En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 4 min 19 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 56 min 4 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 22 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 50 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 53 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 54 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 29 min 57 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 20 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 24 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 38 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 37 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 46 min
© Capture d'écran Youtube / Euronews
© Capture d'écran Youtube / Euronews
Atlantico Green

Une étude britannique révèle que l’océan Atlantique contient beaucoup plus de plastique que ce qu’on croyait

Publié le 23 août 2020
Des chercheurs britanniques estiment que l’océan Atlantique pourrait contenir jusqu'à 200 millions de tonnes de particules de microplastique. Quel est l'état de l'océan Atlantique aujourd'hui ? Un avenir meilleur est-il envisageable pour les océans ?
François Sarano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Sarano est docteur en océanographie, plongeur professionnel, chef d'expédition pendant treize ans à bord de la Calypso, directeur de recherche du programme Deep Ocean Odyssey et cofondateur de l'association Longitude 181. Il est l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs britanniques estiment que l’océan Atlantique pourrait contenir jusqu'à 200 millions de tonnes de particules de microplastique. Quel est l'état de l'océan Atlantique aujourd'hui ? Un avenir meilleur est-il envisageable pour les océans ?

Atlantico.fr : Des chercheurs britanniques estiment que l’océan Atlantique pourrait contenir jusqu'à 200 millions de tonnes de particules de microplastique. D'après les évaluations précédentes, l'ensemble des déchets plastiques versés dans cet océan était plutôt de l'ordre de 17 millions de tonnes - soit dix fois moins. Quel est l'état de l'océan Atlantique aujourd'hui ? Et quelles conséquence le plastique a-t-il eu sur lui ?

François Sarano : On découvre de plus en plus de plastique. On en déverse toujours plus, et nous avons beau tirer la sonnette d'alarme depuis plus de 40 ans, cela continue. Les mesurettes que l'on prend aujourd'hui ne changeront jamais rien. Il faut absolument cesser de produire des sacs en plastique, des bouteilles, du plastique à usage unique de manière générale. Si nous voulons que ça change, il ne s'agit pas de prendre de petites mesures. On va interdire les petits sacs, ça ne suffit pas. Il faut que toutes ces productions s'arrêtent. Tous ces objets finissent par être machouillés par les cachalots, les tortues. Ensuite, il faut savoir que nous mesurons différemment aujourd'hui. Autrefois, les micro particules nous les ignorions. On s'aperçoit aujourd'hui que les macro déchets deviennent des micro déchets. La mesure évoquée dans cette étude britannique n'est même pas la bonne, tellement le plastique est minuscule. Et il se fractionne encore, intervenant dans la chaîne alimentaire, et étant ingéré par des crustacés microscopiques. Le plancton marin est fait d'algues microscopiques, de bactéries, et de petits crustacés. On retrouve à l'intérieur de ces petits crustacés ces microplastiques. La mesure du nombre n'a même plus de sens, nous pourrions mesurer d'une façon différente et en retrouver encore plus. Il faut réaliser que le plastique est un véritable poison et qu'il rentre dans l'ensemble de la chaîne alimentaire.

L'ensemble des animaux est touché, depuis les plus microscopiques jusqu'aux cachalots. Il n'y a donc aucune autre solution : les pays qui sont en capacité de prendre des mesures rapidement doivent interdire le plastique. On souhaite l'interdire à partir 2021, pour que les gens s'adaptent... Soit nous souhaitons que cela change, soit non. Car dès que l'on passe à l'action, c'est très compliqué. Bien sûr, il faut également que cette transformation s'effectue auprès de tous : est-ce que j'utilise du jetable ? Est-ce que je privilégie le verre aux assiettes en plastique ? La décision est individuelle, il ne faut pas attendre des mesurettes de la part du gouvernement, qu'il ne prendra surement jamais. Il faut que chacun d'entre nous, comme nous le demandons avec l'association Longitude 181, dans une campagne qui s'intitule "ici commence l'océan" prenions conscience de cela. Il faut agir maintenant, chez soi, et aujourd'hui. Car sinon, on continuera de me téléphoner concernant les études qui deviennent de plus en plus graves. En 1992, lors de la conférence de Rio sur l'environnement, nous parlions déjà de ça. Les chefs de l'État avaient tous signés une convention "l'agenda 21". On devait changer, je constate que rien n'a changé. Ces chefs d'États avaient conscience de la gravité des choses, puisqu'ils ont lu ces rapports et les ont même signé. C'est donc à nous, citoyens, de changer. 

Comment l'Océan Atlantique a-t-il évolué ces 10 dernières années ? Les conséquences des microplastiques sont-elles les mêmes que celles des déchets plastiques que l'on connait (paille, sac...) ? 

Nos impressions, nous les plongeurs et baigneurs, sont les mêmes que les chiffres de l'étude britannique. Sous la surface, c'est la castatrophe. Les plastiques ne font pas que flotter, ils s'enfoncent. Pour un plastique en surface, il y en a mille dessous. Après ça, les requins pelerins, les raies, tous les poissons gobent le plastique car ils ne parviennent pas à faire le tri. Il y a donc une véritable dégradation. Pourquoi ? Parce que le Gouvernement ne prend que des "mesurettes", et parce que les mesures imposées aux distributeurs de plastique sont insuffisantes. 

Il y a une vraie différence : les microdéchets sont ingérés par des microanimaux, qui eux-mêmes vont être mangés en million par des animaux plus gros. Les crustacé de la taille d'un demi-ongle qui ingèrent ces microplastiques, sont consommés par la baleine par milliards . Elle ne digèrera pas les microplastiques. De même pour les poissons. Les microplastiques entre donc directement dans la chaîne alimentaire, et sont donc partout. Les gros sacs plastiques deviendront dans dix ans des petites billes, c'est pour cela qu'il faut impérativement les arrêter. Les associations essaient de nettoyer régulièrement les océans, les mers... mais quand c'est au large, on ne peut plus arrêter ça. 

Peut-on croire en une prise de conscience générale ? 

Les chiffres sont de plus en plus alarmants. Les journalistes, les associations doivent parler de ces chiffres. Et puis, il y a l'exemplarité. Je vais acheter mon pain, je refuse le sac car j'ai déjà un sac réutilisable. De temps en temps, des clients derrière moi ont le leur également. Il faut être contagieux, agir, tout de suite. Si vous avez changé une personne, vous avez gagné. Il faut que chacun se sente concerné, car il n'y a pas de loi et pas de mesure contre les distributeurs. Nous consommateurs, avons une puissance infinie avec notre non-consommation. Si nous décidons que l'usage unique ne doit plus être utilisé, que nous ne l'utisons plus, et bien nous pouvons changer les choses. Dans notre campagne, nous parlons des déchets plastiques, les plus visibles puis les pollutions qui commencent dans notre évier. Nous ne pouvons plus avoir de double discours qui est :"je veux offrir un bel avenir à mes enfants mais le gouvernement ne prend aucune mesure", ça ne tient pas. 

Un avenir meilleur est-il envisageable pour les océans selon vous, ou cela relève-t-il de l'utopie ? 

Évidemment que cela est possible. Par exemple, lorsque j'ai commencé, vous m'auriez demandé de plonger avec un cachalot, je vous aurais dit que cela était impossible, qu'ils ont été massacrés et qu'ils fuient les bateaux. Aujourd'hui, vous voulez venir nager avec un cachalot ? Sans soucis, ils vont venir devant vous. Comme les otaries, les phoques, les baleines. Ils sont tirés d'affaires. Les mesures de protections marchent. Autre exemple : nous faisons des réserves marines. Tout de suite, la vie revient en abondance. L'océan, contrairement au milieu terrestre, ne peut pas être désertifié. Ce sont les courants marins qui transportent les éléments nutritifs partout dans l'Océan, ce qui permet aussi aux algues de pousser et qui ramènent les œufs en permanence. Les animaux marins (exceptés les requins, les raies, les baleines et les dauphins) ont une forte fécondité. Ce qui signifie que dès que l'on arrête, la vie reprend. Mais, il y a la menace des différents polluants (pesticides, métaux lourds, plastiques) et ont une action à retardement. Tout comme le poison, vous n'allez pas mourir directement, cela a un effet à retardement et vous serez fatigué. Vous n'aurez pas la résistance qu'il faut, ni la reproduction nécessaire. Alors si vous souhaitez offrir un environnement plus riche à vos enfants, c'est possible, mais faisons-le. 

Il suffit de ne pas acheter de pailles, de verres en plastique, de ne pas acheter de jetable. Les masques sont une catastrophe, les gants aussi. Si l'on prend des mesures de précautions, faisons des masques non jetables. J'entends que nous allons distribuer des masques jetables à tout le monde, mais c'est à hurler. Qu'allons-nous faire de tout ça ? Nous les retrouvons partout, et en mer, ils sont partout. Nous n'avons aucune conscience que nous faisons partie de ce vivant, nous sommes court-termistes. Nous avons toujours la sensation d'être extérieurs à tout ça : ce n'est pas le cas. Tout est lié. Ce que je fais actuellement, aura des conséquences demain. Et l'océan nous est crucial : nous utilisons chaque jour l'eau qui s'en est évaporée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 24/08/2020 - 13:32
le bon de cet article est que pour une fois
Atlantico et l'auteur ne mélangent pas pollution et ... climat.( et dc le supposé RC d'origine anthropique)
Oui le plastique est une catastrophe.Il est rare m^me sous les tropiques de ne pas voir des déchets plastiques sur les plages. Le tiers monde est devenu un dépotoir.
Qu'attendent les ONG pour agir en nettoyant les mers , les océans, les plages, les rivières et les fleuves?
Montrez les images au 20h.
Evidemment en complément d'une action déterminée en amont sur la production et la consommation des plastiques.
patafanari
- 23/08/2020 - 19:37
Que font les tortues ?
Elles étaient censées dévorer les sacs plastiques. La seule qui a été signalée occupe le poste de ministre de l’éducation nationale .
COUKOUCéMOI
- 23/08/2020 - 19:30
L'étudephilie à la manoeuvre !
"Selon une étude" de Mézigues MOIMEM, les sacs "plastique" mis à disposition réglementairement au rayon fruits et légumes des supermarchés se décomposent.... en micro particules !!! assez rapidement, ce que ne faisaient pas les anciens.
Ainsi, le progrès c'est qu'ils sont rapidement... microparticulisés; ça se voit donc moins, et c'est plus facilement ingèrable par les organismes !
"ON" interdit, "ON" remplace...par pire !
Tout ça validé par d'innombrables Z'experts scientiques à la C** et autres sachants écolos addicts !
TROP TOP !