En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 1 jour
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 1 jour
© Michael TEWELDE / AFP
© Michael TEWELDE / AFP
Atlantico Green

Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète

Publié le 31 mai 2020
Atteindre la neutralité carbone en plantant des arbres : l'idée semble efficace... mais n'est-elle pas complètement utopique ?
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atteindre la neutralité carbone en plantant des arbres : l'idée semble efficace... mais n'est-elle pas complètement utopique ?

Le «  Green Deal » de l’Union Européenne a comme principal objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. De nombreuses multinationales dont les principales Compagnies Pétrolières ont embrayé le pas : BP, Shell puis Total promettent la neutralité carbone de leurs activités en 2050.

« Neutralité carbone » ne veut pas dire « zéro fossiles » comme souvent compris par l’opinion publique. La neutralité carbone signifie que les émissions sont captées puis séquestrées pour ne pas être émises dans l’atmosphère. Il faut donc comprendre la neutralité carbone comme « zéro émission » et non pas « zéro fossile ». Dans son scénario Développement Durable, l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) considère qu’en 2050, le mix énergétique mondial contiendra encore 50% d’énergies fossiles contre 85% aujourd’hui. Un mix certes très différent (presque plus de charbon, beaucoup moins de pétrole mais davantage de gaz). Il sera toujours émetteur de plusieurs milliards de tonnes de CO2. Pour capter et séquestrer ces émissions récurrentes, il existe deux méthodes.

La première s’appelle le CCUS (Carbon Capture Utilisation & Storage) et consiste à capter le CO2 puis soit à le réinjecter dans le sous-sol soit à le valoriser. En conditions dites supercritiques (35°C et 70 bars), le CO2 est en effet un remarquable solvant dont les applications sont multiples. Ainsi le café est-il « décaféiné » en le faisant passer sur un lit de CO2 supercritique. Le CCUS est toutefois réservé aux émissions massives et concentrées provenant de gros émetteurs industriels (sidérurgie, verre, ciment). Il ne peut s’appliquer aux émissions diffuses comme celles provenant des transports.

La seconde sont les plantes qui via la photosynthèse se nourrissent du CO2 de l’air et y rejettent de l’oxygène. Ainsi, un arbre stocke annuellement en moyenne 35 kg de CO2. Les arbres ont l’avantage de capter naturellement toutes les émissions qu’elles soient diffuses ou concentrées.

Essayons rapidement de chiffrer son efficacité. Chaque français émettant annuellement un peu plus de 5 tonnes de CO2 devrait ainsi planter sur 20 ans (durée de vie moyenne des arbres plantés) 140 arbres pour compenser ses émissions. Pour l’ensemble de la population française cela ferait…9 milliards d’arbres. En considérant 1000 arbres par hectare, cela correspondrait à une surface boisée supplémentaire de 90000 km2 soit…une quinzaine de départements. D’autant que la France est un pays déjà fortement boisé puisqu’un quart du pays, soit 150.000 km², est occupé par les forêts. La surface boisée de la France s’est d’ailleurs fortement accrue au cours des deux derniers siècles. Occupant 15 millions d’hectares au XVIe siècle, la surface boisée française était tombée à 5 millions d’hectares à l’époque napoléonienne. Le remplacement du bois en tant que combustible par les énergies fossiles à partir de la seconde moitié du XIXe siècle a permis de reforester la France. Avec 16 millions d’hectares, la surface boisée a retrouvé son niveau du moyen-âge. Contre toute attente, les fossiles ont donc indirectement recréé en France un puits à carbone.

On peut optimiser l’efficacité des plantations en utilisant des espèces captant davantage de carbone. Ainsi, certains grands arbres à grandes feuilles et à croissance rapide comme les eucalyptus peuvent assez rapidement stocker jusqu’à 70 kg de CO2 par an soit le double d’un arbre moyen. Les émissions comme le captage n’ayant pas de frontières, il est préférable de choisir sélectivement à la fois les espèces à planter de même que la localisation des plantations. La surface des feuilles se réduisant avec la latitude et l’altitude, les régions tempérées sont moins propices à stocker du carbone que les régions tropicales. Préserver la forêt amazonienne s’avère en toute logique beaucoup plus efficace que de planter des arbres en France ou en Allemagne. Les régions du nord couvertes d’épineux comme le sapin seront encore moins propices au stockage de carbone. La reforestation d’espèces uniques peut aussi avoir des conséquences négatives sur la biodiversité. Enfin la forêt reste fragile et un effort conséquent de reforestation peut être défait en un clic par une catastrophe naturelle. Ainsi rappelons-nous la tempête Lothar qui détruisit une partie de la forêt française le 26 décembre 1999.

 En conclusion, il est utopique de vouloir atteindre la neutralité carbone en plantant des arbres car l’effet d’échelle s’avère démesuré. Si planter des arbres peut y contribuer l’impact restera faible comparé à celui du CCUS, ce dernier représentant le principal mécanisme de compensation vis-à-vis notamment des gros émetteurs industriels. Le scénario DD de l’AIE mise d’ailleurs principalement sur le CCUS et non sur la plantation pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 01/06/2020 - 13:38
Article un peu ...
Un pré à vaches stocke le CO2 jusqu'à la fin des temps. Et très efficacement. Seulement, les arbres, c'est tendance chez les bobos. Qui sont végétariens.
Ex abrupto
- 31/05/2020 - 10:57
Pourrir....
Non seulement l'effet d'échelle ne milite pas en faveur de la plantation d'arbres, ou même de végétation, mais il me semble qu'on oublie systématiquement ce que devient l'arbre:
-ou il est transformé en bois d'oeuvre et le carbone qu'il contient est séquestré. mais ça ne dure pas indéfiniment (1000 ans pour NDDParis)
-ou bien il sert au chauffage et il redonne du CO2
-ou bien il pourri sur place (et les bactéries se chargent de le retransformer en CO2)
- ou bien on le méthanise; Mais le méthane lui même lors de son utilisation rendra tout son CO2

Ne reste donc que le CCUS. Sur lequel j'ai l'impression qu'on travaille bien peu. J'ai lu quelque part, mais je n'ai pas trouvé confirmation, que l'hydrogène natif qui s'échappe du sol (l'O2 de l'eau d'infiltration oxydant certaines roches ce qui libère de l'hydrogène (ronds de sorcières)) se recombine dans certaines conditions avec le CO2 atmosphérique en carbonates.
Ce qui nous fait une deuxième raison (la première étant le transport d'énergie) pour produire massivement de l'hydrogène (Electrolyse, radiolyse, thermolyse,...)