En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 15 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 51 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 3 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 3 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 55 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 55 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 46 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 55 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 3 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
La semaine Goldnadel

Faudra-t-il sous-louer la prison de Guantanamo pour y jeter toutes les victimes de la nouvelle police de la morale ?

Publié le 15 avril 2013
Cette semaine, Gilles-William Goldnadel revient sur le thème de la moralisation de la vie politique.
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Gilles-William Goldnadel revient sur le thème de la moralisation de la vie politique.

J’écrivais la semaine dernière que l’imposture morale socialiste, révélée par l’affaire Cahuzac, n’avait rien de nouveau. C’est aussi là où habite le scandale.

Il est une autre imposture pas assez dénoncée et qui est en passe d’exploser à la face de la gauche rubiconde, celle de l’intelligence.

Longtemps le Parti Socialiste s’est appelé, et d’abord  lui même, « le parti intellectuel », ces derniers jours il aura clairement pris celui de la sottise.

Ainsi, en début de semaine, Harlem Désir aura tenté un contre-feu qui aura fait long feu : celui de proposer ni plus ni moins un référendum « sur la moralisation de la vie politique ».

Dans cet esprit, je suggèrerais au premier secrétaire du parti d’autres sujets référendaires tout aussi pertinents : oui ou non pour la paix ? Oui ou non contre la pauvreté ? Oui ou non contre le cancer et les ongles incarnés ?

 

La diversion par la sainte transparence opérée par les socialistes aura eu plus de succès que le referendum mort-né. Des députés d’opposition s’y seront laissés prendre jusqu’à Alain Juppé qui avouera avec candeur n’avoir cédé que sous la pression médiatique.

Il faut reconnaître que l’exigence de publication par les seuls hommes politiques (pas question des journalistes ou des magistrats) de leur situation patrimoniale est une trouvaille géniale, qui va éradiquer incontinent toute fraude : même Mr. Cahuzac n’aurait jamais osé omettre de signaler l’existence de son compte singapourien.

Plus répugnant que le pédophile, plus ignoble que le terroriste, le fraudeur du fisc est en passe de devenir aujourd’hui la bête à abattre sans sommations. Mélenchon propose de revenir à la loi des suspects et un député socialiste de rendre licite le recel de vol de fichiers bancaires dérobés. À ce stade de répression bien tempérée, je suggèrerais de sous-louer aux Etats-Unis leur base de Guantanamo.

Les prisonniers qu’on y entasserait susciteraient moins de compassions que ceux qui s’y trouvent encore.

 

J’avoue ne pas bien voir la différence de fautive gravité entre celles de l’ancien ministre des finances et de l’ancien Grand Rabbin de France.

Postes prestigieux, exigences particulières imposés par leurs fonctions, usage sans parcimonie du discours sentencieux, libertés prises avec la morale et le droit, dénis suivis d’aveux sans grande spontanéité.

Ayant dit la semaine passée ce que je pensais de Mr. Cahuzac, je songe aujourd’hui, touchant  Mr. Bernheim, combien la langue française est riche de sens dans le mot pitoyable.

 

Mr. Désir, décidément jamais à court de diversions, aura taxé ce samedi la droite de radicalisation dans la querelle du mariage unisexe.

La gauche est comme cela, c’est dans son ADN : elle proscrit tout amalgame entre insécurité et immigration, elle interdit de voir dans les attentats sanglants contre les juifs la trace de l’antisionisme pathologique, elle liste les intellectuels qui auraient armé le bras d’un norvégien fou, en revanche elle s’octroie tous les raccourcis.

Hier, le Syndicat de la Magistrature voyait au pied des lettres de menaces reçus par Monsieur le juge Gentil les signatures à l’encre antipathique de Mr. Guaino et de Mme Morano.

Belle conjecture venant de magistrats intellectuellement requis à la prudence.

Aujourd’hui, la circonstance qu’un couple d’homosexuels parisiens ait été agressé a donné lieu aux amalgames et aux instrumentalisations de la plus belle facture. Le visage tuméfié des malheureux a été exhibé à la télévision de service public, l’homophobie serait en exponentielle croissance, et le nom de Mme Boutin, dont le gazage la semaine dernière avait donné lieu aux plus fines plaisanteries, a été donné en pâture. Celui de Mr. Jacob a également été suggéré ici ou là.

Il n’est ni sûr ni souhaitable que celui de ce jeune membre de l’UMP, actif dans la lutte contre le mariage pour tous et poignardé samedi, reçoive la même publicité.

La mort de Margaret Thatcher aura provoqué des réactions paradoxales.

D’un coté, et comme souvent s’agissant des conservateurs, l’Histoire est meilleure fille que l’actualité : Reagan, et même Nixon auront été enterrés avec une justice et une mesure qu’ils n’auront guère connues de leur vivant. Au rebours de la dame de fer, les dépouilles de Kennedy ou du Che s’oxydent chaque jour malgré leur embaumement ante mortem.

En dépit de ce qui précède, la mort de Maggie aura déchainé des deux cotés de la Manche des réactions de haine et de fureur, ordinairement prohibées en regard du respect dû dans le premier temps du trépas. C’est ainsi que nos gauchistes épris habituellement d’un esprit de laïcité rationaliste auront une fois de plus donné la mesure de leur démesure. Ceux d’Angleterre auront ressorti le culte noir de la sorcière, et Monsieur Mélenchon les flammes de l’enfer. Il faut dire que l’exécration d’une femme, de droite et occidentaliste valait bien cette messe exorciste.

Sur le fond, ces paroles de la défunte au sujet du conflit avec les mineurs anglais, pourraient être méditées par la droite française :

« C’est un combat décisif qui s’engage. Il y aura peut-être des morts. Nous serons probablement le gouvernement le plus impopulaire de la Grande Bretagne contemporaine. Pendant quelques mois vos fils auront peut être honte de dire que leur père travaille au numéro 10. Si vous n’y êtes pas prêt, dites le moi, il vaut mieux partir tout de suite. Ensuite rassurez-vous, ils en seront très fiers. »

Et après sa victoire : « De 1972 à 1985, la sagesse public voulait que la Grande Bretagne ne put être gouvernée sans le consentement des syndicats. Ce que cette défaite établit, c’est qu’il n’était plus question de laisser la gauche fasciste faire de la Grande Bretagne un pays ingouvernable. Il ne fallait pas remporter une demie victoire. Il fallait une victoire totale. »

Plutôt l’enfer avec Thatcher que le paradis avec Chavez et Mélenchon.

Je m’en voudrais de terminer cette chronique sans révéler la dernière espièglerie de notre service public national d’information.

Mercredi soir sur France 3, après un documentaire moins convenu que d’habitude sur la récidive, une émission intitulée « Le débat », a opposé Christiane Taubira à un ancien détenu.

Première surprise, en cette époque de moralisme financier, les journalistes ont choisi (sans le dire à l’antenne) un individu surnommé « le Madoff français », escroc multirécidiviste, toujours condamné avec sursis jusqu’à sa dernière condamnation ferme pour avoir circonvenu une quinzaine d’épargnants.
Notre homme est venu, avec un bel hasard, expliquer à l’unisson de la Garde des sceaux que la prison était l’école du crime, alors même que son cas démontre que c’est bien l’impunité qui est son meilleur professeur (il ne semble pas en outre qu’il ait récidivé ensuite de son incarcération)...

Seconde surprise, au cours de ce qui était censé être un débat contradictoire, notre homme a donc acquiescé docilement tout ce que décrétait Madame Taubira.

La surprise aurait été moins grande si on nous avait dit que notre Madoff national faisait partie des détenus sélectionnés pour témoigner par le ministère de la Justice lors de sa fameuse conférence de consensus.

Un esprit grognon pourrait voir derrière un tel débat une escroquerie récidivante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Yann
- 20/04/2013 - 00:45
IPJ, L'Institut de l'incarnation de la bétise.
Notre homme est venu, avec un bel hasard, expliquer à l’unisson de la Garde des sceaux que la prison était l’école du crime, alors même que son cas démontre que c’est bien l’impunité qui est son meilleur professeur (il ne semble pas en outre qu’il ait récidivé ensuite de son incarcération).
- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je dois être un peu stupide, je n'ai pas vu l'ombre d'une démonstration ?
esurlo
- 16/04/2013 - 15:27
YA PLUS DE SOUS........
Pour payer le loyer .......! ! ! !!
MauvaiseFoi
- 16/04/2013 - 07:11
Rappel pour ceux qui se reconnaîtront
Thatcher a été élue démocratiquement 3 fois. Comme les socialoecologauchobobococos aujourd'hui, elle a appliqué son programme. Quand ils sont au pouvoir, c'est bien. Quand ce sont les autres, c'est mal. Curieux démocrates version goulag pour tous les opposants.
Quand à Hessel, je persiste et je signe : c'était un vieux con. Mais contrairement aux mêmes, je n'irai pas cracher sur sa tombe comme ils se proposent de le faire sur celle de Thatcher.