En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 14 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 5 heures 54 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 48 sec
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 38 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 9 heures 58 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 39 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 3 heures 57 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 4 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 2 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 9 heures 51 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 12 heures 46 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 23 min
Le nettoyeur

Pourquoi le désastre chypriote est révélateur de l'essence politique de la crise de l'euro

Publié le 03 avril 2013
La crise de Chypre exprime le fait fondamental de la crise de l'euro : les membres des diverses nations de l'Europe ne veulent pas “payer” les uns pour les autres.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise de Chypre exprime le fait fondamental de la crise de l'euro : les membres des diverses nations de l'Europe ne veulent pas “payer” les uns pour les autres.

Il faudrait arrêter d'interroger des économistes sur la crise de l'euro. Il faudrait interroger des historiens, et peut être des psychiatres. Les “remèdes” économiques à la crise sont évidents : un mélange de relance monétaire et fiscale et d'ajustements structurels et, à long terme, soit une forme d'union budgétaire ou au moins redistribution, soit la fin de l'expérience “euro” et le retour aux monnaies nationales.

 

Les raisons pour lesquelles ces remèdes ne sont pas évoqués ne sont pas économiques ; elles sont politiques.

 

Rien ne montre ça mieux que le fiasco chypriote. A l'heure où j'écris ces lignes, Chypre pourrait peut être faire exploser la zone euro (si on voulait annoncer la sortie d'une zone monétaire, le meilleur moment serait vendredi après la fermeture des marchés et des banques). Le tout pour un pays qui compte pour moins de 1% du PIB de la zone euro. Le problème n'est pas de trouver l'argent pour renflouer Chypre. Le problème est politique.

 

Et là, personne n'a un bilan glorieux. La “troïka” et les allemands, qui veulent à tout prix punir plutôt que réparer (si j'ai fumé au lit, est-ce que les pompiers laissent l'incendie détruire ma maison avant de l'éteindre?), remettent en cause tout le système financier européen en brisant le tabou de la protection des dépôts. Le gouvernement chypriote aussi, qui a apparemment insisté pour que la taxe sur les épargnants touche même les petits épargnants, afin de signaler aux dépositeurs étrangers qu'ils les protégeaient autant que possible.

 

Certains expliquent que Chypre devrait payer parce que c'est un paradis fiscal et bancaire pour oligarques russes, oubliant que l'UE le savait parfaitement en admettant Chypre et n'a pas protesté outre-mesure jusqu'ici (et que la punition collective n'est pas franchement ce qu'il y a de plus honorable).

 

La crise de Chypre exprime le fait fondamental de la crise de l'euro : les membres des diverses nations de l'Europe ne veulent pas “payer” les uns pour les autres. Quand je paye des impôts à l'Etat français, je ne me dis pas que je suis un parisien qui est forcé de renflouer les Creusois paresseux, et je n'écris pas à mon député pour qu'il empêche les Creusois de recevoir le RSA tant que leur conseil départemental n'a pas remboursé ses dettes. Pourtant l'agglomération parisienne est économiquement beaucoup plus dynamique que le reste de la France, et de fait sa croissance est ponctionnée par le reste du pays. Mais nous comprenons que cel fait partie du contrat social qui fait de nous des français. Les Creusois sont français avant d'être Creusois, et en tant que français je leur dois quelque chose.

 

A contrario, les Allemands ne veulent pas payer pour les Grecs. Après la réunification de l'Allemagne, le pays a dépensé énormément d'argent et a ralenti son économie pour intégrer l'Allemagne de l'est, et si les riches Wessies grommelaient parfois, il n'y a jamais eu de mouvement politique de masse pour abandonner les Ossies.

 

On peut s'indigner, on peut moraliser, on peut gesticuler—c'est comme ça. C'est un fait. Et c'est le fait central de cette crise. Et le problème n'est pas spécifiquement allemand: si toutes les augmentations d'impôts et baisses de dépenses du gouvernement Hollande étaient pour la Grèce, nous serions furieux.


Les européens ne se sentent pas assez européens pour faire un petit sacrifice pour les autres européens, mais se sont dotés d'institutions qui exigent de tels sacrifices. C'est un problème politique. Les économistes ne peuvent qu'être les comptables du naufrage du continent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ElmoDiScipio
- 23/03/2013 - 14:03
@laurentso
Ne racontez pas n'importe quoi .
On ne peut avoir une "crise de l'Euro" et pleurer dans un même temps de la surévaluation de cette même monnaie.

D'autre part, la crise est une crise de la dette libellée en Euro et émise par les Etats. Les Entreprises ont elles tjrs autant de facilité pour se refinancer sur l'Euro.

Il ne peut y avoir de problème de gouvernance de la zone Euro qd le problème unique (surendettement des Etats) ne fait partie de la compétence d'aucune instance Européenne. La BCE je vous le rappelle est en charge de l'inflation pas de la masse monétaire ni des prix du crédit long terme ni de la croissance ni de l'organisation Bancaire.

C'est d'ailleurs assez comique que les grands pourfendeurs du rôle de l'Allemagne oublient qu'au temps de la Buba (Bq Centrale Allemande) celle ci avait le strict contrôle de l'organisation bancaire.
laurentso
- 23/03/2013 - 10:45
@mani
Il y a une crise de la "gouvernance" de la zone euro. Qui commence à se doubler d'une crise de confiance envers la monnaie elle-même. Pour le moment, elle ne se traduit pas dans les parités monétaires -au contraire même- mais cela ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire, sans tomber dans le catastrophisme ambiant.
Mani
- 22/03/2013 - 23:55
Il n'y a pas de crise de l'euro !
Je me demande dans quelle langue il faut le dire... Parce que certains pays (pas tous, loin de là) qui ont l'euro sont en crise (et ils ne sont pas les seuls, loin de là), on en déduit que l'euro est en crise. Ça s'appelle un paralogisme...