En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 14 heures 57 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 17 heures 3 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 23 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 23 heures 1 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 23 heures 4 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 15 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 16 heures 48 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 23 heures 1 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 23 heures 1 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 23 heures 4 min
Atlantic Tac

Quand Beethoven joue les poètes et quand Bogart regrette son smoking : c’est l’actualité des montres de l’été

Publié le 26 juin 2020
Mais aussi un coup de folie sur les coussins moelleux d’une Rolls-Royce, une hybridation entre icônes horlogères, les lumières d’une « plongeuse » qui ne manque pas d’éclat et le charme rêveur d’une discrète bourgeoise…
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi un coup de folie sur les coussins moelleux d’une Rolls-Royce, une hybridation entre icônes horlogères, les lumières d’une « plongeuse » qui ne manque pas d’éclat et le charme rêveur d’une discrète bourgeoise…

BELL & ROSS : Un plein d’énergie lumineuse…

Encore une « plongeuse » ? Les vitrines des boutiques horlogères en regorgent et bon nombre de montres de plongée figurent parmi les icônes de la montre contemporaine. Si on connaît mieux la légitimité de la maison française Bell & Ross dans le domaine aéronautique, il ne faut cependant pas négliger sa tradition subaquatique, commencée en 1997 avec son Hydromax étanche à 11 000 mètres. La nouvelle BR 03-92 Diver Full Lum est la dernière-née d’une longue série de montres de plongée, mais c’est clairement la plus « lisible » dans toutes les conditions de luminosité. En lumière naturelle et de jour, en surface ou en ville, les contrastes entre le cadran, les aiguilles, les index et les chiffres de la lunette permettent un affichage immédiatement compréhensible des indications de la montre. En lumière atténuée ou dans la pénombre, voire en plongée nocturne, les pigments luminescents de ces indications s’illuminent, le cadran lui-même (d’une couleur naturelle vert très pâle) révélant alors l’énergie lumineuse de son revêtement en SuperLumiNova. C’est probablement la « plongeuse » la plus illuminée du marché ! Son boîtier en céramique noir mat de 42 mm augmente encore le contraste autour duquel cette BR 03-92 a été conçue, le choix entre les bracelets (caoutchouc ou toile synthétique ultrarésistante) confirmant cette vocation à la fois instrumentale et originale au quotidien.

TAG HEUER : Un goût étrange venu d’hier…

Par les temps incertains qui courent, la prudence post-pandémique s’impose. Le passé reste une valeur sûre. Quoi de plus rassurant pour une manufacture suisse comme TAG Heuer que se replonger dans son patrimoine et de fêter ses 160 ans [la marque est née en 1860] avec une hybridation de deux fétiches de son patrimoine ? Double réassurance, ceinture et bretelles : on a ainsi marié la Carrera et la Montréal, la première (lancée en 1962) pour la rondeur et le style du boîtier, la seconde pour les couleurs et le style de son cadran – seuls les collectionneurs avertis s’arrachaient cette Montréal, lancée en 1972 et devenue rarissime du fait de son insuccès commercial alors que s’amorçait l’offensive des montres à quartz japonaises. On a donc dans une même montre le meilleur de l’esprit des années 1960 et des années 1970 : impossible de rêver mieux pour un hommage patrimonial. Bien retravaillée, cette hybridation nous propose une Carrera Montréal très contemporaine en dépit de son ADN vintage : on appréciera au passage la discrétion de ce boîtier de 39 mm, son cadran opalin aux délicates touches de couleur, le choix de trois compteurs [les deux compteurs à la mode commencent à fatiguer tout le monde] et le choix de l’ancien logo Heuer pour cette TAG Heuer rétro-nostalgique. Seul le mouvement est résolument d’aujourd’hui : il s’agit du Heuer 02 automatique, une production « maison » qui propose 80 heures de réserve de marche. Dommage que le prix se soit envolé au-delà des 6 000 euros…

MICHEL HERBELIN : Un air de famille…

N’allez surtout pas croire que les marques françaises échappent à cette fatale attraction pour le passé qui reformate tous les catalogues suisses. La maison familiale Michel Herbelin nous restitue l’esprit des années 1930 avec sa très bon chic bon genre Art déco, dont le nom est tout un programme : des angles atténués par la forme « tonneau », avec une double ligne de godrons horizontaux pour encadrer un cadran argenté aux chiffres romains stylisés pour accompagner le galbe de la montre. La « tapisserie » en « clous de Paris » au centre du cadran est elle aussi un clin d’œil à cette tradition Art déco : on reste dans l’esprit de l’iconique Reverso, mais le mouvement électronique permet de contenir le prix dans les 425 euros, ce qui fait de cette montre française une très mignonne « bête de mode ». On peut ici parler du charme discret de la bourgeoisie, surtout dans cette mini-taille (19,4 mm x 17,8 mm) qui accompagnera robes d’été, jeans de vacances et tailleurs de rentrée…

FRANCK MULLER : Un grain de folie dans les heures…

Les limousines Rolls-Royce sont à la manufacture genevoise Franck Muller ce que les magnums de champagne sont aux plages privées tropéziennes : un élément incontournable du style de vie. Il devenait donc inévitable de créer une Rolls-Royce en hommage à Franck Muller, et une montre Franck Muller en hommage à Rolls-Royce. On verra donc bientôt rouler une Wraith Black Badge (la plus puissante des Grand Tourisme Rolls-Royce) avec la couleur bleu de cobalt chère à Franck Muller : le tableau de bord sera unique, le ciel du toit reproduira les chiffres des montres Crazy Hours et ces mêmes chiffres décoreront la console arrière de cette Rolls-Royce. Symétriquement, les créateurs de Franck Muller ont imaginé une Crazy Hours aux couleurs de la cette Rolls-Royce, avec une mention « Black Badge » qui parlera aux milliardaires – la montre est heureusement plus accessible que la voiture ! Rappelons aux jeunes générations que ce concept Crazy Hours est, comme son nom l’indique, complètement fou : au lieu de suivre le parcours classique de 1 à 12, les heures sautent toutes les soixante minutes de chiffre en chiffre, mais pas dans l’ordre conventionnel : le 8 est ainsi à douze heures ou le 11 à trois heures. On s’y fait très vite, ne serait-ce que parce que l’aiguille des minutes poursuit une ronde très classique autour du cadran. À chacun son heure de référence : celle de cette Crazy Hours devient très personnelle et, sur les moelleux coussins de sa Rolls-Royce, en admirant la course des nuages à travers les chiffres stylisés du toit ouvrant, le temps a une autre saveur…

NOMOS GLASHÜTTE : Une simplicité reposante …

Glashütte est une petite ville de la Saxe (Allemagne) qui s’est spécialisée près de 170 ans dans la production de montres. Nomos en est une des manufactures à la fois les plus honnêtes [on y fabrique vraiment les mouvements « maison »], les plus authentique et les plus élégantes – sinon les plus accessibles en termes de prix. L’esthétique en est très influencée par la rigueur minimaliste du Bauhaus, mais avec une palette de couleurs très agréablement pastellisées, qui nous changent de la rengaine bleu fumé-vert anglais que fredonnent à peu près toutes les marques suisses. La nouvelle Tetra (boîtier carré en acier, mouvement à remontage manuel) se veut « immortelle » par référence à cette « Immortelle bien-aimée » à laquelle Beethoven – dont on fête cette année le deux-cent-cinquantième anniversaire – a dédié son plus beau poème d’amour : on pourra donc graver au dos de la montre un message d’amour dont seul son porteur aura le secret. Quoiqu’elle sache y mettre les angles, cette montre est donc à la fois romantique et musicale, mais la simplicité qu’elle exprime à travers ses lignes simples et sobres semble très reposante à côté de la plupart des montres contemporaines. Sachant qu’on ne vous délestera que de 1 660 euros pour cette parenthèse de sérénité, ne serait-ce pas là une belle « montre de l’été » ?

LONGINES : Une mélodie rétro-nostalgique…

« Plus rétro que moi, tu meurs » : les marques suisses s’affrontent interminablement dans un perpétuel concours de rétromanie horlogère (voir ci-dessus notre information sur TAG Heuer). Le vrai champion dans ce domaine, c’est sans doute Longines, qui a cessé d’imaginer de nouveau modèles pour se recentrer sur la reformulation en termes contemporains des trésors de son musée – qui abrite un des patrimoines les plus riches de toute la Suisse horlogère. Témoin : la nouvelle Tuxedo [un vêtement que les Franglais désignent comme… smoking] et qu’évoque irrésistiblement le style noir et blanc d’une montre qui semble avoir placée en hibernation dans les années 1940 pour revenir, huit décennies plus tard, nous rappeler que l’âge d’or des belles montre est derrière nous. Tout comme la teinte ivoirée du composé luminescent des chiffres et des aiguilles, la « petite seconde » à six heures n’est pas le moindre des charmes de cette Tuxedo, qui a la politesse de n’exiger que 1 920 euros pour habiller votre poignet d’un boîtier en acier de 38,5 mm [même les tailles sont nostalgiques dans ce grand vent rétro !]. On admirera au passage le laconisme du cadran, qui se contente du « Longines » de rigueur et d’un discret Swiss Made, sans nous asséner les autres mentions habituelles (nom du modèle, type du mouvement, etc.). Humphrey Bogart, qui adorait les montres Longines, aurait adoré cette Tuxedo…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires