En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 8 heures 59 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 32 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 12 heures 48 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 11 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 31 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 30 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 19 heures 45 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 9 heures 57 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 10 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 13 heures 44 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 17 heures 48 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 8 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 19 heures 53 min
Trans-Amérique Express

Pourquoi le scandale des écoutes de la NSA n'en est pas un

Publié le 15 juin 2013
Depuis les pseudo-révélations du Guardian, le monde entier semble découvrir la lune ! De qui se moque-t-on ? Non seulement les activités incriminées de la NSA ne violent pas la loi, mais elles en sont l’expression. Quant à l’espionnage, il est aussi vieux que le monde. Les moyens et les méthodes reflètent notre « âge de l’information ».
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les pseudo-révélations du Guardian, le monde entier semble découvrir la lune ! De qui se moque-t-on ? Non seulement les activités incriminées de la NSA ne violent pas la loi, mais elles en sont l’expression. Quant à l’espionnage, il est aussi vieux que le monde. Les moyens et les méthodes reflètent notre « âge de l’information ».

Qu’ont-ils donc tous à pousser des cris de vierge effarouchée ? A croire qu’ils ont croisé le loup ! Depuis une semaine, à droite comme à gauche, aux Etats-Unis comme ailleurs, chacun s’insurge de la découverte de programmes d’écoutes et de collectes de données mis en place par la NSA, la National Security Agency, branche de l’appareil de renseignement américain.

Certains Américains se plaignent de ce que leur liberté et leur droit à la vie privée ont été bafoués. Ils se trompent. Des étrangers s’indignent qu’un gouvernement étranger ait pu collecter des données sur eux à leur insu. Ils ont tort.

Qu’a-t-on vraiment appris ? Que l’espionnage existe. Ce n’est pas nouveau. Que notre époque pompeusement appelée « âge de l’information » est bel et bien celle de « Big Brother ». Il fallait être naïf pour ne pas le croire. A une différence près : Big Brother n’est pas celui qu’on croit. Ce n’est pas forcément le gouvernement. C’est chacun de nous !

D’abord les faits.

Informé par Edward Snowden, un analyste de 29 ans, employé de Booz Allen & Hamilton, sous contrat avec la NSA, le quotidien britannique The Guardian a  révélé l’existence de deux vastes programmes d’écoutes et de collectes d’information conduits par la NSA.

Le premier programme s’appelle « PRISM ». Il consiste en la surveillance et la collecte des activités Internet de personnes non-américaines, résidant à l’étranger. Le programme a été rendu possible parce que des compagnies américaines fournissant un accès internet (Microsoft, Google, Apple, Yahoo, etc) dans les pays concernés ont remis leurs données au gouvernement américain.

Le second programme consiste en la collecte des données téléphoniques de clients américains. Ces informations, sont appelées « métadonnées », car il s’agit « d‘informations sur les informations ». La NSA n’a pas eu accès au contenu des conversations téléphoniques, mais seulement aux numéros appelés, aux heures, à la localisation et à la durée des appels. Ces informations étant collectées de façon routinière par les compagnies de téléphone.

Aussi bien pour PRISM que pour la collecte de métadonnées, la NSA n’a pu procéder sans la coopération des compagnies citées. Celles-ci ont toutes nié avoir autorisé un « accès direct » du gouvernement à leurs données. Au nom de la protection de la vie privée de leurs clients. Elles ont par contre reconnu « respecter la loi » et, en conséquence, répondre aux injonctions de justice quand ils en reçoivent. C’est ainsi que la NSA a procédé avec la compagnie Verizon dans le cas des « métadonnées ». Elle a obtenu ces informations grâce à une décision de justice signée d’un juge habilité.  

A ce stade une première constatation s’impose. La NSA n’a pas violé la loi. Au contraire, elle a agi dans le cadre de celle-ci. Cette loi s’appelle FISA, pour « Foreign Intelligence Surveillance Act ». Elle date de 1978 ! Soit bien avant la guerre contre le terrorisme. Elle fut amendée en 2001, puis en 2008 et prolongée jusqu’en 2017 par un vote du Sénat pas plus tard que le 28 décembre 2012 (73 voix contre 23) ! Décidément, certains élus du Congrès ont la mémoire courte…

James Clapper, le Directeur des Renseignements américains s’est déplacé pour une audience au Congrès. Le texte est, comme il se doit, passé en commission, a été lu et débattu, etc. Il n’y avait donc rien de secret non plus. Informée des révélations du Guardian, Diane Feinstein, sénatrice de Californie, et présidente de la Commission du Sénat sur les Renseignements a d’ailleurs dit d’un air presque surpris « ces programmes ne sont pas nouveaux, ils existent depuis sept ans et sont reconduits régulièrement. »   La fameuse injonction remise à Verizon courait jusqu’en juillet 2013, elle venait après plusieurs autres, et plusieurs autres allaient venir après elle…

La NSA existe quant à elle depuis 1952. Soit 61 ans. Avec la fonction spécifique de « collecter des informations » jugées nécessaires à la sécurité nationale des Etats-Unis. La NSA emploie près de vingt mille personnes et dispose d’un budget de 15 milliards de dollars (de quoi faire des envieux de par le monde). De par la nature de ses activités, elle cultive néanmoins le secret et opère à la pointe de la technologie.

Ses activités n’ont jamais changé, mais ses méthodes et ses moyens ne cessent de se perfectionner. PRISM et le programme de collecte des métadonnées sont d’ailleurs conduits par des super-ordinateurs, seuls capables de gérer en un temps satisfaisant la quantité d’informations rassemblées. Pour un ordre de grandeur Internet suscite chaque année deux mille milliards de gygabites de données ! Si ces données débouchent sur une piste, il faut une nouvelle décision de justice pour la remonter. C’est alors que les analystes, comme Snowden, interviennent. Là, des abus sont en effet possibles. L’interview que Snowden a donné pour justifier ses révélations est d’ailleurs lumineuse sur la question : « il n’y a pas de supervision publique, ce qui laisse à des gens comme moi la latitude d’aller au-delà de ce que nous sommes autorisés à faire !» Bref, ce n’est pas le gouvernement qui pose problème, ce sont des employés comme lui et leur sens de l’éthique et du devoir…

Par contre, force est de reconnaître que le gouvernement américain n’a pas toujours agi au grand jour.

En 2005, le New York Times avait révélé l’existence d’un programme d’écoutes de communications entre les Etats-Unis et l’extérieur, autorisé par décret présidentiel et ne nécessitant pas la délivrance d’un mandat. Il était justifié, selon l’administration d’alors, par la guerre contre le terrorisme. Il avait été rendu possible par le vote du Patriot act après les attentats du 11 septembre. « Patriot » étant un acronyme signifiant «Provide  Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism ». Ce qui donne en français : « fournir des outils appropriés pour intercepter et empêcher le terrorisme ». Ce programme repoussait clairement les limites de la légalité. Face à la levée de boucliers des défenseurs des libertés individuelles, il avait été suspendu en 2007.

La loi FISA a été amendée en 2008 pour éviter un tel abus à l’avenir. Les écoutes clandestines ainsi que toute forme d’écoute conduite sous couvert d’un acte autorisé avec une intention autre ont été interdites.

Rappelons que pendant 50 ans un certain Jay Edgar Hoover eut sa petite entreprise d’écoute à lui tout seul. Sans jamais avoir recours au moindre mandat. Contrairement à l’idée reçue les libertés individuelles étaient peut-être moins protégées alors qu’elles ne le sont aujourd’hui.

Cela dit, si la Constituions des Etats-Unis protège les citoyens et les résidents légaux des Etats-Unis, elle ne s’applique pas aux étrangers. Encore moins quand ils se trouvent à l’étranger. Pousser des cris d’orfraies ne sert à rien. Le gouvernement américain, et les autres, s’espionnent entre eux et nous espionnent par la même occasion. Mais à y regarder de près, les gens s’espionnent aussi entre eux. Depuis la concierge à sa fenêtre, jusqu’aux gens filmant tout et n’importe quoi avec leur portable. Et Internet a révélé combien la sphère « privée »  était à géométrie variable. Pourquoi se plaindre du gouvernement quand chacun met son cœur et son corps à nu sur Facebook et ailleurs…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
shaï
- 15/06/2013 - 10:09
Tout à fait d'accord.
J'ouvre mon ordi à qui le veut, y'a rien à cacher. Comme je n'ai pas Face de chèvre" et autres gogoolerie, je suis heu-reux et tranquille. Bien emmerdé déjà avec mots de passes au boulot, mots de passe sur téléphones et autres clefs du champs de tir.
shaï
- 15/06/2013 - 10:00
Scandale içi, scandale là.
Scandales partout ? De vrai de vrai ? C'est scandaleux.
MARCHAIS, reviens, tu nous manque.
Vonz
- 13/06/2013 - 10:02
Des moutons bien dociles
"They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety deserve neither liberty nor safety.". Benjamin Franklin. L'espionnage a toujours existé et existera toujours mais M. Gerard Olivier ne maîtrise manifestement pas son sujet. Car l'espionnage est une action ciblé: Exemple, je suis anglais, je fais du tourisme en 1938 à Rhodes pour relever la position des batteries antiaérienne. Il y a des millions d'autres exemples possibles. Mais ici, il ne s'agit pas d'un acte d'espionnage, mais d'un système de surveillance systématique de la population et de la population étrangère. Si vous vous contentez d'être espionné par l'Oncle Sam, je vous annonce qu'à titre personnel je ne suis pas aussi conciliant. L'oncle sam ou quelqu'un d'autre d'ailleurs. Ce côté systématique sort bien évidemment du cadre d'une démocratie. Mais comme je suis un tantinet paranoia, j'ai tendance à imaginer que beaucoup d'entre vous vivraient très bien dans un système autoritaire.