En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 18 min 11 sec
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 5 heures 4 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 6 heures 18 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 9 heures 9 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 9 heures 11 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 4 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 5 heures 21 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 6 heures 32 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 9 heures 10 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 9 heures 13 min
© DR / Copyright / Reuter
© DR / Copyright / Reuter
La Minute Tech

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

Publié le 10 août 2020
La navigation privée proposée par la plupart des grands navigateurs web vous promet de surfer incognito, et sans laisser de traces. Désolé de vous décevoir : cet outil ne vous rendra pas du tout "invisible", mais juste un peu moins visible…
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La navigation privée proposée par la plupart des grands navigateurs web vous promet de surfer incognito, et sans laisser de traces. Désolé de vous décevoir : cet outil ne vous rendra pas du tout "invisible", mais juste un peu moins visible…

Atlantico.fr : La navigation privée garantie-t-elle un certain niveau d'anonymat sur internet ?

Franck DeCloquement : Pour bien comprendre, il faut d'abord analyser comment fonctionne cette fameuse « navigation privée » dont on parle… et qui n'a, au demeurant, rien de privé. Démystifions donc rapidement cette affaire : l’une des  idées reçues les plus loufoques et géniale inventée par nos « storytellers » du Web pour nous vendre habilement leur affaire sous le prisme du marketing, est bien cette notion fantasque de « navigation privée ». Car tout cela désigne en réalité l’option informatique permettant de ne pas sauvegarder les cookies après fermeture de notre navigateur. Et donc, quand vous activez cette fonctionnalité sur votre navigateur internet, un certain nombre d'informations, habituellement enregistrées, ne sont pas conservées à l’issue de votre « surf » digital.

Résultat : de très nombreux internautes pensent encore que « personne » ne sait ce qu’ils font sur internet quand ils ouvrent une fenêtre de navigation en mode « privée » pour surfer à leur guise. Et nombreux croient réellement que cette option les protège véritablement des regards indiscrets, ou de l’œil inquisiteur des marchés. Mais en fait, il n’en est rien !

La navigation « privée » revêt plusieurs noms. Et chaque navigateur l’arrange à sa guise, selon sa propre sémantique spécifique : Google Chrome, Mozilla Firefox et Safari l’appellent « navigation privée », d’autres la nomme « fenêtre privée », d’autres encore comme Internet Explorer l’appellent « navigation InPrivate ». Mais peu importe son nom de baptême en définitive, car cette fonction ne vous rendra pas plus libre, ni même invisible sur le Web… Elle ne masque pas non plus votre adresse IP. Et vous n’imaginez pas, de ce fait, toutes les informations que vous éparpilliez à chaque fois que vous surfez sur internet…

Quel que soit le navigateur, il est ainsi possible d’activer une option pour ouvrir de nouvelles fenêtres de navigation privée, ou des onglets. Au choix. Il suffit pour cela de se rendre dans le menu pour trouver cette option assez facilement. Mais aux yeux de qui, au juste, cette navigation est-elle en réalité « privée » ? En fait, à nos propres yeux… Et cela est très simple à comprendre : sur nos machines informatiques, quand nous activons le mode « incognito », nous ouvrons en réalité une nouvelle session de navigation. Toutes les données recueillies au cours de cette nouvelle session sont stockées dans des fichiers temporaires. Et à la fermeture de la fenêtre de navigation, ces données sont automatiquement effacées… En revanche, elles ne sont « effacées » seulement qu’au niveau LOCAL. C’est-à-dire que notre historique de navigation n’est lui pas disponible SUR NOTRE PROPRE MACHINE ! En gros, il n’y a que nous qui n’ayons plus aucune trace de notre historique de navigation…

En revanche, que voit en définitive nos différents fournisseurs d’accès à l’Internet (ou « FAI »), quand nous surfons grâce au mode « navigation privée » ? Nos fournisseurs d’accès internet savent en réalité à peu près TOUT ce que nous faisons en ligne ! Et cela, pour une raison assez simple au demeurant : les serveurs DNS ont l’historique des sites que nous avons visité. Les systèmes d’enregistrement des données ont fait leur travail, et ont donc tout sauvegardé. Même les webmasters des sites savent exactement ce que nous faisons sur leurs sites Web et ce qui plébiscite au juste nos attentions individuelles. Sans oublier les services de renseignement : français, américains, mais également ceux de nos autres « très grands amis » géopolitiques… Avec toutes les traces digitales que nous laissons derrières nous, et notre adresse IP, il est donc très aisé de nous localiser, voire même de nous identifier avec un peu de dextérité numérique… 

En France, les données de navigation des utilisateurs sont d’ailleurs sauvegardées sur une longue période. Car nos fournisseurs d’accès ont aussi l’obligation légale de conserver ces informations. C’est la loi !
On y retrouve pêle-mêle :

- Les sites sur lesquels nous nous rendons (streaming online, sites pour adultes, banques, etc.)

- Les E-mails que nous envoyons (avec les adresses de l’expéditeur et des destinataires)

- Les fichiers que nous téléchargeons directement ou indirectement, etc. 

Toutes ces données sont utilisées pour ficher systématiquement les habitudes de millions d’utilisateurs et de consommateurs digitaux à travers le monde. La plupart du temps, dans but commercial. Et peu importe que nous utilisions la navigation « privée » sur IOS ou Windows. Cela ne rien à l’affaire...

Quelle est l'objectif véritable de cette fonction, si elle n’empêche rien en définitive ?

Sa fonction première est en réalité de rassurer le grand public, en prônant un écosystème de « confiance » et de « responsabilité » des fournisseurs et des opérateurs, face aux appétences étatiques et commerciales souvent démesurées que nourrissent ces mêmes acteurs du secteur de la Tech. 

Interrogeons-nous d’abord sur ce qu’est notre « empreinte numérique » ? Ce sont en réalité toutes les données que nous laissons trainer derrière nous sur internet. Ces « petites traces invisibles », que nous éparpillons en permanence sur la toile, tel le petite Poucet avec ses cailloux blancs ! Et cela, sans même le vouloir, ni-même le savoir la plupart du temps. Et activer la navigation supposément privée sur nos navigateurs ne va donc rien résoudre au demeurant. 

Voilà en outre quelques informations qu’on laisse choir en permanence durant nos cessions privées de surf digital :

- Notre identité, et d’où l’on se connecte géographiquement.

- Le numéro de téléphone depuis lequel on se connecte sur smartphone.

- Les données, l’heure et le type de communication utilisée (le réseau social utilisé, VoIP, P2P, sites web, emails, Messenger, etc…)

- La durée d’utilisation de chaque service.

- La position géographique de la connexion.

- Avec qui l’on communique, quand et combien de temps.

- Les détails rédactionnels d’un e-mail.

Les points essentiels pour protéger notre anonymat, ad minima, d’une navigation réellement privée, repose donc sur des points fondamentaux pour la sauvegarde de nos vies :

- Maintenir cachées nos habitudes de connexion.

- Masquer le lieu depuis lequel on se connecte (c’est d’ailleurs une question de sécurité personnelle dans les pays à forte censure.)

- Maintenir cachées nos communications personnelles, comme les mails et les messages instantanés (WhatsApp, Skype, etc.)

- Ne pas rendre publiques nos informations de navigation.

Et tout cela, l’option de navigation « privée » Firefox, Chrome ou celle d’autre navigateur bien connus ne le permettent pas. Et si vous pensiez que c’était le cas, rendez-vous à l’évidence : la navigation privée Chrome ou Firefox ne fait rien de tout cela !

Finalement, comment peut-on simplement et efficacement protéger nos vies privées, en naviguant plus intelligemment sur internet ?

Mettre en place les bonnes pratiques pour surfer avec des traces moindres s’impose à chacun pour demeurer libre. Les différentes méthodes abordables pour le grand public sont bien connues, et permettent en réalité de mettre en place des protections relatives… Autrement dit, un « écran de fumée » partiel. Car, ne nous le cachons pas, les Etats ont très largement les moyens de tout connaitre. Et même les actions de chiffrement de bout en bout. C’est ainsi. 

1. Utiliser un VPN.

Un VPN, ou « réseau privé virtuel », est un logiciel de sécurité internet. Une fois connecté à internet via un VPN, tout notre trafic web est donc chiffré. Et, en fonction du protocole utilisé, il devient assez difficile, voire presque impossible de le déchiffrer… En principe…

Le logiciel crée une sorte de « tunnel virtuel » entre notre appareil et un serveur VPN. Ce serveur peut être d’ailleurs situé n’importe où, et même à l’étranger (ce qui nous permet en outre d’utiliser l’adresse IP d’un autre pays). Et dans ce « tunnel », toutes nos données peuvent être ainsi chiffrées, au même titre que les protocoles qu’utilisent les grandes centrales du renseignement pour s’échanger les documents soumis au secret.

Pour beaucoup d’internautes, chiffrer leurs données est devenu une priorité. Au même titre que d’installer un antivirus sur son ordinateur ou un masque pour se protéger du nouveau Coronavirus dans la vraie vie...

Aujourd’hui, tout le monde trouve tout à fait normal d’installer un bon antivirus sur sa machine, ainsi qu’un firewall puissant. Mais la connexion elle-même a besoin elle-aussi d’une véritable protection.

Les VPN sont disponibles sur tous les appareils (Windows, Mac, Linux, Android, iOS). Il est ainsi également possible d’en installer sur son smartphone. A notre époque, tous les détails de nos vies personnelles sont contenus dans ces modestes appareils de communication. Ce serait d’ailleurs stupide ou inconséquent de laisser cette connexion internet sans protection.

2. Utiliser Tor.

Autant le dire d’emblée : il n’est pas possible de naviguer anonymement et à 100 % avec Tor. Et si vous pensiez le faire, c’est raté. Parce qu’utiliser Tor sans VPN, c’est un peu comme se rendre à la guerre avec un fusil, mais sans chargeur… Impossible donc de naviguer en mode anonyme si vous ne chiffrez pas votre trafic et ne changez pas d’adresse IP. 

3. Utiliser un « proxy ». 

Une autre chimère que l’on peut lire un peu partout est qu’il suffirait de changer son adresse IP pour naviguer anonymement sur la toile mondiale. Il n’en est rien ! L’adresse IP permet de faire le lien entre notre session internet et notre position géographique… Et nombreux sont ceux qui croient qu’il suffit d’un proxy gratuit pour avoir une navigation anonyme. Avec un proxy, tout notre trafic de données passe par un serveur. Mais il n’est pas chiffré et reste donc « en clair ». En réalité, vous visitez juste les sites avec une autre adresse IP, mais ça ne dissimule aucunement votre historique. Une entité extérieure peut parfaitement associer la typologie du trafic internet à l’adresse IP utilisée. Ensuite contacter celui qui a laissé cette adresse IP, et retrouver l’adresse IP réelle. Parce que le trafic de données apparaît en clair, non crypté, traçable, à la portée de tous.

Pour dissimuler ce trafic de données, il faut donc le chiffrer, point à la ligne. Il faut faire en sorte qu’il soit « indéchiffrable » et « illisible » avant qu’il parte à l’extérieur. C’est la seule façon d’avoir une réelle navigation anonyme. Un proxy ne rend pas anonyme à 100%...

En conclusion, la navigation « privée » sur l’internet ne l’est vraiment pas. Et si nous visitons incognito des sites à caractère pornographique, famille, amis et proches ne pourront pas le savoir… Mais toutes ces informations sont toutefois toujours disponibles dans des bases de données en ligne. Nos « FAI », les sites eux-mêmes, et les outils de surveillance des masses auront toujours un accès à nos historiques de navigation. C’est un fait. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires