En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 53 min 51 sec
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 2 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 5 heures 55 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 23 heures 50 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 1 jour 52 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 1 heure 45 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 7 heures 59 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 1 jour 21 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 1 jour 1 heure
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
Atlantico Green

Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables

Publié le 05 avril 2020
La crise liée à l'épidémie de Covid-19 a fait s'effondrer les prix des énergies fossiles. Les énergies renouvelables perdent donc de leur attrait :et les investissements pourraient en pâtir.
Michel Derdevet est essayiste, Maître de Conférences à l'IEP de Paris et Professeur au Collège d'Europe de Bruges. Il tient un blog sur le secteur de l'énergie : michelderdevet.com.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Derdevet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Derdevet est essayiste, Maître de Conférences à l'IEP de Paris et Professeur au Collège d'Europe de Bruges. Il tient un blog sur le secteur de l'énergie : michelderdevet.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise liée à l'épidémie de Covid-19 a fait s'effondrer les prix des énergies fossiles. Les énergies renouvelables perdent donc de leur attrait :et les investissements pourraient en pâtir.

Atlantico : Avec la crise du Covid-19, de nombreux secteurs sont affaiblis. Cela concerne-t-il également le marché des énergies renouvelables ? Constate-t-on une baisse du prix de l’électricité depuis le coronavirus ? 

Michel Derdevet : Depuis la mi-mars, on a en effet constaté une baisse d’environ 15% de la consommation d’électricité, liée pour l’essentiel au ralentissement de l’activité économique, générant un effondrement du prix du mégawattheure disponible sur le marché de gros entre 20 et 30 euros, en retrait de plus de 40% par rapport aux valeurs antérieures à l’épisode sanitaire que nous traversons.

Il est difficile d’anticiper l’impact sur le long terme de cette évolution des prix, car l’électricité ne constitue que 25% de la consommation finale d’énergie en France, et elle interagit avec toutes les autres composantes du secteur énergétique (gaz, pétrole, …).

Ce qui est certain, c’est que nous vivons un moment économique « historique », où tous les prix de l’énergie sont en berne : celui du gaz, aligné sur le pétrole, est en chute libre ; et le prix de la tonne de charbon, malgré une hausse en fin d’année 2019, s’est lui aussi effondré sur le marché européen.

Le monde traverse aujourd’hui un vrai « choc énergétique » global, à l’identique des deux chocs pétroliers du siècle dernier, dont il est aujourd’hui difficile de cerner la sortie.

Si elle se maintenait à moyen terme, la contraction générale des prix de l’énergie pourrait inciter à mettre entre parenthèses le développement des énergies renouvelables, et à baisser drastiquement les investissements dans de nouveaux projets renouvelables. La baisse des recettes des entreprises énergétiques risque de les inciter à reporter, voire annuler certains investissements, notamment dans les renouvelables. La baisse de la demande d’électricité ne justifie pas non plus de nouveaux investissements dans la production.

Mais on peut aussi imaginer, à l’inverse, que la prise de conscience des 3 milliards d’humains qui traversent cette crise sanitaire confinés va produire une réaction écologique majeure, incitant certains acteurs à procéder de manière accélérée à des arbitrages financiers et industriels vers des projets décarbonés soutenables, reléguant définitivement les fossiles à l’économie d’avant-hier.

Avec une crise sanitaire qui perdure et des dépenses imprévues toujours plus nombreuses pour les comptes publics, l’État ne risque-t-il pas de réduire ses subventions octroyées à ce secteur ? Quelles conséquences pour le secteur énergétique ? Et côté consommateur, pourra t-il constater des répercussions dûes -directement ou non- au coronavirus sur sa facture ?

L’Etat devra surtout, à mes yeux, éviter des réponses partielles et séquentielles. La crise que nous traversons supposera, rapidement, des réponses globales et une vision d’ensemble.

Cette vision devra clarifier les contradictions intrinsèques de notre marché, tant français qu’européen, entre constat court-termisme et vision à moyen-long terme. L’électricité est de plus en plus perçue comme un service public stratégique, un bien essentiel, tant pour la sécurité d’approvisionnement de la France, le fonctionnement de nos industries que pour l’alimentation des ménages, ce qui sous-tend des modèles économiques viables, à moyen-long terme.

Et en même temps, depuis presque un quart de siècle, elle est devenue un produit de marché, soumis aux fluctuations et aux échanges, dans l’espace infra-européen.

La question éminemment politique du prix de l’électron, et de sa régulation, sera donc, à l’évidence, au cœur du débat économique post-coronavirus.

Ira-t-on vers plus de responsabilités confiées aux Etats et aux opérateurs ? Ou laissera-t-on, encore et toujours, la « main invisible » du marché faire son œuvre ?

L’accent des politiques publiques sera-t-il mis sur des efforts tarifaires à destination des industriels, pour soutenir la reprise, comme c’est traditionnellement le cas, par exemple, en Allemagne ? Ou le sujet de la précarité de nos concitoyens, et la maîtrise des factures des consommateurs individuels, sera-t-il prioritaire ?

Comment, enfin, permettre aux industries de ce secteur de rester viables, à moyen-long terme, dans un univers de plus en plus incertain où les charges s’accumulent et les recettes fluctuent. Les subventions publiques iront en priorité au sauvetage des opérateurs en difficulté, plutôt qu’à aider de nouveaux opérateurs. Si on privilégie le consommateur en répercutant la baisse du prix de l’énergie, cela peut relancer la demande via un « effet rebond » ou retarder les efforts dans l’efficacité énergétique. Tout le monde devra faire des efforts et l’efficacité énergétique ne sera peut-être plus la priorité. Il faut néanmoins éviter que cette crise ne soit qu’une parenthèse.

On voit se dessiner partout dans le monde plusieurs options. Rien qu’au Canada, deux scénarii ont ainsi vu le jour : l’Ontario vient de décider une baisse immédiate des tarifs de l’électricité, pour réduire les impacts négatifs de la crise du coronavirus; A l’inverse, au Québec, Hydro Québec a obtenu un gel pour cinq ans des tarifs, indexés juste sur l’inflation, ce qui sécurise cette entreprise, modulo un effort de redistribution vers ses clients de 500 millions de $.

De notre côté de l’Atlantique, il faudra veiller, les électrons passant par-dessus les frontières nationales, à privilégier des solutions conçues et partagées avec nos voisins européens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 05/04/2020 - 15:31
Samuel bravo je n aurai pas mieux dit
Retour au nucléaire et à l hydraulique ,basta toutes ces innovations bidon qui coûtent une blinde au couillon de consommateur et ne servent qu' à engraisser cette nouvelle race de mercenaires qui avec un vernis très mince d idéologie fumeuse et beaucoup de culpabilisation veulent nous caser leur came inefficace ! C est comme les bagnoles électriques, si tu fais 15 kms par jour ,ok, mais la recharge rapide coûte presque aussi cher qu' un plein classique ,et le prix de la batterie est au poids de l or , pensez à votre smartphone elle dure longtemps votre batterie ? Et comme ce sera vite une merdouille made in china ,tu es en carafe dans ton garage avec juste tes yeux pour pleurer ! Et pour ceux nombreux qui font plus de 60 bornes par jour ,à l aller ,tu fais quoi? Tu poireautes dans ta caisse en attendant qu' elle daigne se charger assez pour que tu puisses rentrer ?Tout ça sort de l esprit de gratte papiers qui ne vivent pas dans la vraie vie et qui sont relayés par des politiques ,ong,fabricants de panneaux solaires ,d eoliennes en bref de machines a brasser de l air qui contruiront leur carrière, leur fortune ,leur raison de vivre mais certainement pas NOS où VOS intérêts.
Samuel5517
- 05/04/2020 - 12:15
Bonne Nouvelle
Toute cette transition "écologique" vers le soit disant "renouvelable" est une vaste fumisterie. Intermittent et non stockable! Obligeant à recourir au charbon et au gaz que nous n'avons pas. Panneaux solaires fabriqués en Chine dans des conditions écologiques déplorables. L’éolien ne tient pas la route non plus et il est aussi fabriqué à l'étranger. Consolidons et développons notre énergie nucléaire seul gage véritable de notre indépendance énergétique!