En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 3 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 57 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 10 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 11 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 11 min
Le nettoyeur

Maurice Taylor et Arnaud Montebourg : les frères jumeaux

Publié le 03 avril 2013
Cette semaine, Pascal-Emmanuel Gobry revient sur la querelle qui oppose le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg au PDG de Titan Maurice Taylor et montre à quel point les deux hommes sont en fait pareils et pensent pareils.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Pascal-Emmanuel Gobry revient sur la querelle qui oppose le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg au PDG de Titan Maurice Taylor et montre à quel point les deux hommes sont en fait pareils et pensent pareils.

La chose la plus frappante de l'affaire Taylor-Montebourg qui domine l'actualité économique française cette semaine est la parfaite ressemblance entre les deux protagonistes. Montebourg et Taylor sont des jumeaux.

Jumeaux psychologiques d'abord : malgré leurs styles différents, les deux hommes ont exactement la même démarche. Nous avons là deux coqs de basse-cour qui se dressent sur leurs ergots pour montrer qu'ils ont la plus grosse... crête.

Les deux hommes s'accablent à coup de clichés : d'un côté les ouvriers français syndiqués paresseux surpayés, de l'autre la France attractive par sa qualité de vie, ses infrastructures et la productivité de ses employés.

Il est évident en lisant les lettres que ce qui motive ces personnages est uniquement l'orgueil, et en cela Taylor et Montebourg sont bien jumeaux. Taylor et Montebourg sont tous les deux connus dans leur pays pour leurs envolées rhétoriques, et Taylor s'est même lancé brièvement dans une carrière politique aux Etats-Unis, remarquée pour son style outrancier (on y reviendra).

Quiconque connaît la psychologie ou la littérature sait qu'on ne hait personne aussi facilement que celui qui nous ressemble, et nous en avons là un parfait exemple. La seule différence est que si pour un patron, donc citoyen privé, ce type d'excès est comique, pour un ministre, mandataire d'une charge publique, il est consternant, d'autant plus que la lettre de Montebourg se conclut par une menace de rétorsion administrative, procédé qu'on pourrait qualifier de mafieux, et certainement contraire à l'état de droit.

Jumeaux idéologiques surtout. En apparence, Montebourg et Taylor ressemblent à des opposés idéologiques. D'un côté le ministre socialiste, partisan du patriotisme économique et de la politique industrielle. De l'autre côté le patron américain brut de décoffrage, forcément de droite et ultralibéral (malheureusement il n'est pas texan et ne porte pas de bottes ni de chapeau de cow-boy). Taylor est effectivement membre du Parti républicain aux Etats-Unis, mais lors de sa campagne électorale de 1996, le cheval de bataille de Taylor était...l'opposition au libre-échange. Les propos de Montebourg sur le “dumping” dans sa lettre auraient pu être repris mot pour mot par le Taylor de 1996.

Montebourg et Taylor sont tous les deux des fervents croyants de la même idéologie, cette idéologie fausse qui sous-tend tous les débats sur le commerce international et la “compétitivité” : l’idéologie de la “guerre économique”.

Comme l'a très bien isolé l'économiste Alexandre Delaigue, la métaphore de la mondialisation comme “guerre économique” infecte nos débats économiques et les vide. Comme il l'écrit, cette idée est que : “Les nations sont prises dans une grande bataille pour le marché mondial, qui fait des vainqueurs et des vaincus, des victimes et des gagnants.”

Pour Taylor comme pour Montebourg, les pays doivent se protéger dans la guerre économique grâce à des barrières douanières. Taylor dit : “La France perd la guerre économique parce que les Chinois vont faire des pneus à un euro de l'heure”, Montebourg répond : “Non, nous allons gagner la guerre économique en étant productifs et en luttant contre le dumping! (P.S. Casse-toi pauv' c...)” mais ils sont tous les deux d'accord sur l'état des choses.

Le fait est que le commerce international est un jeu collaboratif fait d'échanges à somme positive. Les acteurs du commerce international collaborent entre eux pour fournir des produits et des services, ils ne se font pas la guerre. Le Luxembourg n'a pas de champions nationaux, ne produit rien, n'exporte rien, et c'est le pays le plus riche du monde. La Chine subventionne ses champions nationaux à tire-larigot, produit tout, exporte follement, et les Chinois ont des revenus plus faibles que les albanais et les gabonais.

Dans une chronique concernant déjà Arnaud Montebourg, j'avais expliqué l'absurdité de l'idée de la guerre économique, idée fausse et néfaste aussi répandue à droite qu'à gauche.

Alors forcément, quand on est un petit caïd à l'égo surdimensionné, ça flatte plus de se prendre pour un général dans la grande guerre économique mondiale que pour un simple facilitateur d'échanges mercantiles. Ça ne veut pas dire que nous devons écouter ceux qui se racontent ces sornettes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MONGE
- 28/02/2013 - 11:19
Excellent
Très bonne analyse très bien menée et très bien écrite.
Toutefois, même s'ils sont semblables, j'échangerais volontiers 2 Montebourgs contre 1 Taylor...
Ludo1963
- 24/02/2013 - 14:43
article nul, comme d'habitude chez Gobry
Maurice Taylor a choqué les bien pensance dont Gobry fait partie.
mais c'est un ancien ouvrier qui a monté sa boîte, pas un petit énarque ou un avocat à effet de manches comme Montebourg.
Taylor voit juste sur les syndicats et le gouvernement, il a exagéré sur les ouvriers mais ce type est cash.
Montebourg est une sinistre ordure...
tout faux le Gobry
ABCD
- 23/02/2013 - 17:21
la guerre économique n'existe pas?
M. P.E. GOBRY se bâtit un petit credo personnel sur "la guerre économique", qui ne tient pas debout. Il n’a pas compris Alexandre Delaigue et en déduit un parallèle qu’il croit « constructif » entre les visions des 2 personnages : Taylor et Montebourg.
La guerre économique a toujours existé, et existera toujours, faite de gros combats, de trêves, de guérillas sans fin.
Elle n'est pas du tout idéologique ni virtuelle et n'existe pas que dans la tête des protagonistes. Elle est éternelle, réelle, et résulte de facteurs concrets IMPOSSIBLES à éradiquer.
Elle s'exerce à tous les niveaux d'agrégation: continentaux, nationaux, régionaux, communaux, individuels.
Même si un jour, il existait un gouvernement mondial entièrement unifié aux points de vues législatifs, fiscaux, etc., la guerre économique existerait toujours entre groupements d'intérêts nouveaux. Elle est ultraviolente et impitoyable même chez les animaux.
Vouloir l'éradiquer est aussi utopique et insensé que d'imaginer interdire la pesanteur terrestre ou la lumière du soleil. Dans ce cadre éternel, Taylor et Montebourg sont 2 généraux dont l'un emmène son armée au désastre. Lequel? Montebourg évidemment.