En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

05.

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

06.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

07.

La France, cette grande malade de la liberté

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

ça vient d'être publié
pépites > International
Novitchok
Alexeï Navalny accuse Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement
il y a 52 min 22 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron veut se débarrasser de LREM, Marine Le Pen se repositionner comme une gentille maman; Schiappa agace l’Elysée, le Covid le déboussole; Les écolos ? Des Hitler du bien pour Depardieu
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Politique
Atteinte aux libertés

Loi Avia : retoquée en France, recyclée à Bruxelles

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Santé
Impact de la maladie

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

il y a 6 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Les Républicains
Bruno Retailleau est favorable au passage aux 37 heures
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 8 heures 43 min
décryptage > France
Paradoxes de la société française

La France, cette grande malade de la liberté

il y a 9 heures 10 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 1 jour 40 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Défense
Chemin de la paix
Haut-Karabakh : Emmanuel Macron, Vladimir Poutine et Donald Trump appellent à un cessez-le-feu immédiat
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Défense
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
Chiffres

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Effets d'aubaine

Diriger l’épargne des Français vers les PME : cette vieille lune qui exempte banques et fonds d’investissement de leurs responsabilités

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Chronique résolument féminine

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 8 heures 32 min
pépites > High-tech
Téléphonie
Nice : une élue écologiste soutient ceux qui ont incendié une antenne 5G
il y a 8 heures 50 min
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 22 heures 49 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 1 jour 2 heures
© MAURO PIMENTEL / AFP
© MAURO PIMENTEL / AFP
Atlantico Green

Forêt pas vierge : l’homme pratiquait déjà des cultures vivrières en Amazonie il y a 10.000 ans

Publié le 19 avril 2020
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne, l'agriculture en Amazonie n'est pas aussi récente qu'on pourrait le penser. En effet, elle n'aurait pas commencée en 1970 comme on le pensait jusqu'alors mais plutôt il y a dix mille ans.

Atlantico : Une étude conduite par Umberto Lombardo, écologue à l'Université de Berne étude révèle l'existence cultures de manioc, maïs et de courge dans la forêt Amazonienne il y a dix mille ans. Quel est l'impact de cette découverte ?

Bruno Parmentier : On croyait que la forêt vierge amazonienne était réellement vierge, et on découvre que des agriculteurs y cultivaient déjà il y a 12 000 ans, ça fait effectivement un choc ! En fait, cette période, qui correspond à la fin de la dernière période glaciaire, a vu le début de la transformation de chasseurs cueilleurs en agriculteurs, au moins dans 4 régions du monde : en Chine on a commencé à cultiver les précurseurs du riz, au Moyen-Orient ceux du blé et d’autres céréales, au Mexique du maïs, et dans les Andes de la pomme de terre et du quinoa ! Inutile de préciser que ce furent les prémisses de grandes civilisations ! Et voilà qu’on découvre une cinquième région agricole très ancienne au sud-ouest de l’Amazonie !

De plus la topographie y est très spéciale : il s’agit actuellement de zones de savanes inondables dans laquelle se dressent 4 700 monticules un peu plus élevés, donc hors d’eau, et couverts d’arbres. En fait c’étaient les poubelles de ces temps reculés ! Ces déchets ont proliféré, engraissés la terre, qui est y devenue plus fertile, et du coup les habitants ont eu tendance à y revenir habiter et à continuer à y jeter leurs déchets, dont on retrouve des traces aujourd’hui ! Nous n’avons certainement pas fini d’en tirer des leçons…

D'après les chercheurs, contraire à l'agriculture qui y est pratiquée actuellement, ces cultures ont favorisé la biodiversité. Comment l'expliquer ? 

Parce que les anciens ne pratiquaient pas la monoculture sur des grandes surfaces, comme nous le faisons, et que les déchets étaient divers. Les arbres qui y ont ensuite poussé ont favorisé le développement de cette biodiversité. D’où ces îles si curieuses au milieu des immenses savanes.

Plus que la culture au sein de la forêt, n'est-ce pas l'intensité de l'agriculture qui est donc ici pointé du doigt ? Différentes types de cultures, autres que le soja par exemple et à moins grande échelle, pourraient-elle avoir un impact moins négatif et entraîner une déforestation moins massive ? 

L’agriculture la plus ancienne, dans toutes les régions du monde, se caractérisait par le système d’agriculture itinérante dit de « l’abattis-brûlis » : les champs sont sommairement défrichés par le feu, puis les paysans profitent pendant 2 à 3 ans de la fertilité accumulée par la forêt, avant d’avancer un peu plus loin et de délaisser les champs devenus moins fertiles, qui se reboisent à nouveau et accumulent de nouveau de la fertilité ! Ce système n’est valable qu’avec une petite population sur des grandes surfaces, car il faut compter quelques dizaines d’années avant de revenir au même endroit ! Pa exemple, si la rotation est de 50 ans, il faut environ 150 hectares de friche et forêt pour 3 hectares cultivés, ce qui permet de nourrir 10 à 20 personnes par kilomètre carré. Mais l’augmentation de la population rend vite impossible la poursuite de cette activité, sauf à accélérer les rotations, et à transformer la foret en savane, puis en désert, car dans les zones tropicales humides, les surfaces gagnées sur la forêt vierge courent un fort risque de lessivage et d’érosion par les pluies tropicales. Les sols finissent dans la mer et au sens strict, comme l’avait déjà noté Chateaubriand, « les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent » !

Le problème actuel est bien différent : on défriche d’énormes quantités de forêts tropicales sur tous les continents, du Brésil à l’Indonésie et passant par le Congo et bien d’autres pays. En 2018 on a ainsi vu disparaître 12 millions d’hectares de forêt tropicale ! Chacun se souvient que le président brésilien Bolsonaro a décidé de lever les restrictions qui existaient encore en Amazonie, et la superficie brulée a doublé dans cette région du monde en 2019, provoquant un scandale international.

Mais cela n’est plus du tout destiné à l’agriculture de subsistance des populations locales ! On y exerce une monoculture industrialisée et mondialisée, principalement de soja pour nourrir les cochons, poulets et autres animaux d’élevage en Europe et en Chine ! Rappelons que l’Europe importe ainsi 33 millions de tonnes de soja par an, dont un dixième pour la France. Pour se rendre compte de l’énormité de ces transferts, réalisons que ce soja que nous achetons couvre environ 20 millions d’hectares outre Atlantique, soit l’équivalent de la surface agricole française. En quelque sorte, nous avons décolonisé au XXe siècle… sauf pour nos bestiaux, pour lesquels nous avons conservé l’usage des champs couvrant l’équivalent d’un grand pays ! Mais cela peut être aussi pour produire de l’huile de palme, ou du bœuf, toujours pour l’exportation. Et pendant ce temps là, le carbone de l’atmosphère n’est plus capté et le climat se réchauffe.

Ce n’est pas la découverte qu’on cultivait de petits bouts d’Amazonie il y a 12 000 ans qui va permettre de justifier cet agression caractérisée et complètement irresponsable de la planète dont nous nous rendons coupables. Rappelons le Sahara était encore humide et vert vers 6500 av. J.-C…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hazère-tyuillope
- 19/04/2020 - 13:49
holocène
Le Sahara était vert il y a six à huit mille ans au moment de l' optimum holocène où les températures étaient supérieures aux actuelles, les circulations atmosphériques étaient différentes elles aussi et apportaient un surcroît d' humidité sur le continent, puis le climat s'est refroidi lentement pour arriver aux valeurs actuelles, en tendant vers plus d' aridité.... Après ça il est probable que les effets du pastoralisme ait amplifié le phénomène de désertification....
arvensis
- 19/04/2020 - 11:40
Bien vu Mr Parmentier
En effet, le défrichement pour la culture vivrière durable ne détruit pas la biodiversité ni ne modifie le climat
car beaucoup d'arbres, arbustes et plantes sauvages sont conservés.
Ce sont les méthodes de cultures industrielles pour les industries et les élevages industriels qui saccagent, polluent et désertifient.
Elles sont à remettre en cause au plus tôt.
Arvensis agriculteur bio retraité.
J'accuse
- 19/04/2020 - 10:47
Imbécillités
Essayer de nous faire croire que le Sahara est devenu un désert aride parce qu'on aurait défriché l'ancienne forêt, c'est vraiment très gros !
Il y a 12.000 ans, il n'y avait pas près de 8 milliards d'habitants sur la planète: il faut bien cultiver pour manger, et les forêts primaires ne peuvent nourrir personne.
Dans quelques siècles (peut-être même plus tôt), elles auront totalement disparu, remplacées par des exploitations agricoles et des habitations: c'est inéluctable.
Si ça ne plaît pas aux écolos, ils pourront toujours migrer sur Mars, en emportant leurs éoliennes. Bon débarras.