En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 18 min 6 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 57 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 36 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 54 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 15 heures 4 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 19 heures 6 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 43 min 44 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 34 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 38 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 52 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 51 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 22 heures 7 sec
Le Nettoyeur

Le monde a un très grave problème et ce n'est pas la surpopulation mais le manque de bébés

Publié le 14 juin 2013
Les conséquences de la baisse de la natalité sont d'abord fiscales : en Europe, il n'y a plus assez de population d'actifs pour s'occuper de tous les retraités, ce qui met les finances publiques en désarroi.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les conséquences de la baisse de la natalité sont d'abord fiscales : en Europe, il n'y a plus assez de population d'actifs pour s'occuper de tous les retraités, ce qui met les finances publiques en désarroi.

En 1968, le live La Bombe P mettait en avant une proposition simple : le monde était en état de surpopulation qui ne ferait que s'aggraver, et il fallait à tout prix enrayer ce phénomène, sous peine de famine et de pauvreté générale. Le livre prévoyait des centaines de millions de morts de famine dans les années 70 et expliquait que l'Inde ne pourrait jamais nourrir une population de 200 millions (l'Inde a aujourd'hui une population de plus d'1 milliard). Il proposait de mettre en place des mesures de contrôle de la population, comme par exemple le fait de mettre des contraceptifs dans l'eau courante ou encore de refuser l'aide humanitaire aux pays qui ne mettent pas en mesure des politiques de contrôle de la population.

Le malthusianisme n'est pas nouveau, a toujours été avec nous et le sera probablement toujours : l'être humain a évolué dans des circonstances de pénurie et de groupes limités, et notre civilisation d'abondance va à l'encontre de nos instincts profonds. Mais la civilisation est le dépassement de l'instinct, et les malthusiens ont toujours eu tort. Dans les années 1960, les décroissants expliquaient que la Chine n'atteindrait jamais un niveau de développement occidental car il n'y aurait jamais assez de standardistes pour que tout le monde soit relié au téléphone...

A l'orée du 21ème siècle, il apparaît aujourd'hui clairement que le problème clé que rencontre l'humanité est exactement le problème inverse. Nous ne faisons pas assez de bébés, comme le montrent les nouveaux chiffres sur la population mondiale de l'ONU.

Les conséquences seront d'abord fiscales : en Europe, nous nous rendons bien compte que nous n'avons plus assez de population d'actifs pour s'occuper de tous nos retraités, et que cela met nos finances publiques en désarroi.

Les conséquences seront surtout humaines : un monde avec moins de fertilité et moins de population sera un monde plus pauvre, et ce dans tous les sens du terme. L'économie n'est après tout qu'un mécanisme décentralisé d'échange et de co-production : s'il y a moins de gens avec qui échanger et co-produire, il y a moins d'échanges et de co-production, donc moins de croissance, donc moins de richesse. Et c'est vrai aussi dans les domaines non-marchands : moins d'artistes, d'auteurs, de réalisateurs de films et autre créateurs de toutes sortes (et moins de public pour leurs œuvres, incitant à moins de création) veut dire moins de beauté, moins de vitalité dans le monde.

Imaginez un scénario de science-fiction où vous vous réveillez un matin et découvrez qu'un dixième de vos amis n'existent plus. Puis un cinquième. Ainsi de suite. Combien nos vies seraient appauvries! Et pourtant c'est le monde qui nous attend.

Les Nations Unies projettent aujourd'hui que la population de la terre va s'arrêter à 9 milliards vers 2050 puis se mettre à redescendre. Ce sera un cas de ruine économique et sociale. Les pays dont la population baisse déjà sont des pays déclinants, dont l'économie stagne et qui sont saisis de pessimisme et de conservatisme. Toute notre économie est construite autour de la croissance, et c'est cette croissance qui nous a permis de sortir des âges sombres, de doubler notre espérance de vie, de mettre fin à la famine presque partout, de transformer notre niveau de confort. Or l'économie est faite d'hommes et il faut plus de gens pour la soutenir.

Enfin il faut mettre fin à quelques clichés:

  • Non, le monde n'est pas surpeuplé. A 7 milliards, le monde est très peu peuplé. A densité équivalente à Paris, la population du monde entier pourrait tenir dans le Texas.
  • Non, les étrangers ne font pas des enfants comme des lapins. La fertilité baisse partout dans le monde, y compris en Afrique sub-saharienne et en Asie. Le problème est mondial.
  • Oui, il y a assez à manger pour tout le monde. Il existe encore des famines, mais de l'avis unanime des experts ces famines sont dues à des problèmes politiques et d'approvisionnement, pas à un manque de nourriture. Nous produisons énormément de nourriture pour nourrir tout le monde sans rationnement, et <a href=”http://www.atlantico.fr/rdv/nettoyeur/lecons-tirer-affaire-findus-pour-i...”>nous n'avons même pas de fermes verticales</a>.
  • Oui, il y a assez d'énergie pour tout le monde. Nous viendrons à bout (ou pas) de nos réserves de pétrole, mais il y a assez de matériau pour alimenter le monde entier à l'énergie nucléaire (notamment de l'énergie non dangereuse comme le thorium), sans parler du solaire dont le prix et la qualité baisse sans arrêt.

 

Il n'y a aucune raison technique pour laquelle le monde ne pourrait pas continuer à faire croître sa population. Par contre, il y a besoin d'une reconnaissance de notre problème de sous-population et d'une volonté politique d'y remédier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Redmonde
- 19/06/2013 - 20:46
LE MONDE A UN TRES GRAVE PROBLEME...
C'est la propagande nataliste et pro-immigration des porte parole zélés de l'ultra-libéralisme globalisateur dont l'idéal est un monde surpeuplé où le nombre des chômeurs augmenterait exponentiellement, de sorte que ceux qui auraient la chance de décrocher un emploi s'estimeraient heureux de recevoir des salaires de misère et où les industriels pourraient enfin payer tout le monde au tarif des ouvriers chinois.
mich2pains
- 19/06/2013 - 19:30
Et bien !.....
S'il est exact que le plus gros problème mondial est ....le manque de bébés , il y a fort à parier que ça ne va pas s' arranger avec " LE MARIAGE-POUR -TOUS-OU-PRESQUE " de la G000Che .......
ヒナゲシ
- 19/06/2013 - 18:28
Croissez & multipliez
« À densité équivalente à Paris, la population du monde entier pourrait tenir dans le Texas. »
 
C'est possible mais, pour permettre à une ville comme Paris de vivre, combien de territoires supplémentaires sont-ils nécessaires, combien de fleuves pour contribuer à former la Seine, combien de forêts, de plantes marines pour produire l'oxygène respiré par les Parisiens, etc. ?
 
À propos de vaste étendue, en voici une dont l'auteur ferait mieux de se soucier :
http://www.septiemecontinent.com/#!des-projets-innovants/c1ofx
 
Soit : des millions de tonnes de déchets plastiques agrégés dans le Pacifique, pour une surface évaluée à 6 fois la France.

Ça fait combien de Texas ?