En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 48 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 34 min 11 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 56 min 23 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 42 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 36 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 min 35 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 38 min 11 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 45 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 8 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 49 min
Litterati

Soif de père

Publié le 16 février 2020
Régis Jauffret, auteur de « Univers/Univers » ( Prix Décembre 2003),« Asile de fous » ( Prix Fémina 2005), « Microfictions 2018 » (Prix Goncourt de la nouvelle), publie « Papa » ( Seuil).Cri (à dessein) puéril chapeautant une écriture orpheline... Une méditation sur la paternité.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis Jauffret, auteur de « Univers/Univers » ( Prix Décembre 2003),« Asile de fous » ( Prix Fémina 2005), « Microfictions 2018 » (Prix Goncourt de la nouvelle), publie « Papa » ( Seuil).Cri (à dessein) puéril chapeautant une écriture orpheline... Une méditation sur la paternité.
  • « Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte »,   note Albert Cohen dans « Le livre de ma mère » (1954), constat qu’illustre tristement l’actualité. Cette solitude radicale de l’homme éprouvé fonde l’entreprise  romanesque, car si tout allait bien ( ou plutôt si tout avait bien été), le romancier n’écrirait pas. Régis Jauffret  est au cœur du  processus narratif qu’inscrit la douleur dans son nouvel opus : « Papa ».En effet, l’auteur de « Microfictions » (Gallimard  /Folio) recrée la figure du père ( dont il avait fait son deuil dans la vie) par l’écriture. Qui peut se passer de l’intercession paternelle pour se développer -dans les paradoxes de son désir-  face aux objets du monde ? Qui peut s’aimer et se comprendre-donc être capable d’aimer  et  de comprendre autrui-  sans avoir pu se mesurer à la figure symbolique du père ? Lors de son séminaire du 12 décembre 1956, « Jacques Lacan  explora  l’idée du « Père symbolique », recouvrant   ses concepts antérieurs, intitulés « Métaphore paternelle » et « Noms-du-Père » :  soit une situation œdipienne précoce,  amenant Jacques Lacan à reformuler  la vision freudienne du « complexe d’Œdipe ». « La nature et la fonction du père sont comprises « sous l'angle symbolique ».

    « Celui de ce « Grand Autre », reprenant le modèle biblique  du « Grand Autre » qu’est Dieu disant à Moïse ( Exode 3 :14) « Je suis celui qui suis ». «…Celui qui suis» signifie que Dieu est au-delà de tout temps). Sans doute mesure-t-on ainsi l’importance que Lacan accorda au « Père symbolique », et à la fonction paternelle. « A force de n’avoir pas été celui de mes rêves, mon père me fait rêver ».  Comme tout écrivain poussé par la nécessité, Régis Jauffret  comble un vide par les mots.  Alors qu’elle semble + contaminée par la barbarie que par le coronavirus,  la France devient ce pays où l’on peut désormais tuer qui l’on veut en visant sous la ceinture, là où cela fait mal ; la doxa sémantique exige, par contraste, pour calmer le jeu, un vocabulaire  adoucissant les mœurs, tels ces produits compensant  la dureté de l’eau. La douceur est la qualité de essentielle des périodes de barbarie civilisationnelles: les mots  ne sont jamais assez doux, ils doivent nous calmer, rassurer, démentir la  violence ambiante, tandis l’inconscient collectif, à force de feuilletons TV, bascule  comme un seul homme en une sorte de singerie à la Tom Pouce  de ce qu’il y a de pire aux Etats-Unis. Plus la société française  devient barbare, plus les mamans et papas supplantant les « mères » et « pères » d’hier.Régis Jauffret a choisi:« papa »   ,- vocable puéril, donc- pour titrer son parcours mémoriel de fils dépossédé. Afin de laisser en lui la priorité à cet enfant qu’il fut. « Le lendemain ( des obsèques, ndlr), j’ai passé l’après-midi à lire au bord de l’eau. Il me semblait avoir enterré un personnage secondaire de ma vie. Nous avions si peu parlé, si peu fait de choses ensemble et il ne m’avait jamais donné l’impression d’être un homme dont en cas de nécessité je pourrais espérer le moindre secours. En réalité je n’avais pas eu de père, presque pas.. » ( P.31)

    Le lecteur des « Microfictions » ( 2007/2018) sait déjà ce que peuvent être  l’humour  et  les  humeurs également noirs de l’auteur, sa cruauté « juste ». « Papa »,  est ce père navrant et navré, que la malchance a donné au narrateur. Alfred Jauffret, bourgeois malentendant  du 4 rue Marius Jauffret à Marseille,  pendant la guerre, et après, est  ce « gérant » de société, employé à ne (presque) rien faire par son beau-frère.« Papa » ne connaît  ni la joie,  ni le plaisir. Par sa médiocrité besogneuse, « papa »   va se mettre à exister via la même stratégie fictionnelle utilisée  hier par Régis Jauffret dans ses« Microfictions », puisque tout écrivain, mine de rien, écrit toujours le même livre. «  Papa », ce « non-père » absolu, éperdu,  échoue dans tous ses rôles, « conjugo » ( comme dirait Barthes) compris (Madeleine, femme d’Alfred et mère du narrateur, fond en larmes un jour de Fête des Mères,tant  le cadeau d’Alfred est affligeant).« Papa » rate à peu près tout. Il est handicapé par son absence de caractère, et sourd, au sens propre («  Faute de s’entendre il hurlait quand il sortait de son hébétude ) « Papa » incarne  la non-« existence » ( au sens ou Sartre entendait ce mot). » Son état habituel était une tristesse profonde que l’âge augmenta et un silence dont il ne sortait que par des emportements » Alfred  existe si peu, que son fils le perçoit à peine en cette transparence désolée. L’enfant voit tout, enregistre tout et la douleur se tasse, car le fils (unique) d’Alfred, futur auteur du livre que nous lisons, grandit et s’habitue. « Le passage de la mère au père est pour Freud «  un triomphe de la vie de l’esprit sur la vie sensorielle et donc un progrès de la civilisation »De toutes les théories, celle du père serait donc la première, jusqu’à marquer l’entreprise intellectuelle dans son ensemble ». La filiation disloquée du narrateur fait de cet album de famille un concentré de douleur éclatant au grand jour. «  L’année du bac, au lieu de s’intéresser aux programmes, à mes résultats, à mes projets, il se bornait à me poser régulièrement la question stupide « Tu réussiras ? ». Je répondais d’un hochement de tête, il se replongeait dans son journal » (P.61) . Et moins Alfred est ce père que réclame  son fils, plus « Papa » se fait personnage de roman, beau et grand personnage inconsistant, qui acquiert de l’épaisseur par les prouesses textuelles de son fils.

 

  • « Le souvenir se modifie mais la photo est un souvenir qui ne change jamais d’avis ».Une sorte d’ « expressionnisme »  à la Goya imprègne les pages. Le lecteur est pris dans les filets d’une écriture sèche, précise,  régnant sur une composition novatrice (trouvailles stylistiques tels ces segments de monologues intérieurs et/ ou remarques-surprises surgissant de nulle part pour commenter l’action). A quoi  s’ajoute, pour renforcer l’intrigue, une séquence cinématographie énigmatique, qui  est la clef de voute du roman:  « sept secondes  d’un film  qui ont réveillé l’enfant tapi dans les couches profondes de mon être,  me donnant une soif inextinguible de père »  précise l’auteur . Ce film montrant Alfred pendant 7 secondes pose la question du livre, et celle de toute la vie d’Alfred .  « Papa » fut- il –secrètement- ce héros interpellé hier par la Gestapo, et qui ne  balancera personne,  au risque de sa vie ? Ou  fut il seulement ce figurant pâlichon d’ un film  d’amateur reconstituant  ces moments où, à Marseille comme ailleurs, la grande Histoire rejoint la petite ? Le narrateur n’obtiendra aucune réponse. Qui sommes nous pour nos proches ? Héros, minus, salauds ? Le glissement imperceptible d’une définition à l’autre figure l’incapacité dans laquelle nous sommes de « voir » véritablement, donc de savoir. Une  métaphore illustrant le mystère ( modianesque) des identités. Régis Jauffret  se garde de  préciser. Le roman ne répond jamais, il est là pour poser des questions. « Mon père ? Je veux l’apprivoiser, le poncer,  passer l’estompe, l’astiquer comme une paire de vieux souliers pêchée dans un grenier « 

 

Ces réussites successives font de l’auteur de « Papa » le portraitiste désabusé d’un vide, d’une absence : celle de la filiation  « Qu’est-ce qu’un père aujourd’hui ?  s’interroge d’ailleurs le spécialiste. «  Le patriarcat a été remplacé par « l’autorité parentale partagée ». La mère représente aujourd’hui l’autorité familiale du fait de l’effacement du père, ou même de sa disparition pure et simple, comme dans les familles monoparentales ». « Papa » dit autant la douleur du fils hanté par  sa soif de père, que celle du père/ perdu/perdant.«  m’infligeant le spectacle de ce que je deviendrais inéluctablement  ». 

 Là où Jauffret nous stupéfie,   c’est lorsque qu’il garde pour la fin la métamorphose que réalise en lui sa littérature . Soudain, le fils comprend et aime post- mortem ce sous- père auquel l’écriture rend la vie.  L’invisible  père d’hier soudain prend corps et  à force de mots, Alfred devient ce qu’il aurait toujours dû être : « Papa ! ».Délivré, le fils jubile, réconcilié avec lui -même.« Je rends heureux » est une définition comme une autre de l’écriture.                                            

 

Papa/Régis Jauffret/202 pages/Seuil/19 euros

https://livre.fnac.com/a13898186/Regis-Jauffret-Papa

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 17/02/2020 - 16:50
''Le père'' autrefois...
Je suis née en 1934 et ceux de ma génération ont été élevés avec l'idée que le père est plus fort que la mère, celle-ci incarne la douceur et que l'homme et la femme sont différents....mais ''on ''a appris à mes petits-enfants que l'home et la femme étaient pareils...ainsi ma petite-fille, qui a 10 ans actuellement, nous a dit, un jour, en rentrant de l'école (elle était, à l'époque, à l'école maternelle) :''Je suis comme un garçon mais je n'ai pas de zizi''.. Nos ''éducateurs'' gauchistes vont faire de nos enfants et de nos petits-enfants des déséquilibrés!. .on les voit marcher, dans la rue, comme des zombies, le téléphone fixé aux oreilles et parlent tout seuls….voir https://www.breizh-info.com/2020/02/17/136564/dysphonie-de-genre-suede..l'avenir est NOIR pour nos enfants!....