En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 49 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 29 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 14 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 34 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 15 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 33 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 40 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 37 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 27 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 22 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

L'obsolescence programmée, ce mythe qui révèle à quel point notre rapport aux mécanismes économiques est biaisé

Publié le 26 avril 2013
A l'initiative du groupe écologiste, le Sénat a entamé un débat sur l'obsolescence programmée, voulant créer un délit pour punir les entreprises qui fabriqueraient un produit qui casse volontairement vite pour qu'un consommateur le rachète.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'initiative du groupe écologiste, le Sénat a entamé un débat sur l'obsolescence programmée, voulant créer un délit pour punir les entreprises qui fabriqueraient un produit qui casse volontairement vite pour qu'un consommateur le rachète.

A l'initiative du groupe écologiste, le Sénat a entamé un débat sur l'obsolescence programmée, voulant créer un délit pour le punir. Or, l'obsolescence programmée est tout simplement un mythe. Ça n'existe pas plus que les licornes ou le père Noël.

La raison en est très simple : si vous, entreprise, faites exprès de faire un produit qui casse vite pour qu'un consommateur le rachète, rien ne garantit qu'il le rachètera chez vous - c'est même l'inverse qui risque de se produire. Ça n'a aucun sens. Si vous achetez un lave-linge, certains fabricants vantent la durée de vie de leurs produits ; d'autres vantent le prix. Les consommateurs savent très bien qu'il y a un compromis à faire. Et la création de tout produit est un compromis entre de nombreuses exigences : durée de vie, prix, caractéristiques techniques, design, etc. Les différentes entreprises font des compromis différents, privilégiant différentes exigences, et les consommateurs arbitrent, choisissant en connaissance de cause.

Je pourrais me moquer du fait que les écologistes semblent encore être dans le Moyen-Âge économique, comme ce sujet et le sujet du logement l'avait montré, ne serait un fait gênant : lors de ce fameux débat, tous les groupes politiques se sont accordés pour dire que l'obsolescence programmée existe. Aïe. S'ils se sont accordés pour le dire, c'est que les Français le pensent. Si les Français le pensent, qu'est-ce que ça veut dire sur nous? Voilà quelques choses que ça révèle sur nous...

  • Le conspirationnisme. L'obsolescence programmée est, au final, une thèse conspirationniste. Pour qu'une politique d'obsolescence programmée puisse fonctionner (et même...), il faut que les entreprises fonctionnent en cartel, parce que sinon il sera trop rentable pour une entreprise de ne pas prendre part à la conspiration. Or, la France est friande de thèses conspirationnistes de tout poil et de pseudo-science. Des études ont montrées que dans les pays où la confiance entre les citoyens est faible, les thèses conspirationnistes prolifèrent (un exemple particulièrement criant est le Vénézuela), pour des raisons évidentes : si on n'a pas confiance en ses concitoyens et ses institutions, on sera plus réceptif aux conspirationnismes. Or la France est un des pays riches où la confiance entre les citoyens est la plus faible, comme l'a soulevé le livre La Société de défiance - et les pays où il y a le moins de confiance sont ceux où il y a le plus de demande pour un Etat-providence (si je n'ai pas confiance en mon voisin, il faut que l'Etat m'en protège), Etat-providence qui lui-même détruit la confiance, nécessaire au fonctionnement des marchés. Le mythe de l'obsolescence programmée est au cœur de ce nexus maléfique entre conspirationnisme, hostilité au marché et omniprésence de l'Etat.
  • Le mépris des consommateurs. Un consommateur n'est pas capable de faire un choix. Une composante du projet du Sénat est de rendre obligatoire les garanties à longue durée, ce qui augmenterait les prix des biens de consommation. En plus d'appauvrir les consommateurs et de réduire le pouvoir d'achat, ça montre un mépris du consommateur, c'est-à-dire de vous et moi : si nous refusons d'acheter une garantie à deux ans, nous avons peut être une raison. C'est le même biais qui a généré une telle hostilité à l'arrivée de Free Mobile : Free Mobile est indubitablement bon pour les consommateurs, en augmentant la concurrence et le pouvoir d'achat. Mais le cri d'orfraie était que Free réduirait les marges des autres opérateurs, comme si l'intérêt d'un marché des télécoms était d'enrichir Martin Bouygues et Stéphane Richard, et pas de fournir des produits et services aux consommateurs. C'est une sorte de mépris ontologique : les consommateurs ne sont pas juste bêtes, ils ne comptent pas. Leur offrir plus de choix et de pouvoir d'achat n'a aucune valeur dans le calcul.
  • L'incapacité à “penser marché.” Ce phénomène est lié au précédent. “Penser marché” c'est une attitude d'esprit qui n'est pas forcément naturelle, mais qui est nécessaire au 21e siècle, parce que le marché est le seul moyen viable d'organiser la répartition de la plupart des ressources. Si on “pense marché” on se rend vite compte que l'obsolescence programmée est une impossibilité du fait de la concurrence entre les entreprises. Si on “pense marché” on se rend vite compte du mépris pour les consommateurs que les lois contre l'obsolescence programmée créent.
  • La pénalisation de tout. Une proposition du groupe écologiste était de créer un “délit d'obsolescence programmée.” Je suppose qu'il faudrait rajouter à ça un délit de sorcellerie et un délit de chien à six pattes. Mais c'est révélateur de notre pénalisation de tout. Même si l'obsolescence programmée existait, faudrait-il vraiment en faire un délit ? Les gens de droite parlent parfois de l'inflation réglementaire, mais son exemple le plus grave, l'inflation pénale, qui crée tellement de délit que nous devenons tous des criminels (qui n'a jamais téléchargé ? Fumé un joint ? Fait un excès de vitesse ? Injurié quelqu'un en public ? Utilisé sa voiture d'entreprise pour des tâches personnelles ? Est absolument sûr d'avoir parfaitement déclaré tous ses revenus ?). La France est un pays autoritaire. Si on voit quelque chose de mauvais, il faut mettre quelqu'un en prison.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (96)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kerkillien
- 03/05/2013 - 13:13
Un détail...
Le client est roi ^^
Ilmryn
- 03/05/2013 - 03:55
@Kerkillien
Kerkillien : "XP forever ^"
.
Je suis aussi sur XP ;)
.
.
Kerkillien : "La thèse de l'obsolescence programmée s'est répandue d'autant plus facilement que les clients étaient mécontents."
.
.
Il y a un problème de ce coté effectivement : la civilisation qui donne plus aux humains que tout autre ayant jamais existé sur terre, avec des richesses même impensable pour les rois des siècles passés se compose de râleurs pourri-gâtés qui n'ont qu'un mot à la bouche "tout va plus mal, l'homme est une merde"
.
Des smicards (cf: "Serfs" au moyen-âge) qui on a disposition des choses que même des millionnaires ne pouvaient se payer voici 30 ans gueulent parce que ces choses ne durent que dix ans en moyenne pour 100 euros.
.
Il manque peut-être un stage de survie d'un mois en forêt à chaque citoyen pour réapprendre le minimum d'humilité et de fierté par rapport au chemin parcouru et à l'apport de la technologie industrielle.
Ilmryn
- 03/05/2013 - 03:52
@Kerkillien
Kerkillien : "Vous ne voulez pas de code de la route pour l'économie mais vous m'avez expliqué que celui qui concerne l'entretien des avions est des plus aboutis. Une blague ou encore du foutage de gueule?"
.
.
Plutôt une malcomprenance de votre part alors, vous confondez "moins et mieux" avec "rien", des mots pourtant fort éloignés dans le sens. Deuxième fois que je vous le dis.
.
Avec une liberté économique au niveau du Rwanda et un état à 57% du PIB on a une sacrée marge de moins & mieux en France.
.
Cerise sur le gâteau : si on regarde dans le top du classement des libertés on y trouve les pays les plus démocratiques, les moins endettés et ceux avec le moins d'impôts. Ils sont, en plus, comparables ou encore mieux classé pour le niveau de vie, le chômage, le social etc.