En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 5 heures 17 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 7 heures 45 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 10 heures 1 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 10 heures 32 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 11 heures 7 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 5 heures 2 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 6 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 11 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Trans-Amérique Express

Pourquoi le pétrole s'apprête à faire renaître l'Amérique

Publié le 04 avril 2013
Miracle ou mirage ? Les Etats-Unis vivent un formidable boom pétrolier susceptible de révolutionner leur économie et de bouleverser les équilibres stratégiques mondiaux.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Miracle ou mirage ? Les Etats-Unis vivent un formidable boom pétrolier susceptible de révolutionner leur économie et de bouleverser les équilibres stratégiques mondiaux.

C’est la révolution dont personne ne parle. Elle se déroule pourtant sous nos yeux. Depuis dix ans déjà. Elle va se poursuivre et marquer la première moitié du 21e siècle. C’est le boom pétrolier et gazier que connaissent les Etats-Unis. Plutôt que de révolution, certains préfèrent parler de « renaissance ». On pourrait aussi évoquer une « fièvre du pétrole » tant les Américains sont engoués par ce qu’ils vivent. Au point que certains mettent en garde contre un mirage, sachant que dans l’histoire les « booms » ont souvent été suivis de « busts », c’est-à-dire d’effondrement.

Quoiqu’il en soit cette renaissance aura des conséquences durables sur l’économie américaine et sur les équilibres mondiaux, bâtis depuis un plus d’un demi- siècle sur un pétrole et un gaz du Proche-Orient, produits et acheminés sous protection américaine.

D’abord quelques chiffres qui en disent long. Pour la première fois depuis 1995 les Etats-Unis produisent plus de pétrole qu’ils n’en importent.
Il n’y a pas si longtemps la consommation de pétrole américaine, soit 18 millions de barils par jour, provenait pour 40% de la production nationale, un chiffre qui ne cessait de baisser, et pour 60% d’importations, un chiffre qui ne cessait d’augmenter. Ce rapport est en train de s’inverser. Depuis 2006 les importations de pétrole américaines ont pratiquement diminué de moitié, passant de 13 millions de barils en 2006 à 6,7 millions de barils en 2012.

Quant à la production elle était tombée à 5 millions de barils/jours en 2008. Elle est désormais de 6,8 millions de barils jours. Elle devrait passer le cap des sept millions de barils avant la fin de l’année et le cap des 8 millions avant fin 2014. L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit que des 2017 les Etats-Unis redeviendront le premier producteur de pétrole au monde, devant l’Arabie Saoudite et la Russie. Selon l’agence le cap des 10 millions de barils/jours sera passé dès 2015 et ce pour vingt ans au moins. Le boom pétrolier en cours pourrait donc durer jusqu’en 2035.

Même chose dans le secteur gazier. Mais plus vite encore. Toujours selon l’AIE Les Etats-Unis passeront devant la Russie en 2015. Ils basculeront de plus en plus vers cette source d’énergie aux dépens notamment du charbon, dans leur production d’électricité. Ce qui aura à la fois une incidence écologique, avec une réduction des émissions de CO2, et une incidence économique, le prix du gaz sur le marché américain ayant chuté de 60% en dix ans.

D’où vient cette soudaine abondance d’hydrocarbure ? D’une double révolution technologique : la fameuse « fracturation hydraulique », « fracking » en anglais, associée à la possibilité de percer des puits à l’horizontal. Avec un même résultat : rendre récupérables des quantités importantes de pétroles considérées jusque-là inaccessibles.

Voilà pourquoi les Américains parlent de « renaissance » et pas de « révolution ». Dans la bouche des « oilmen », le « pétrole jaillit à nouveau là où il a jailli avant ». Et les quantités recouvrées dépassent pour l’instant tous les pronostics. En 2010 les réserves de pétroles américaines « prouvées » étaient de 25 milliards de barils. Augmentées de réserves dites « non conventionnelles », elles passent à 83 milliards de barils. Et trois à quatre fois plus si on ajoute les réserves off-shore.

Ce boom remonte à 2003. Car c’est à cette époque que de petits producteurs indépendants ont commencé d’exploiter ces nouvelles techniques. Pour être rejoints à partir de 2008 par les « majors », les grosses compagnies. De sortent que les Etats-Unis voient aujourd’hui les bénéfices de cinq à dix ans d’investissement. En 2003 on dénombrait moins de deux mille puits horizontaux en activité aux Etats-Unis. En 2013, soit dix ans plus tard, il y en a plus de quarante-cinq mille, vingt fois plus. D’où une accélération sensible des hausses de production.

Pour la seule année 2012 la production de pétrole a augmenté de 1,12 millions de barils/jours. L’équivalent de toute la production indonésienne, ou colombienne. Depuis 2006 la production de pétrole et d’équivalent pétrole à partir du gas naturel ou des « bio-fuels » a augmenté de 3 millions de barils/jours. C’est-à-dire l’équivalent de toute la production de brut de l’Iraq. Cette tendance devrait se poursuivre. Avec une croissance annuelle de la production de un million de barils. Economistes et hommes politiques envisagent désormais ouvertement cet horizon tant souhaité et insaisissable depuis 50 ans, l’indépendance énergétique ! Un rapport du Citigroup, au titre révélateur, « 2020 Indépendance Day », paru en février prévoit que d’ici seulement cinq ans les Etats-Unis pourraient ne plus importer de pétrole que de leur voisin canadien. Ce qui signifie ne plus dépendre du Moyen Orient ou de l’Amérique latine. Les conséquences géostratégiques d’un tel bouleversement seraient monumentales.

Depuis les années 1930 et l’alliance entre Franklin Roosevelt et le roi Abdel Aziz Ibn Seoud, les Etats-Unis ont lié leur approvisionnement pétrolier au Royaume Saoudien et aux pays du Proche Orient, l’Iraq, le Koweit ou les Emirats Arabes Unis. Alliance assortie côté américain d’un engagement à assurer la stabilité de la région, sa sécurité et la libre circulation sur ses voies maritimes. La fin de cette dépendance rendrait l’imposant dispositif militaire américain déployé dans la région superflu. Avec d’énormes économies à la clé, à une heure où Washington cherche désespérément à faire justement des économies.

La fin de cette dépendance ne signifierait pas l’effondrement économique de la région. Dans les années à venir la perte du client américain devrait être plus que compensée par les importations accrues de la Chine, de l’Inde ou du Brésil. Ainsi que par une hausse soutenue de la demande du simple fait de la croissance démographique mondiale. Par contre il s’agira peut-être pour ces nouveaux pays de prendre le relais des Américains pour assurer la sécurité régionale.

Pour l’heure le boom pétrolier américain engendre un renouveau industriel aux Etats-Unis. Le Nord Dakota, qui recouvre d’importantes réserves de gaz de schiste va construire deux raffineries. Le Texas et la Louisiane des terminaux gaziers. Les bénéfices dépassent le secteur pétrolier. L’accès à une énergie bon marché incite de grands groupes à réinstaller leurs usines sur le sol américain. Quelques trois millions d’emplois manufacturiers pourraient revenir aux Etats-Unis d’ici 2020. Quelques cinq mille milliards de dollars d’investissements liés aux réserves pétrolières non conventionnelles sont projetés sur les vingt prochaines années.

Ces annonces ont créé aux Etats-Unis une excitation et une attente pas vues depuis des décennies. Le pays est gagné par la « fièvre du pétrole ». D’où quelques voix de Cassandre pour mettre en garde contre « l’illusion pétrolière » et ses conséquences environnementales. Pour l’heure elles sont noyées dans l’enthousiasme général. « Les règles du jeu ont changé » résumait un économiste sur NBC. Les Américains ont un atout majeur en main, ils vont l’exploiter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yvonman53
- 04/04/2013 - 21:22
Ah!
""L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit que des 2017 les Etats-Unis redeviendront le premier producteur de pétrole au monde, devant l’Arabie Saoudite et la Russie""

Ça sent les énergies renouvelables !!
yt75
- 04/04/2013 - 10:59
Joli
Joli relai de propagande, en attendant pour le pétrole on en est là :
http://iiscn.files.wordpress.com/2013/03/laherrere_all_liquids_production_1900-2200.jpg
C'est à dire un monstrueux choc pétrolier qui hélas ne fait que commencer.
Mais cela fait longtemps que l'on n'est plus capable de nommer les choses, de toute évidence.
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
EOLE
- 03/04/2013 - 19:41
Hello Dr COUE !
Tout va très bien Madame la marquise, etc.
Et ça ira encore mieux demain: la bourse est au plus haut, les finances sont au mieux, tous les indicateurs sont au beau fixe, les infrastructures au top, etc.
Qui voulez-vous convaincre M. Olivier?