En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 15 min 57 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 3 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 42 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 43 sec
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 10 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 13 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 31 min 49 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 40 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 18 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 44 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 57 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 6 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 22 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Quitte ou double

Et la vraie info de la semaine ? Le Japon est en train de sauver le monde... ou de détruire l'économie globalisée

Publié le 05 avril 2013
La Banque centrale du Japon a décidé mercredi de passer à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser comme auparavant sur une politique de taux d’intérêt nul.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale du Japon a décidé mercredi de passer à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser comme auparavant sur une politique de taux d’intérêt nul.

Ca y est. Ils ont franchi le Rubicon.

La Banque centrale du Japon a lancé cette semaine une révolution, qui ne laisse plus de choix : soit le Japon va sauver le monde, soit un énorme pan de la théorie économique sera détruit.

Explications.

L'activité économique crée de l'inflation. Plus les gens créent de valeur économique, plus ils créent de monnaie (à travers les banques, qui créent la monnaie qui finance l'économie). Le job d'une banque centrale est de gérer la quantité de monnaie pour garder un équilibre : éviter, d'un côté, trop d'inflation, et de l'autre, le marasme économique et la déflation. Et personne ne doute qu'avec ses taux directeurs, une banque centrale peut le faire (elle peut faire des erreurs sur le comment, mais personne ne doute qu'elle a ce pouvoir).

Le problème arrive lorsque la banque centrale a ses taux directeurs à zéro et qu'il n'y a toujours pas assez d'activité économique ni d'inflation, et qu'elle ne peut plus baisser ses taux pour la relancer. Est-ce que la banque centrale à taux zéro est impuissante, ou non ?

Les deux théories économiques dominantes, néo-keynésiennes et monétaristes, sont d'accord pour dire que non. A taux zéro, la banque centrale a toujours des outils à sa disposition : elle peut créer de la monnaie pour acheter des actifs. Cela fait baisser les autres taux d'intérêts et augmenter la valeur des actifs (et, avec de la chance, crée un peu d'inflation), ce qui encourage les gens à investir et à consommer.

L'épicentre de ce débat est le Japon, qui a eu en premier (et depuis longtemps) ce problème d'une économie faible et déflationniste avec un taux directeur à zéro. Mais ce débat nous concerne aujourd'hui tous, puisque les Etats-Unis, la zone euro et la Grande-Bretagne sont aussi à taux zéro et avec une économie en sous-régime.

Le Japon a bien tenté plusieurs rachats d'actifs, ce qui n'a pas eu grand impact sur l'économie. Pour les partisans de l'impuissance des banques centrales à taux zéro, le point est prouvé : le Japon a essayé les achats d'actifs et ça n'a pas marché. Pour les partisans de la puissance (dont l'auteur de ces lignes), le cas du Japon ne prouve rien car ses efforts n'ont été que limités, à la fois en montant et dans le temps.

Le point clé à comprendre ici est que, pour les partisans de la puissance des banques centrales, une fois que les taux sont à zéro le principal outil d'une banque centrale est les attentes des marchés. L'inflation et la relance économique sont des phénomènes auto-réalisateurs : si tout le monde pense qu'il n'y aura pas de croissance, ils investiront et consommeront moins, et il n'y aura effectivement pas de croissance ; si tout le monde pense qu'il y aura une relance, ils investiront et consommeront en conséquence, et la relance sera là. Si tout le monde pense qu'il y aura inflation, ils consommeront vite et exigeront des augmentations, ce qui fera grimper les prix ; si tout le monde pense qu'il y aura déflation, ils attendront avant de consommer (puisque les biens vaudront moins cher demain) et la déflation sera là. L'importance des attentes a été mise en lumière par les derniers travaux économiques, qui ont fait évoluer la politique de la Fed comme je l'expliquais précédemment.

Dans ce contexte, les rachats d'actifs ne “comptent” pas tant en tant que tels qu'en tant que signal de la détermination de la banque centrale à faire grimper les prix et relancer la machine économique. Il y a une sorte de mécanique de bluff entre les marchés et la banque : la banque peut créer une quantité infinie de monnaie, donc il n'y a pas de doute que si elle le veut vraiment elle peut créer de l'inflation. La question est : est-elle prête à aller jusqu'au bout ? A tolérer un peu trop d'inflation pour relancer l'économie ? Si le marché pense que la banque centrale bluffe, elle pourra acheter tout ce qu'elle veut, ça ne changera pas grand chose. Il faut que la banque centrale soit prête à aller plus loin que le bluff, à “faire tapis”, pour convaincre décisivement le marché et créer la prophétie auto-réalisatrice. Dans une récession, le bon banquier central doit ressembler à James Dean dans La Fureur de vivre, ce qui n'est pas vraiment leur tempérament...

C'est en tous les cas le point de vue des partisans de la puissance des banques centrales.

Quel est le rapport avec le Japon ?

Le Japon a récemment élu un nouveau premier ministre, Shinzo Abe, qui veut à tout prix relancer l'économie japonaise, et tellement qu'il est prêt à utiliser tous les moyens du bord : relance fiscale, relance monétaire et réformes structurelles. Il veut notamment faire baisser le yen et relancer l'inflation. J'avais déjà évoqué cette révolution.

Son élection avait par elle même provoqué une baisse du yen et une relance des marchés d'actions japonais, mais cette relance a faibli—encore une fois à cause du problème du bluff. Shinzo Abe ira-t-il jusqu'au bout ? En aura-t-il même les moyens ? La banque centrale coopérera-t-elle ? Dans un pays avec un pouvoir si important des retraités, qui veulent le moins d'inflation possible, les autorités oseront-elles vraiment la relance ?

La banque centrale japonaise nous a donné la réponse cette semaine. Elle a annoncé un programme extrêmement ambitieux : des rachats d'actifs trois fois plus importants (par rapport à la taille de l'économie) que ceux de la Fed américaine, potentiellement de tous types d'actifs : obligations gouvernementales japonaises et étrangères, et même obligations privées et actions. Et surtout, la banque centrale a mis en place une cible explicite d'inflation de 2% et s'est engagée à l'atteindre. La banque centrale a clairement dit au marché : “Je ne bluffe pas, je suis prêt à tout faire pour faire grimper lex prix.”

Bref, elle a “fait tapis.”

Sauf coup de théâtre, maintenant, il ne reste plus que deux possibilités. Soit les partisans de la puissance de la banque centrale ont raison, et la détermination de la Banque du Japon relancera l'économie japonaise après vingt ans de marasme. Dans ce cas-là, la Banque du Japon aura sauvé le monde, en montrant aux autres banques centrales comment relancer l'économie à taux zéro. Il y aura de l'espoir pour la zone euro et les Etats-Unis.

Soit la Banque du Japon n'arrivera pas à ses fins ; il faudra alors repenser plusieurs piliers de la théorie économique, et une relance en Europe et aux Etats-Unis deviendra beaucoup plus difficile.

Dans tous les cas, la révolution qui a lieu en ce moment au Japon déterminera l'avenir économique du monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sicenetoi
- 06/04/2013 - 14:01
le japon ?
Et pourtant il nous était montré comme exemple il y a ...;25 ans !
boblecler
- 06/04/2013 - 09:56
Les droitiers doivent revenir à la base de la relance keynésienn
Pour relancer la consommation, shinzo abé ou l'autreur doivent se remémorer la pyramide de maslow qui est à la base de la théorie keynésienne. La consommation commence par la satisfaction des besoins primaires se loger et se nourrir et l'économie du japon est basée sur des produits entertainment et des biens à haute valeur ajoutée donc le japon doit avant tout redistribuer des ronds aux gens les plus pauvres qu'ils achètent des sacs de riz et puissent se loger pour relancer la hasse du logement et provoquer l'envolée des crédits hypothécaires et il faut exporter. Hier j'ai vu la différence entre un réflexe nipon à 2000 euros et la caréma galaxy samsung à 399 euros. Le premier avait une bonne manufacture mais pauvre en connectique sans fil, pas trop de mémoires internes alors que l'autre offrait la possiblité de téléphoner de surfer sur internet pour partager ses photos. Les Japonais doivent donc augmenter leur capacité d'innovation pour reconquérir des parts de marchés. les ventes de toyota sont en baisse de 10 %
Sossa
- 06/04/2013 - 08:49
Levez le nez de la théorie monétaire !
Le problème du Japon n'est pas monétaire, il est que sa population se réduit ; tous les progrès en termes de productivité des salariés passent à maintenir la production constante malgré une baisse de la population active. Au lieu de faire joujou avec le yen, Abe devrait s'occuper de créer un climat propice au cumul emploi / enfants pour les japonaises.