En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 14 heures 5 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 15 heures 1 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 19 heures 17 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 20 heures 1 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 12 heures 58 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 13 heures 43 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 14 heures 26 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 19 heures 9 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 22 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Le nettoyeur

Pape François : ce que le souverain pontife pense de l'économie, et ce qu'il pourrait en penser

Publié le 03 avril 2013
L'élection du pape François changera sans doute beaucoup de choses, mais à l'heure actuelle, il est peu probable qu'il change la vision économique de l'Eglise.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'élection du pape François changera sans doute beaucoup de choses, mais à l'heure actuelle, il est peu probable qu'il change la vision économique de l'Eglise.

L'Archevêque argentin, Mgr Jorge Mario Bergoglio avait les opinions sur l'économie répandues dans ce pays : hostilité au FMI après la crise de la dette argentine (oubliant que cette crise fut créée par l'Argentine elle-même, en fixant sa monnaie au dollar), et plus généralement rhétorique contre le “néolibéralisme” et le libre-échange. Il était en ligne avec une synthèse vaticane qui critique à la fois les excès (ou pas seulement les excès) du capitalisme et le crypto-marxisme de la théologie de la libération. La critique romaine du capitalisme s'est accentuée depuis la crise financière internationale, avec l'encyclique de Benoît XVI L'amour dans la vérité, très critique à l'encontre de la mondialisation et de la finance.

La vision de l'économie qui ressort du Vatican depuis le Concile Vatican II se limite souvent à la vision des démocrates-chrétiens et des sociaux-démocrates de l'Europe de la deuxième moitié du XXe siècle (et pas par hasard, c'est de ce contexte que sont issus la plupart des penseurs économiques actuels de l'Eglise) : un peu de libre-entreprise, mais pas trop ; un peu de syndicalisme, mais pas trop ; un peu de redistribution fiscale, mais pas trop. Cette vision a beaucoup d'arguments pour elle, mais est-elle encore adaptée à la réalité du XXIe siècle, où la mondialisation est une réalité et l'innovation une nécessité ?

La philosophie de la doctrine sociale de l'Eglise est beaucoup plus riche que cette synthèse qui peut en émerger. Si le nouveau pape veut adapter cette doctrine au XXIe siècle, il y a déjà beaucoup d'outils qui peuvent l'y aider.

Premier exemple : la subsidiarité. La subsidiarité est un principe qui veut qu'une décision doit être prise par l'entité la plus petite à même de résoudre le problème. Cette très vieille doctrine de l'Eglise date de l'effondrement de l'Empire romain, où l'Eglise s'est soudain trouvée la seule entité administrative encore intacte. La subsidiarité n'est pas seulement une règle de prudence politique, c'est une sage reconnaissance de ce que doit être l'humilité humaine.

La subsidiarité a également des implications pour l'économie. La vision de l'économie de Hayek se fonde sur les imperfections d'informations qui sont dans l'économie. Un grand planificateur central (qu'il soit public ou privé) ne peut tout simplement pas avoir assez d'informations sur tout ce qu'il gère pour distribuer efficacement les ressources. Parce que nous avons tous une information imparfaite, les décisions économiques doivent être prises au plus petit échelon : l'individu d'abord, le marché et l'entreprise ensuite. Cette vision de l'économie est une conséquence logique du principe de subsidiarité bien compris.

Deuxième exemple : le distributisme. Cette école de pensée catholique date du début du XXème siècle, pour tracer une “troisième voie” entre marxisme et capitalisme débridé. L'idée centrale du distributisme est de répandre la propriété des moyens de production le plus possible dans la société afin de permettre l'indépendance de chacun et d'empêcher la domination, à la fois de l'Etat ou des grandes entreprises.

Certaines idées du distributisme, comme le retour des guildes, sont anti-économiques (les guildes créent une barrière à l'emploi et réduisent le pouvoir d'achat). Mais le principe général, ainsi résumé par GK Chesterton : “Trop de capitalisme ne signifie pas trop de capitalistes, mais pas assez” est très riche.

Avec internet où chacun peut devenir marchand sur eBay ou auteur sur Kindle, et où les barrières à l'entrée à l'entrepreneuriat sont plus que jamais réduites, la vision distributiste est plus que jamais pertinente. A contrario, notre système financier corporatiste, où l'Etat subventionne les grandes banques et les protège de la concurrence, bénéficierait d'une bonne dose de distributisme. 

On pourrait disserter très longuement sur la richesse de la doctrine sociale de l'Eglise. L'idée n'est pas que l'Eglise devrait être “plus libérale” : même si le libéralisme est bon, il est utile d'avoir des prophètes pour nous rappeler les dangers de l'argent. L'idée est de constater que la pensée catholique sur l'économie a une richesse insoupçonnée et peut être parfaitement pertinente aux défis du 21ème siècle. Mais celle-ci préfère trop souvent rester sur des rails très prévisibles (pour caricaturer : “le capitalisme financier néo-libéral c'est mal mais on est pas des communistes non plus”) plutôt que d'être un vrai signe de contradiction et de contribuer des idées vraiment nouvelles au débat économique, qui en a bien besoin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 16/03/2013 - 07:41
Bonnes Nouvelles
Que le nouveau pape soit anticapitaliste, à tout prendre, c'est une bonne nouvelle !
Il y a aussi le mouvement de révolte et d'amour propre du Parlement Européen face à la pègre immonde incarnée par mrs Barroso et Van Rompuy : quelques pas dans la bonne direction...
Titan75
- 16/03/2013 - 01:22
@ Thomas 78
Mais encore ?
Fraternellement.
Thomas78
- 16/03/2013 - 01:14
Le Pape François
Préparez vous à quelque chose que vous n'avez jamais vu auparavant... (vos notions d'Economie vont en prendre un coups...). Fraternellement. :-)