En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 min 37 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 54 min 22 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 42 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 20 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 48 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 51 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 28 min 15 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 18 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 22 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 36 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 36 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

A quoi ressemblerait une économie plus humaine ?

Publié le 21 juin 2013
L'économie est abstraite et froide parce que c'est ce qu'exige la méthode scientifique, ce qui ne l'empêche pas de nous apprendre des faits importants sur notre société et nous indiquer comment l'imaginer pour plus de prospérité.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie est abstraite et froide parce que c'est ce qu'exige la méthode scientifique, ce qui ne l'empêche pas de nous apprendre des faits importants sur notre société et nous indiquer comment l'imaginer pour plus de prospérité.

Quoi de plus inhumain que l'économie ? Science d'axiomes, d'équations, de masses, d'abstractions, qui ne prend pas en compte le “bois tordu de l'humanité.”

On pense un peu tous ça, n'est-ce pas ?

Alors oui, c'est une caricature. Oui, l'économie est abstraite et froide parce que c'est ce qu'exige la méthode scientifique, ce qui ne l'empêche pas - lui permet, au contraire- de nous apprendre des faits importants sur notre société et nous indiquer comment l'imaginer pour plus de prospérité.

Mais cette caricature a un fond de vérité.

D'abord, parce que l'économie, en tant que science, n'est pas un guide moral. Elle peut (peut être) nous dire ce qui est “efficace”, mais elle ne peut pas nous dire ce qui est bon. Nos décisions sur comment organiser la société et nos relations entre nous ne peuvent pas ne pas être des décisions morales, ne peuvent être dénuées de choix de valeurs, une fonction que l'économie ne peut pas remplir.

Ensuite parce que l'économie est une science imparfaite. C'est une science sociale, une science molle, dont le matériau est l'humain. Elle ne peut donc tout capturer, tout appréhender.

Pour faire les bons choix de société, il faut, oui, être informé par l'économie, qui nous donne des outils indispensables pour appréhender et interpréter le réel, mais il est illusoire de penser que l'économie suffit.

Notre civilisation, depuis les Lumières et même avant, est fondée sur l'être humain. Tous les êtres humains ont une dignité qui leur donne des droits et des devoirs. C'est d'abord de ce constat qu'il faut partir avant de déterminer nos choix de société.

Alors, à quoi ressemblerait une économie qui met l'humain d'abord ?

Je pense qu'une économie qui met l'humain d'abord reconnaîtrait que, justement, tout ce qui a de la valeur dans notre vie est créée par l'humain. Et pas par l'humain seul, parce que l'humain est un être social : ce qui crée la valeur, c'est la collaboration entre les hommes. Tout ce que l'humanité a pu produire de bon est né de la collaboration entre les hommes. C'est la collaboration entre les hommes qui crée de la valeur- valeur économique, mais aussi valeur sociale, valeur culturelle, valeur intellectuelle. Cette richesse là, richesse économique et toutes les autres richesses, viennent de là.

Si on se rend compte de ça, on se rend vite compte qu'un des rôles de la société doit être de s'écarter, de laisser l'initiative humaine libre, de nous laisser libres de nous entre aider et de collaborer entre nous.

Mais si on veut mettre l'humain d'abord, il faut aussi se rendre compte de ses faiblesses. Faiblesse d'information, d'abord : nous savons peu de choses, nous faisons des erreurs. Ce qui veut dire qu'un planificateur central fera toujours des erreurs parce qu'il manquera d'information, et que la société doit être assez ouverte et robuste pour permettre à tout un chacun de faire des erreurs et de rebondir.

Mais faiblesse plus générale, aussi, qui veut dire qu'une société purement “libérale” ne peut pas marcher. Nous ne sommes pas des homo economicus. Nous avons besoin de filets de sécurité, nous avons besoin d'aides.

Toutes ces idées permettraient de repenser l'Etat-providence pour le 21ème siècle : un Etat-providence où l'Etat n'est plus nécessairement le fournisseur des services publics et de la solidarité, mais en reste le financeur et le garant. Un Etat-providence où chacun aurait des droits, mais où il contrôlerait ces droits au lieu qu'un planificateur central le fasse pour lui.

Par exemple, à l'image de Singapour, chacun pourrait avoir à sa disposition divers comptes d'épargne sur lesquels une partie de ses revenus seraient orientés : pour ses dépenses de santé, pour sa retraite, pour sa formation, pour les accidents de la vie, pour l'éducation de ses enfants. Pour ceux à faibles revenus, l'Etat compléterait ces comptes pour permettre à chacun d'avoir un minimum. Chacun aurait les mêmes garanties, mais au lieu que tout l'argent parte dans des machines gigantesques appelées “Urssaf”, “Sécu”, “CAF”, “Pôle emploi”, “mutuelle”, etc. chacun pourrait décider comment utiliser ces fonds comme bon leur semble, et de nouvelles associations pourraient trouver des modèles plus efficaces et innovants de fournir ces services.

Par exemple, à l'image de la Grande-Bretagne ou de l'Allemagne, les soins aux plus démunis pourraient être pris en charge par des associations à but non lucratif, avec financement de l'Etat, et donc par un personnel plus motivé et avec une plus grande capacité d'innovation, le tout dans la transparence et avec des objectifs d'impact, de manière à ce que seules les solutions les plus efficaces soient financées.

Par exemple, comme l'ont proposé beaucoup aussi bien à gauche qu'à droite, une forme de revenu universel ou d'impôt négatif permettrait à chacun d'assurer un minimum vital sans avoir à se soumettre aux diktats d'une bureaucratie tâtillonne et sans risquer de se retrouver dans une trappe à pauvreté.

Nous aurions une économie plus libre et qui créerait beaucoup plus de richesse ; nous aurions un Etat plus svelte, plus efficace ; mais nous aurions aussi -et surtout - une société où personne n'est laissé sur le bas-côté, où chacun a une garantie de solidarité, mais sans que cette solidarité ne mène à une explosion de dépense publique ou à une bureaucratie kafkaïenne.

Ca, ça ressemblerait à une économie plus humaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Guff
- 22/06/2013 - 09:53
Les sciences froides préparent toujours à la viande froide.
L'économie est une science froide tant que les données de son exercice (les formes de propriété des moyens de production et d'échange) ne changent pas . L'économie est au main du capital, froid et inhumain (pour les travailleurs!). Il engendre ses propres "scientifiques" qu'il paie en dividendes pour sortir des "analyses" empiristes et/ou réalistes qui prétendent au gogos que la "main invisible du marché" les a fait licencier ou bien que la sécurité sociale coûte trop chère à une économie asphyxiée par trop d'Etat..
boblecler
- 22/06/2013 - 09:28
l'Economie est comme la physique quantique
Si on annonce qu'on veut faire des prévisions, on pertube le sujet. La finance comme l'Economie montrent la peur du risque qui entraînent chez l'homo economicus des choix non rationnels avec une asymétrie d'informations. Après l'article donne des exemples parmi danone une boite agro alimentairequi satisfait des besoins primaires dont les ventes seront proportionnelles aux nombres d'humain avec un prix psychologique. Air liquide vit de l'industrie chimiquee et il peut repérer les tendances.
gliocyte
- 22/06/2013 - 08:21
L'économie?
A mon avis, cette science est une vaste supercherie car on ne mettra jamais un homme sous la forme d'une équation. En revanche, plus les équations seront complexes, plus elles auront le mérite d'impressionner le "lambda" et trouver du crédit à ses yeux. "Lambda" considérera alors l'économie comme une science "pure et impartiale", ce qui est le but recherché par tout économiste qui veut que sa spécialité soit au dessus de toutes les autres.
L'économiste n'est qu'un gourou des temps modernes.