé de toujours s'agiter, qu'il s'agite au moins sur quelque chose qui ne peut pas faire de mal !

Cette idée devra éviter les nombreux écueils qui se dessinent devant lui : une vision trop “verticale”, sorte de CNED de l'entrepreneuriat avec des diplômes, plutôt qu'une vision “horizontale”, plateforme apportant des ressources à chacun ; une mauvaise exécution, créant un problème inutile.

Mais, en tous les cas, l'idée a du mérite. Tous les entrepreneurs devraient espérer que l'école de l'entrepreneuriat de Fleur Pellerin sera un succès. Et sinon, au pire, ça ne nous fera pas de mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
naouak
- 31/08/2013 - 15:26
Pas vraiment crédible
Les socialistes qui créent une école de l'entreprenariat ? Après avoir passé tant de temps à détruire l'entreprise, le travail et à pourrir les relations sociales dans l'entreprise ?
Il n'y a plus qu'à demander à Mme Taubira d'organiser les écoles de police, à Mac Donalds de refondre nos écoles hôtelières. Tiens, on pourra même en confier la direction à ce brave Mélanchon ...
timi
- 31/08/2013 - 12:43
@ Johanus
Oui, l'entreprenariat est une affaire de passion, de créativité, etc. . Mais tout comme la compta ou le management (qui sont aussi nécessaires), ça s'apprend aussi dans des écoles. Non pas au collège, au lycée ou à la fac, mais dans des établissements du supérieur, au contact d'entrepreneurs et de spécialistes de la question (du moins, c'était encore le cas quand j'y étais).
L'entrepreneur est à l'antipode du prof du secondaire, mais il n'empêche que c'est durant ses études qu'on reçoit le plus efficacement la motivation et les connaissances pour le devenir.
Toutefois, l'idée d'une « école d'entrepreunariat » n'est pas bonne pour autant. Parce que pour exercer une véritable activité économique, il faut des connaissances et des savoir-faire spécifiques au domaine inverti. Difficile donc d'envisager des formations pas ou peu spécifiques qui soient réellement abouties et efficaces ... sauf à prétendre pouvoir gérer une entreprise comme une administration étatique !
Cette idée semble pour l'instant se limiter à en engraisser certains, et à envoyer au casse-pipe des bataillons de soi-disant affranchis avec le seul bénéfice de faire baisser les mauvaises statistiques de l'emploi.
legaulois
- 31/08/2013 - 07:48
le résultat
d'avoir mis tous les jeunes au niveau bac sans sélection comme à mon époque (examen d'entrée en 6 éme un bon brevet un bon bac et gens motivés et capable d'aller en fac ou grandes écoles) de plus on à méprisé l'apprentissage en entreprise ce que les allemands n'ont pas fait le travail quelque soit la sorte s'apprend sur le terrain je parle en connaissance de cause ( apprenti ouvrier responsable et chef d'entreprise le tout avec succès )