En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 10 min 5 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 28 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 46 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 56 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 58 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 21 heures 8 sec
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 35 min 43 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 30 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 43 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 52 min
Le nettoyeur

La France va-t-elle rater la révolution de l'université en ligne ?

Publié le 03 avril 2013
Pour que la France devienne le leader de la prochaine révolution de l'enseignement supérieur et ne rate pas le coche comme elle se prépare à le faire, il faudrait que le ministère de l'Enseignement supérieur institue un programme de concours pour créer des programmes d'enseignement supérieur en ligne.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour que la France devienne le leader de la prochaine révolution de l'enseignement supérieur et ne rate pas le coche comme elle se prépare à le faire, il faudrait que le ministère de l'Enseignement supérieur institue un programme de concours pour créer des programmes d'enseignement supérieur en ligne.

Un concept alléchant en économie du développement est celui du “leapfrog” : l'idée qu'un pays en développement peut “sauter des étapes” et arriver à un stade de développement plus avancé que les pays riches. L'exemple le plus connu est celui de la téléphonie mobile : dans les pays où il n'y a pas de lignes de téléphone fixe, la téléphonie mobile a été adoptée beaucoup plus vite que dans les pays riches, et a permis la création de services, comme la banque et les paiements mobiles, qui en sont encore à leurs balbutiements ici.

Mais les avancées de la technologie étant ce qu'elles sont, les pays riches comme la France doivent aussi réfléchir à faire leurs propres “leapfrog”. Un domaine qui présente une belle opportunité pour se faire est l'enseignement supérieur.

Presque tout le monde est d'accord pour dire qu'en France l'enseignement supérieur est cassé. Le système est incroyablement complexe, il accentue plutôt que compense les égalités sociales, nos universités ne sont pas reconnues à l'international, etc.

Pour beaucoup de réformateurs, le modèle à adopter est le modèle “international”, qui est vraiment le modèle américain, dont on nous fait la liste des avantages par rapport au modèle français : des grandes universités généralistes à “masse critique”, avec une union entre la recherche et l'enseignement qui permet le rayonnement, des liens forts entre universités, anciens et entreprises qui permettent un meilleur financement et une meilleure insertion dans le marché de l'emploi, et oui, des frais de scolarité qui permettent un meilleur financement et, s'ils sont progressifs, plus d'égalité.

Les établissements d'enseignement supérieurs français (HEC, Sciences Po, Dauphine, Polytechnique...) essayent tous de se transformer en mini-Harvard ou mini-MIT. Les universités créent des alliances et des structures-chapeau (les “PRES”, ou “pôle de recherche et d'enseignement supérieur”) pour atteindre cette fameuse masse critique. L'Etat a vendu des participations pour lever des milliards et créer des “campus” à l'américaine pour nos universités.

Mais le paradoxe est qu'alors même que nos établissements essayent à tout crin de s'américaniser, aux Etats-Unis, ce fameux modèle est plus que jamais remis en question. La demande accrue ainsi que le manque de concurrence ont fait exploser le prix de l'enseignement, et les étudiants reçoivent des dizaines de milliers de dollars de dette en plus de leur diplôme (phénomène qui se répand de plus en plus dans les grandes écoles françaises). L'évolution de l'économie remet en question le modèle de l'enseignement-une-fois-pour-toute-de-18-à-22-ans et exige un modèle plus flexible, tout au long de la vie.

Mais, ce qui remet surtout en question le modèle américain, c'est internet. Aux Etats-Unis, de nombreuses startups se sont lancées qui font un enseignement en ligne adapté. Sebastian Thrun, professeur d'intelligence artificielle renommé à Stanford (il est un pionnier de la robotique), a mis en ligne un cours sur l'intelligence artificielle et, devant son succès, a quitté son prestigieux poste pour la startup Udacity.

L'enseignement en ligne a des avantages innombrables par rapport à l'enseignement actuel. Les étudiants peuvent avancer à leur rythme. Ils peuvent avoir accès aux meilleurs professeurs, et les meilleurs professeurs peuvent enseigner à des millions d'élèves à la fois. Avec des outils de partage, les étudiants peuvent poser toutes leurs questions et avoir les meilleures réponses, de la part d'autres étudiants ou du professeur. L'enseignement peut être complètement individualisé via des algorithmes qui s'adaptent à chaque étudiant. Et l'enseignement est beaucoup, beaucoup moins cher.

Le meilleur parallèle est l'arrivée du cinéma par rapport au théâtre. Le cinéma permet de faire des choses qui ne sont pas du tout possible au théâtre. Et surtout, grâce à ses économies d'échelle, le cinéma permet de déployer beaucoup plus de ressources dans un film: meilleurs acteurs, infiniment plus de moyens, etc. Une pièce coûtera le même prix à monter à la 100ème présentation qu'à la première, alors que le coût par spectateur d'un film baisse à chaque nouveau visionnage. Et surtout, le cinéma n'a pas tué le théâtre.

L'enseignement en ligne ne pourra jamais remplacer le meilleur de l'enseignement traditionnel, l'interaction personnelle entre des étudiants motivés et un grand professeur, tout comme le cinéma ne pourra jamais remplacer la magie du spectacle vivant. Mais le cinéma a remplacé le théâtre comme divertissement de masse, parce qu'il est beaucoup plus efficace économiquement—et parce qu'il a aussi sa propre magie, que le théâtre ne peut pas remplacer, et qu'aujourd'hui plus personne ne nie.

Si les meilleures représentations théâtrales sont incomparables à un film, il n'y a guère de doute qu'avant l'arrivée du cinéma, la représentation théâtrale moyenne était bien moins bonne qu'un bon film. Le cinéma n'a pas tué le théâtre, mais grâce à la technologie et à ses propriétés économiques, il a permis un accroissement incroyable de la qualité de divertissement disponible à M. Tout-le-monde (et de la richesse de notre culture), et ce pour un prix modique.

De la même manière, l'enseignement en ligne ne tuera pas l'enseignement traditionnel mais permettra à tout-un-chacun une qualité moyenne d'enseignement incroyablement supérieure à ce que nous connaissions avant, et ce pour beaucoup moins cher. Un bon cours en ligne ne vaut pas un séminaire de recherche avec un grand savant, mais il est assurément meilleur qu'un cours de première année avec des centaines d'étudiants entassés dans un amphi à la sono pourrie, ce qui est très souvent la réalité concrète de l'enseignement supérieur. 

Revenons à ce concept du “leapfrog” : la France essaye tant bien que mal de copier le meilleur modèle actuel—pile au moment où ce modèle arrive à bout de souffle, et où un nouveau modèle bien meilleur est en train d'émerger. Etant donné le caractère vital de l'enseignement supérieur à l'égalité des chances et à l'économie du 21ème siècle, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre la mauvaise voie.

Alors, que faire? Laissons nos institutions actuelles faire ce qui bon leur semble. Mais le ministère de l'Enseignement supérieur devrait créer un programme de concours pour créer des programmes d'enseignement supérieur en ligne, selon une liste de critères très précis, qui seraient évidemment reconnus par l'Etat. Les institutions existantes, tout comme des startups et des associations, pourraient y participer. Au lieu de dépenser des milliards pour créer des campus, outil du 20ème siècle (ou du 14ème...), faisons-le pour l'avenir. Ce concours attirerait l'investissement à la fois de l'étranger et de nos professeurs, chercheurs et entrepreneurs les plus audacieux. La France deviendrait instantanément le leader de la prochaine révolution de l'enseignement supérieur, au lieu de manquer le coche comme elle se prépare à le faire aujourd'hui.

Un des slogans de Mai 68 était “L'imagination au pouvoir.” Nous attendons encore...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nicolasM
- 09/02/2013 - 11:18
La question du cours magistral
A l'origine le cours magistral se justifiait par le coût des ouvrages. Avec la démocratisation du livre, le cours traditionnel n'a plus de raison d'être. J'aime assez faire cours mais je sens bien que 80% de mon énergie est dépensée en pure perte. Les cours en ligne peuvent permettre de se concentrer sur l'essentiel en groupe restreint ce qui n'est pas nécessairement source d'économie dans certaines filière (dont la mienne : le droit).
zelectron
- 09/02/2013 - 09:02
Ce serait étonnant que la France se reveille
le CNED permet de suivre (pas de précéder) un enseignement mais pas en ligne et encore moins interactif, à part le BAC qui reste un examen commun, le reste ...
Je me méfie comme de la peste des programmes qui seront choisit par les uns, les autres n'ayant pas voix au chapitre. Peut-être faudra-t-il annoncer la couleur politique d'une part de ceux qui choisiront les enseignements et d'autre part des professeurs? Ça ce serait une avancée majeure !
Ou alors pour un prof de droite dix profs de gauche ?
boblecler
- 09/02/2013 - 08:47
Les cours en lignes existent
Les cours en lignes existent depuis 10 ans. Le problème est la reconnaissance des diplômes par les employeurs et qu'il faut toujours du présentiel. Le prix reste abordable ou pourrait même être pris en charge par le ministère ou dans le cadre des 34 milliards d'euros pour la formation professionnel, via l'économie réalisé sur le foncier.