En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 1 heure 13 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 3 heures 10 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 5 heures 46 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 7 heures 38 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 21 heures 56 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 4 sec
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 heure 22 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 5 heures 4 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 5 heures 37 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 5 heures 57 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 6 heures 51 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 22 heures 43 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 1 jour 32 min
© Lionel BONAVENTURE / AF
© Lionel BONAVENTURE / AF
Atlantico Green

Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo

Publié le 23 février 2020
Le trafic automobile a fortement reculé de 19 % sous le mandat d’Anne Hidalgo, mais les embouteillages ont augmenté, avec un impact sur la polllution.
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le trafic automobile a fortement reculé de 19 % sous le mandat d’Anne Hidalgo, mais les embouteillages ont augmenté, avec un impact sur la polllution.

Selon un document de la direction de la voirie et des déplacements de la Ville, révélé par Les Échos ce vendredi, le trafic automobile a reculé de 19 % sous le mandat d’Anne Hidalgo. "La pollution a baissé de la même façon »,  a assuré la maire de Paris le 7 février dans l'émission « Les 4 vérités ». « La pollution a baissé parce qu'il y a moins de véhicules », a-t-elle insisté. L'an dernier dans le Parisien, Anne Hidalgo affirmait déjà que la pollution aux particules fines a baissé de 10,5 % entre 2010 et 2016 grâce, dit-elle, "à son action".

Atlantico : Selon l'organisme Airparif, les concentrations de trois des quatre polluants examinés ont effectivement globalement baissé à Paris depuis 2002, et aussi depuis le début de mandat d'Anne Hidalgo en 2014. Peut-on vraiment dire que c'est grâce à la politique d'Anne Hidalgo ? N'est-ce pas tout simplement parce que les normes environnementales sont de plus en plus contraignantes sur les véhicules (particuliers mais aussi poids lourds, qui doivent désormais appliquer les normes Euro 5) ?

Rémy Prud'homme : Certainement. On a trois raisons de le croire. La première est que, pour plusieurs des polluants (les oxydes d’azote, le SO3, les particules) les niveaux enregistrés dans Paris dépendent bien davantage des rejets dans l’ensemble de l’Ile de France (parfois même de bien plus loin) que des rejets dans Paris intra-muros. La deuxième est que, pour pratiquement tous les polluants, la baisse des concentrations a commencé bien avant 2002, à un rythme généralement plus soutenu avant qu’après cette date. La troisième est la circulation est loin d’être la principale cause de pollution; la baisse considérable des concentrations de polluants - la pollution - doit beaucoup à la désindustrialisation de la région, et aux modifications des moyens de chauffage (glissement du charbon, du fioul et du gaz au profit de l’électricité et du chauffage urbain), mouvements de fond qui n’ont rien à voir avec l'évolution de la circulation. 

Si la circulation automobile a baissé, les embouteillages ont, eux, augmenté de 8% : le taux de bouchons moyens a gagné 3 points, passant à 39%. L'augmentation des embouteillages engendrée par la politique d'Anne Hidalgo n'a-t-elle pas réduit la baisse de pollution que l'on aurait connue sans eux ?

La politique parisienne a en effet entraîné une augmentation des embouteillages, pas seulement à cause des grands travaux, mais aussi et surtout à cause de la diminution de l’espace réservé au trafic automobile. Moins de voies égale évidemment encombrements, et donc vitesses plus faibles. La courbe qui relie rejets polluants à la vitesse a la forme d’un U. A une vitesse faible, les rejets, et les polluants au km parcouru qui vont avec, sont très élevé (si l’on n’avance pas, ils sont infinis). Lorsque la vitesse diminue, jusque vers 40 ou 50 km/h, les rejets diminuent (on est sur la jambe gauche du U). Pour des vitesses de 50 à 80 km/h, ils sont sur un plateau bas (la base du U). Au delà de 80 km/h, ils augmentent avec la vitesse (sur la jambe droite du U). Cette courbe est bien connue, le ministère des Transports en donne même l’équation. En d’autres termes, faire diminuer la vitesse de 40 km/h à 20 km/h entraîne une augmentation de la consommation de carburant, et donc des rejets pollution, et même une forte augmentation: en l’occurrence un doublement. Tous ceux qui payent leur carburant savent cela. Mais les hommes politiques ne discutent sans doute pas assez avec leurs chauffeurs.

Serait-il possible de réduire la pollution liée à l'industrie automobile sans grand travaux d'aménagement, simplement grâce au renouvellement du parc avec des véhicules plus propres ?

Certainement. C’est bien ce qui s’est produit entre 1960 et 2000. La pollution par le plomb, et par dioxyde de souffre, ont complètement disparu: on même cessé de lesmesurer. La concentration de particules fines a été dans cette période divisée par 5. Le bilan est un peu moins brillant pour le dioxyde d’azote ses concentrations ont seulement diminué de 30 ou 40%. Ces résultats ont principalement été obtenus par les constructeurs automobiles, eux-mêmes contraints par les normes de plus en plus sévères imposées par l’Union Européenne. Dans les années à venir, le renouvellement du parc, qui entraîne  le remplacement de véhicules plus polluants par des véhicules moins polluants, va – automatiquement – réduire encore la pollution. Cependant, comme le dit bien le titre d’un livre récent de Christian Gerondeau “L’air est pur à Paris”.  Les niveaux de pollution sont devenus si faibles, contrairement à ce que l’on fait croire aux Français, qu’il n’y a, heureusement, plus  grand chose à attendre de ce côté-là. La vraie frontière concerne le métro: à Paris, les concentrations de particules fines sont dix fois plus élevées dans l’air du métro que dans l’air des rues.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires