En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 7 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 44 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 7 heures 56 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 heures 56 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 48 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 48 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 48 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 heures 52 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 48 min
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
Atlantico Green

Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables

Publié le 05 avril 2020
La crise liée à l'épidémie de Covid-19 a fait s'effondrer les prix des énergies fossiles. Les énergies renouvelables perdent donc de leur attrait :et les investissements pourraient en pâtir.
Michel Derdevet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Derdevet est essayiste, Maître de Conférences à l'IEP de Paris et Professeur au Collège d'Europe de Bruges. Il tient un blog sur le secteur de l'énergie : michelderdevet.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise liée à l'épidémie de Covid-19 a fait s'effondrer les prix des énergies fossiles. Les énergies renouvelables perdent donc de leur attrait :et les investissements pourraient en pâtir.

Atlantico : Avec la crise du Covid-19, de nombreux secteurs sont affaiblis. Cela concerne-t-il également le marché des énergies renouvelables ? Constate-t-on une baisse du prix de l’électricité depuis le coronavirus ? 

Michel Derdevet : Depuis la mi-mars, on a en effet constaté une baisse d’environ 15% de la consommation d’électricité, liée pour l’essentiel au ralentissement de l’activité économique, générant un effondrement du prix du mégawattheure disponible sur le marché de gros entre 20 et 30 euros, en retrait de plus de 40% par rapport aux valeurs antérieures à l’épisode sanitaire que nous traversons.

Il est difficile d’anticiper l’impact sur le long terme de cette évolution des prix, car l’électricité ne constitue que 25% de la consommation finale d’énergie en France, et elle interagit avec toutes les autres composantes du secteur énergétique (gaz, pétrole, …).

Ce qui est certain, c’est que nous vivons un moment économique « historique », où tous les prix de l’énergie sont en berne : celui du gaz, aligné sur le pétrole, est en chute libre ; et le prix de la tonne de charbon, malgré une hausse en fin d’année 2019, s’est lui aussi effondré sur le marché européen.

Le monde traverse aujourd’hui un vrai « choc énergétique » global, à l’identique des deux chocs pétroliers du siècle dernier, dont il est aujourd’hui difficile de cerner la sortie.

Si elle se maintenait à moyen terme, la contraction générale des prix de l’énergie pourrait inciter à mettre entre parenthèses le développement des énergies renouvelables, et à baisser drastiquement les investissements dans de nouveaux projets renouvelables. La baisse des recettes des entreprises énergétiques risque de les inciter à reporter, voire annuler certains investissements, notamment dans les renouvelables. La baisse de la demande d’électricité ne justifie pas non plus de nouveaux investissements dans la production.

Mais on peut aussi imaginer, à l’inverse, que la prise de conscience des 3 milliards d’humains qui traversent cette crise sanitaire confinés va produire une réaction écologique majeure, incitant certains acteurs à procéder de manière accélérée à des arbitrages financiers et industriels vers des projets décarbonés soutenables, reléguant définitivement les fossiles à l’économie d’avant-hier.

Avec une crise sanitaire qui perdure et des dépenses imprévues toujours plus nombreuses pour les comptes publics, l’État ne risque-t-il pas de réduire ses subventions octroyées à ce secteur ? Quelles conséquences pour le secteur énergétique ? Et côté consommateur, pourra t-il constater des répercussions dûes -directement ou non- au coronavirus sur sa facture ?

L’Etat devra surtout, à mes yeux, éviter des réponses partielles et séquentielles. La crise que nous traversons supposera, rapidement, des réponses globales et une vision d’ensemble.

Cette vision devra clarifier les contradictions intrinsèques de notre marché, tant français qu’européen, entre constat court-termisme et vision à moyen-long terme. L’électricité est de plus en plus perçue comme un service public stratégique, un bien essentiel, tant pour la sécurité d’approvisionnement de la France, le fonctionnement de nos industries que pour l’alimentation des ménages, ce qui sous-tend des modèles économiques viables, à moyen-long terme.

Et en même temps, depuis presque un quart de siècle, elle est devenue un produit de marché, soumis aux fluctuations et aux échanges, dans l’espace infra-européen.

La question éminemment politique du prix de l’électron, et de sa régulation, sera donc, à l’évidence, au cœur du débat économique post-coronavirus.

Ira-t-on vers plus de responsabilités confiées aux Etats et aux opérateurs ? Ou laissera-t-on, encore et toujours, la « main invisible » du marché faire son œuvre ?

L’accent des politiques publiques sera-t-il mis sur des efforts tarifaires à destination des industriels, pour soutenir la reprise, comme c’est traditionnellement le cas, par exemple, en Allemagne ? Ou le sujet de la précarité de nos concitoyens, et la maîtrise des factures des consommateurs individuels, sera-t-il prioritaire ?

Comment, enfin, permettre aux industries de ce secteur de rester viables, à moyen-long terme, dans un univers de plus en plus incertain où les charges s’accumulent et les recettes fluctuent. Les subventions publiques iront en priorité au sauvetage des opérateurs en difficulté, plutôt qu’à aider de nouveaux opérateurs. Si on privilégie le consommateur en répercutant la baisse du prix de l’énergie, cela peut relancer la demande via un « effet rebond » ou retarder les efforts dans l’efficacité énergétique. Tout le monde devra faire des efforts et l’efficacité énergétique ne sera peut-être plus la priorité. Il faut néanmoins éviter que cette crise ne soit qu’une parenthèse.

On voit se dessiner partout dans le monde plusieurs options. Rien qu’au Canada, deux scénarii ont ainsi vu le jour : l’Ontario vient de décider une baisse immédiate des tarifs de l’électricité, pour réduire les impacts négatifs de la crise du coronavirus; A l’inverse, au Québec, Hydro Québec a obtenu un gel pour cinq ans des tarifs, indexés juste sur l’inflation, ce qui sécurise cette entreprise, modulo un effort de redistribution vers ses clients de 500 millions de $.

De notre côté de l’Atlantique, il faudra veiller, les électrons passant par-dessus les frontières nationales, à privilégier des solutions conçues et partagées avec nos voisins européens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 05/04/2020 - 15:31
Samuel bravo je n aurai pas mieux dit
Retour au nucléaire et à l hydraulique ,basta toutes ces innovations bidon qui coûtent une blinde au couillon de consommateur et ne servent qu' à engraisser cette nouvelle race de mercenaires qui avec un vernis très mince d idéologie fumeuse et beaucoup de culpabilisation veulent nous caser leur came inefficace ! C est comme les bagnoles électriques, si tu fais 15 kms par jour ,ok, mais la recharge rapide coûte presque aussi cher qu' un plein classique ,et le prix de la batterie est au poids de l or , pensez à votre smartphone elle dure longtemps votre batterie ? Et comme ce sera vite une merdouille made in china ,tu es en carafe dans ton garage avec juste tes yeux pour pleurer ! Et pour ceux nombreux qui font plus de 60 bornes par jour ,à l aller ,tu fais quoi? Tu poireautes dans ta caisse en attendant qu' elle daigne se charger assez pour que tu puisses rentrer ?Tout ça sort de l esprit de gratte papiers qui ne vivent pas dans la vraie vie et qui sont relayés par des politiques ,ong,fabricants de panneaux solaires ,d eoliennes en bref de machines a brasser de l air qui contruiront leur carrière, leur fortune ,leur raison de vivre mais certainement pas NOS où VOS intérêts.
Samuel5517
- 05/04/2020 - 12:15
Bonne Nouvelle
Toute cette transition "écologique" vers le soit disant "renouvelable" est une vaste fumisterie. Intermittent et non stockable! Obligeant à recourir au charbon et au gaz que nous n'avons pas. Panneaux solaires fabriqués en Chine dans des conditions écologiques déplorables. L’éolien ne tient pas la route non plus et il est aussi fabriqué à l'étranger. Consolidons et développons notre énergie nucléaire seul gage véritable de notre indépendance énergétique!