En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 30 min 9 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 52 min 12 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 55 min 21 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 55 min 21 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 55 min 22 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 55 min 22 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 55 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 1 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 37 min 15 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 52 min 39 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 55 min 21 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 55 min 22 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 55 min 22 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 55 min 22 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 55 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 48 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 27 min
© Marco BERTORELLO / AFP
© Marco BERTORELLO / AFP
La Minute Tech

Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?

Publié le 24 février 2020
Les développeurs de véhicules autonomes testent leurs voitures en Californie, en Arizona ou en Floride. Les faire rouler en toute sécurité dans des zones au climat moins favorable est un défi technique.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les développeurs de véhicules autonomes testent leurs voitures en Californie, en Arizona ou en Floride. Les faire rouler en toute sécurité dans des zones au climat moins favorable est un défi technique.

Les voitures et autres véhicules autonomes s'apprêtent à remplacer, nous dit-on depuis le début des années 2010, les véhicules conduits par des humains Nombreux sont les acteurs qui travaillent sur cette révolution, qu'il s'agisse de constructeurs automobiles (Audi, Toyota, Renault, Nissan, Peugeot, Mercedes-Benz, Tesla…), d'entreprises de la Silicon Valley (Alphabet, Apple…) ou d'équipementiers comme Valeo, Continental ou Bosch. Mais le futur semble mettre un peu plus de temps que prévu à arriver. "Il y aura dix millions de véhicules autonomes sur les routes en 2020", prédisait Business Insider en 2016. En 2015, le Guardian estimait même qu'en 2020, nous ne serions plus que des passagers de nos voitures. Même si des voitures, comme les Tesla, ont désormais des assistants à la conduite et sont semi-autonomes, on est loin du futur promis.

Pourquoi ce retard ? "Il est possible d'utiliser la conduite automatique sur l'autoroute dans des conditions normales (certaines rues pourraient être balisées de sorte que l'automate y soit aussi efficace que sur l'autoroute, mais cela demande un investissement et qui le paiera ?)", expliquait l'économiste Michel Volle à Atlantico en 2017. "Il n'en est plus de même dès que la voiture quitte l'autoroute pour s'engager sur des routes secondaires au balisage plus ou moins confus, ou que la météo devient difficile (neige, verglas, etc.)", notait-il déjà.

C'est là que le bât blesse. Pour entraîner l'intelligence artificielle de ces véhicules, il est nécessaire de leur faire ingurgiter l'équivalent de millions de kilomètres de données : cela permet au véhicule de "s'entraîner" à reconnaitre les situations qu'il rencontrera sur la route. Le problème, c'est que les développeurs de ces technologies déploient leurs véhicules de test dans des zones comme la Californie, l'Arizona, le Texas ou la Floride. Waymo, filiale d'Alphabet, teste ainsi ses véhicules en Arizona. Uber vient, avec 65 (!) autres entreprises, d'obtenir un permis pour tester ses voitures autonomes sur les routes de Californie. Le problème, c'est que ces zones sont toutes réputées pour leur climat particulièrement agréable, sec et chaud tout au long de l'année.

Ce n'est pas le cas du monde entier. Un professeur d’ingénierie informatique de l’université de Waterloo au Canada, Krzysztof Czarnecki, s'en est rendu compte quand, après avoir développé son propre modèle de voiture autonome fin 2018, il lui a fait ingurgiter des données de conduite venues d'une autre université, en Allemagne. Si, par temps sec, le véhicule a réussi à reconnaitre les routes et les piétons, pas bien différents de ceux que l'on rencontre en Allemagne, la voiture est devenue un danger public lorsqu'il a emprunté une route enneigée de l'Ontario. Sur la neige, témoigne-t-il, "le comportement de l’IA devient erratique. Elle commence à voir des choses qui ne sont pas là et rate aussi des éléments pourtant présents." A plusieurs reprises, il a dû reprendre le volant en urgence pour éviter l'accident.

La pluie, et surtout la neige, peuvent en effet obscurcir ou flouter les capteurs des véhicules, masquer les marquages au sol et tout simplement modifier la forme des objets : une voiture recouverte de neige paraît différente de la même voiture sous un soleil de plomb. La glace, elle, pose encore un autre type de problème, souligne Bryan Reimer Leonard, professeur au MIT. "La complexité des conditions hivernales va demander une énorme quantité de travail pour être correctement prise en charge par les technologies d’automatisation", dit-il. Dans le Financial Times, il y a deux ans, Carl Wellington, ingénieur au Autonomous Driving Technologies Research Center d’Uber à Pittsburgh, l'expliquait : "Les voitures autonomes dépendent fortement d’un laser rotatif, nommé Lidar, qui suit les objets autour de la voiture. Lorsque la neige tombe, le laser peut confondre les flocons de neige avec des objets plus solides. Il s’agit d’un capteur impressionnant car il vous offre un sens tridimensionnel du monde, mais il est très sensible à la neige et dans ces conditions, beaucoup de mesures peuvent être faussées à cause des flocons."

Pour améliorer la situation, Krzysztof Czarnecki et Steven Waslander, professeur à l'université de Toronto, ont compilé des bases de données intégrant des images de routes canadiennes sous la neige ou la pluie, dans le brouillard ou en plein blizzard. On y voit même des voitures déraper sur le verglas. "Cet ensemble de données doit permettre aux véhicules autonomes de rouler plus facilement dans des conditions hivernales, Waymo, Argo et Yandex devraient pouvoir profiter de cette mise à jour", espère Krzysztof Czarnecki dans Siècle Digital.

Suffisant ? Pas forcément. Le PDG de Scale AI, Alexandr Wang, explique à Wired que c'est "un angle mort" du développement. "Déployer des véhicules autonomes dans des mauvaises conditions météo n'est pas vraiment pris à bras le corps, ou même vraiment discuté". Matthew Johnson-Roberson, professeur à l’Université du Michigan, fait le même constat. Pour lui, "les gros acteurs ne sont pas concentrés sur le problème" des mauvaises conditions climatiques. "Il y a beaucoup de travail à réaliser sur les voitures autonomes en général, mais la conduite par mauvais temps va être un gros élément de différenciation." A bon entendeur…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 25/02/2020 - 08:06
la bonne blague !
10 ans pour lire un article comme celui là . N'avez vous pas remarqué que pour reconnaître si un individu n'est pas un robot sur le net on lui demande de reconnaître : des bus, des voitures, des vélos , des feux de circulations ? Cela ne vous donne pas à réfléchir sur la compétence des ordinateurs ? surtout en matière routière ? Bon une fois dit ça , oui ça va arriver mais d'abord sur les autoroutes et routes bien balisées , je pense que ces routes seront nouvelles , pour les camions et se financeront par péage
Anouman
- 24/02/2020 - 13:23
Autonome
Les avions commerciaux pourraient faire leurs vols sans pilote et plus facilement que l'on fait rouler une voiture autonome. Pourquoi y a t il encore des pilotes s'ils ne servent à rien?
Les voitures autonomes sont une lubie et n'ont aucun intérêt, sauf éventuellement de supprimer des emplois de conducteur dans les taxis, bus, camions. Ce sont des recherches inutiles.