En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Atlantico Green

Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs

Publié le 09 août 2020
La réduction des émissions de carbone en 2020 a été forte, mais n'a produit aucun effet. Preuve que la décroissance n'est pas une solution viable pour lutter contre le réchauffement climatique.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réduction des émissions de carbone en 2020 a été forte, mais n'a produit aucun effet. Preuve que la décroissance n'est pas une solution viable pour lutter contre le réchauffement climatique.

Atlantico : Du fait de la crise sanitaire et des confinements mis en place un peu partout sur la planète, les émissions de CO2 vont diminuer en 2020. Pourquoi les effets de cette réduction sur la planète seront-ils limités ? ?

Philippe Charlez : On estime que la récession économique mondiale va être de l’ordre de 10 % en 2020 suite à la pandémie et aux confinements, selon le FMI. Parallèlement, on va réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2019 aussi de 10 %. Chaque année nous envoyons à peu près 35 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Nous allons donc les réduire cette année de 3,5 milliards de tonnes.

En terme de stockage d’émissions dans l’atmosphère, cela correspond à un demi PPM (soit 7 milliards de tonnes par an). Aujourd’hui nous sommes à 420 PPM, ce qui fait un 1 degré d’augmentation de température depuis la révolution industrielle. Si nous continuons sur notre lancée, nous allons arriver à 650 PPM. La pandémie elle correspond à 1 demi PPM de réduction, donc rien par rapport aux conséquences économiques que cela entraîne.

Utiliser la décroissance et la récession économique comme méthode pour réduire les gaz à effet de serre n’est pas efficace. La méthode de récession économique pour répondre aux accord de Paris n’est pas une solution viable.

Quelles solutions pouvons nous explorer pour agir réellement sur le changement climatique ?

Pour les trouver, il ne faut pas d’idéologie mais du pragmatisme.

Je suis conscient que le réchauffement climatique existe et que l’augmentation des températures est corrélée avec celle des gaz à effets de serre mais je souhaite rester dans une société de croissance économique. Peut-être un peu plus raisonnable que celle qui a prévalu ces dernières années mais en conservant ses avantages car elle apporte le bien-être, l’augmentation de l’espérance de vie, la santé, l’éducation, etc.

Il faut que nous utilisions la technologie d’un côté mais que nous subsistions les fossiles par des énergies qui nous feront faire de la croissance économique. Une des grandes options pour la production électrique serait un mix de 70 % de nucléaire et de 30 % d’éolien. Si on veut remplacer rapidement le pétrole, le gaz et le charbon, ce sera par de l’électricité avec un petit peu de renouvelable supporté par beaucoup de nucléaire. Le GIEC le dit d’ailleurs, ainsi que l’agence internationale de l’énergie. Les objectifs de décarbonations sont inatteignables sans nucléaire.

Décarboner l’habitat et les transports passe par de l’électricité à courte distance et l’hydrogène sur grande distance grâce à une fort puissance. Globalement l’électricité et la voiture électrique sont adaptés pour la ville et pour le péri-urbain mais pour les grandes distances, il faut que les moteurs (d’avions, de bateaux et de camions) aient une forte puissance. Donc, de l’hydrogène, qu'il faut produire grâce à l’électrolyse de l’eau à l’aide d’électricité supplémentaire ce qui demandera du nucléaire.

Le secteur le plus compliqué à décarboner est l’industrie énergivore : le ciment, l’acier, le verre. Ces industries demandent des températures très élevée non atteignable avec l’électricité. Là, il va falloir continuer à utiliser un peu de gaz, de charbon et un peu de pétrole. Mais, comme ce sont de grandes unités on peut capter le CO2 et le ré-injecter (CCU - Carbon Capture, Utilization, and Storage).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 09/08/2020 - 23:12
Un titre prometteur, mais c'est tout....
Ce n'est pas demain que l'on pourra remplacer les hydrocarbures liquides pour les transports routiers ou aériens. Ce sont des produits très peu coûteux, très abondants et on peut aussi en fabriquer facilement à partir du charbon, encore plus abondant. On peut aussi facilement convertir les moteurs à essence pour utiliser du GPL (gaz de pétrole liquéfié), abondant et moins polluant.
Mais évidemment il y a la diabolisation du CO² produit par l'activité humaine, qui serait responsable de tous nos malheurs.
On lui impute notamment le réchauffement climatique (sans aucune autre preuve que de vagues corrélations et des amalgames douteux).
Et tous les zélotes psalmodient sans cesse que ce réchauffement sera une catastrophe.
Tout ça relève de la foi bien plus que de la science.
L'hydrogène est un leurre, on ne sait pas le fabriquer autrement qu'en réduisant l'eau par du charbon, ou par électrolyse, avec un mauvais "bilan carbone". C'est un
gaz très léger, très difficile à stocker et à distribuer, et très dangereux.
Mais le Président Macron a que les hydrocarbures sont diaboliques, et cité l'hydrogène comme filière d'avenir, alors peu importent les faits.