En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

04.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 9 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 11 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 7 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 8 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 11 heures
© Reuters
© Reuters
Atlantico Lettres

Faut-il se débarrasser de Proust et Céline ?

Publié le 10 juillet 2013
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui et à l'occasion du centenaire "Du côté de chez Swann", retour sur la littérature contemporaine, qui n’a peut-être pas l’humilité de se donner des modèles majeurs.
Philippe Vilain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contributeur du journal Service Littéraire et écrivain. Dernier ouvrage paru : "Pas son genre" chez Grasset, prix Jean Freustié.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui et à l'occasion du centenaire "Du côté de chez Swann", retour sur la littérature contemporaine, qui n’a peut-être pas l’humilité de se donner des modèles majeurs.

Il me semble que le débat récent, réactualisé à l’occasion du centenaire de « Du côté de chez Swann », autour de la question relative à l’héritage proustien dans la littérature contemporaine - comment se débarrasser de Proust ? - repose sur une idée reçue, une perception erronée du rôle occupé par une œuvre comme « A la Recherche du temps perdu », peu lue en dehors de l’université, dont les quelques épigones demeurent en minorité visible dans le paysage littéraire de ce début de XXIème siècle. La question serait, à mon sens, de se demander pourquoi vouloir se débarrasser de Proust qui a cessé d’être un modèle pour les écrivains contemporains ? Un examen attentif montre bien, en effet, que la littérature dominant ce paysage est oralisante, célinienne, écrite au présent, singulative (qui raconte une fois ce qui s’est passé une fois), et qu’elle s’écrit contre la littérature itérative proustienne qui, synthétique, intellectuelle, analytique, soucieuse de capter l’essence du monde, raconte, elle, une fois ce qui s’est passé plusieurs fois : l’écriture ne s’est pas proustisée, elle s’est célinisée. On est passé d’une écriture rationnelle à une écriture émotionnelle, d’une écriture de l’intellection à une écriture de l’expression, de la musique à la chanson, du style à la voix narrative. Plus que de Proust, c’est de Céline, plutôt, modèle scriptural plus accessible, formellement plus consommable, dont il faudrait songer à se débarrasser.

Plus judicieux serait ainsi de se demander, sur la base de ce constat, pourquoi Proust continue de faire de l’ombre, et, en conséquence, pourquoi il dérange encore, étant si peu représenté. Les écrivains se sont débarrassés de Proust depuis qu’ils ont cessé d’envisager le style comme une valeur littéraire et qu’ils se contentent d’oraliser l’écriture, selon le procédé de ce que Roland Barthes nommait la « verbalisation immédiate ». On trouvera malhonnête de fustiger l’académisme hérité de Proust et l’esthétique du Beau qui en découle, sachant qu’il est toujours plus aisé de dé(cons)truire que de construire, d’esthétiser que d’inesthétiser, sachant surtout que, de même qu’il faut maîtriser le dessin pour s’abstraire de la forme en peinture, l’on ne saurait, en écriture, dépasser l’académisme sans se l’être d’abord approprié, le contester sans l’avoir assimilé. La littérature contemporaine n’a ni le temps d’apprendre l’académisme, ni l’humilité de se donner des modèles majeurs, littérairement les plus exigeants. Je souscris volontiers à l’écriture oralisée lorsqu’elle procède d’une évolution littéraire témoignant d’une assimilation de l’académisme (Duras), non lorsqu’elle est pratiquée d’emblée. A fustiger l’académisme, on s’en recrée un autre, marchand, formaté pour notre société de consommation, une litteraturacademy faite par ceux qui, prisonniers d’autres activités, n’ont guère le temps de se consacrer à la littérature, ou, peu formés à la littérature, font de l’écriture un hobby, non un travail patient. Prendre Proust pour modèle, c’est faire de la littérature une religion, c’est choisir l’excellence, l’exigence absolue, c’est vouloir écrire en mode majeur ; c’est préférer Mozart à David Guetta, la champions league à la ligue 2. Cette exigence est-elle si condamnable ? 

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 04/07/2013 - 16:19
"une œuvre comme « A la
"une œuvre comme « A la Recherche du temps perdu », peu lue en dehors de l’université"... incroyable de lire une ânerie pareille...
.
"Faut-il se débarrasser de Proust et Céline ?" On aura plus vite fait, et à plus grand bénéfice, de se débarrasser des gens qui osent poser ce genre de questions. Mais c'est dans l'air du temps : on propose bien de supprimer l'orthographe parce que c'est trop compliqué pour nos chères têtes blondes, alors pourquoi pas en effet supprimer le style parce que c'est trop compliqué pour les écrivains actuels ?
.
Le style d'un Céline ne s'est pas construit au détriment ou aux dépens du style de Proust. Pourquoi toujours vouloir fonctionner par suprématie, par élimination ? Proust est sans doute le point culminant de la littérature, mais Céline en constitue un autre sommet absolu - l'un n'empêche pas l'autre...
.
... tout comme Céline et Proust n'ont jamais empêché que pullulent les écrivains creux, hier comme aujourd'hui. Si nos écrivains sentent tout le poids de l'héritage de leurs immenses devanciers, ce n'est pas sans raison...
Adrien Dufourquet
- 04/07/2013 - 14:27
Ni l'un ni l'autre
Il ne faut se débarrasser ni de Proust ni de Céline pour deux raisons majeures, une qui concerne la forme -le style littéraire- et une qui concerne le fond. Ces deux-là en connaissent beaucoup plus sur les humains et leurs désirs que tous les psychologues des derniers siècles réunis.
Ajoutons leur Dostoïevski, Stendhal, Flaubert et Cervantes.
vangog
- 03/07/2013 - 21:47
Deux musiciens des mots à la sensibilité sur-aiguisée
qui les assemblent avec l'habilité d'un faiseur de Sushis, après les avoir assaisonnés de tendresse et de verve, après les avoir trempés dans leur musicalité intérieure, après les avoir dressés sur le lit savoureux de nos émotions, pourquoi choisir entre Céline et Proust?
Vous trouvez qu'il y a trop de génies sur terre!....