En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 36 min 44 sec
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 29 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 8 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 13 heures 36 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 17 heures 38 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 20 heures 53 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 22 heures 51 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 6 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 10 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 24 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 23 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 20 heures 32 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 23 heures 1 min
© Jean-Pierre MULLER / AFP
© Jean-Pierre MULLER / AFP
Atlantico Green

Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas

Publié le 15 décembre 2019
Selon certains analystes, consommer bio ralentirait les effets néfastes du réchauffement climatique et le rejet de gaz à effet de serre. Une taxe sur la viande est également évoquée. Pourtant, de moins en moins de personnes en consomment.
Gil Rivière-Wekstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Rivière-Wekstein est rédacteur pour la revue Agriculture et Environnement. Il est l'auteur du livre "Panique dans l’assiette, ils se nourrissent de nos peurs". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon certains analystes, consommer bio ralentirait les effets néfastes du réchauffement climatique et le rejet de gaz à effet de serre. Une taxe sur la viande est également évoquée. Pourtant, de moins en moins de personnes en consomment.

Atlantico.fr : De nombreux analystes expliquent que consommer bio ralentirait les effets néfastes du réchauffement climatique et le rejet de gaz à effet de serre.. Certains veulent par exemple taxer la viande, or de moins en moins de personnes en consomment à l'heure actuelle. D'autres veulent privilégier l'agriculture biologique.  

Que pensez-vous de ces mesures ? Sont-elles viables ?

Gil Rivière-Wekstein : C’est tout le contraire ! Les études sérieuses montrent que l’intensification des méthodes agricoles a un impact bien meilleur sur le climat qu’une agriculture à faible rendement et extensive. Ce sont notamment les conclusions de l’étude « The Environmental costs and benefits of fhight-yiel farming  », publiée en septembre 2018 dans la revue Nature Sustainability par Rowan Eisner. Ce qui est parfaitement logique. 

C’est exactement le même phénomène qui est observé dans la production de l’énergie, contrairement à ce qu’affirment certaines ONG. Ainsi, la production électrique fournie par les centrales nucléaires a un bilan carbone bien meilleur que tous les autres modes de production, y compris les éoliennes ou les panneaux solaires, précisément en raison de la forte densité d’énergie produite par les centrales nucléaires. 

En agriculture, c’est la même chose : vous pensez bien qu’occuper deux fois plus d’espace pour produire la même quantité de céréales, avec de surcroît des passages de tracteur bien plus nombreux afin de procéder aux désherbages,a un impact bien plus fort sur les émissions de carbone que lorsqu’on adopte par exemple les techniques de sans labour. Et si on utilise des semences résistantes à un herbicide, c’est encore plus efficace contre les émissions de carbone, puisqu’on peut encore réduire le nombre de passages.

Dans l’élevage, c’est pareil : les grandes exploitations intensives ont un bien meilleur bilan carbone que les élevage extensifs. C’est tellement vrai que le député LRM Jean-Baptiste Moreau a défendu un amendement pour supprimer la référence à l’analyse du cycle de vie (AVC) dans l’élaboration de l’affichage environnemental des produits car, appliquée aux produits de l’élevage, « elle favorise les viandes issues d’élevages intensifs ». 

Certains veulent par exemple taxer la viande. Taper dans le portefeuille des consommateurs, est-ce une bonne idée ?

Dois-je vous rappeler que, selon l’observatoire des inégalités, « 800 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, soit une personne sur dix ». Certes, c’est 200 millions de moins qu’il y a dix ans, mais cela reste considérable. Et la question de la malnutrition touche également la France, puisque, d‘après le baromètre 2018 du Secours populaire, « 21 % des Français ont du mal à se procurer une alimentation saine pour assurer trois repas par jour ». Ce baromètre indique aussi que « 48 % de personnes, dont le revenu mensuel net du foyer est inférieur à 1 200 euros, éprouvent des difficultés financières pour se procurer une alimentation saine pour faire trois repas par jour ». Alors, soyons sérieux ! Notre défi, c’est de nourrir l’ensemble de l’humanité, qui continuera sa croissance encore au moins pendant les cinq prochaines décennies, avec des produits de qualité et pour un prix abordable. Et la viande reste un aliment essentiel. Ainsi, 2 milliards de personnes – soit plus de 30% de la population mondiale – souffrent d'anémie, principalement en raison d'une carence en fer. En France, 25 % des femmes non ménopausées présentent un déficit en fer et 5 %, une anémie. Diminuer la consommation de viande n’est pas toujours un bon plan…

Enfin, il est utile de préciser qu’aujourd’hui, les bons morceaux de viande, les morceaux nobles, ou encore les bons poissons sont devenus trop cher pour de nombreux citoyens qui sont déjà en train de diminuer leur consommation.

Au vu de l'augmentation de la population dans des zones comme l'Afrique, que pouvons-nous faire, face aux défis climatiques à venir en termes d'agriculture et de consommation ?

Nous devons procéder à une nouvelle révolution dans l’agriculture en privilégiant tout ce qui va permettre d’optimiser la production agricole, tout en préservant l’environnement et en réduisant les diverses formes de gaspillage (à la production comme à la consommation). C’est-à-dire, notamment, poursuivre le développement de nouvelles variétés plus résistantes à divers stress, des variétés plus productives ou des variétés dont les valeurs nutritionnelles auront été améliorées. Ainsi, les carences en vitamine A représentent selon l’OMS «  un grave problème de santé publique dans le monde entier, affectant plus de 100 pays ».

Ensuite, il est indispensable d’appliquer partout dans le monde les méthodes de l’agriculture de précision, ce que va nous faciliter la double révolution qui a lieu actuellement dans la robotique et le big data. 

Enfin, grâce à une meilleure connaissance des besoins alimentaires, nous allons pouvoir proposer aux consommateurs des produits alimentaires plus adaptés à nos besoins réels. Cette évolution est d’ailleurs déjà en cours depuis de nombreuses années partout dans le monde, d’où l’augmentation de l’espérance de vie en bonne santé, qui continue à s’accroître (avec le problème que cela entraîne pour, par exemple, le financement des retraites, comme en témoigne l’actualité).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 24/12/2019 - 18:11
Beaucoup de sagesse dans cet interview
Mais les lecteurs dominants sont hors sol.

N'ont aucune notion d'écologie (la vraie), d'agriculture, etc. Savent-ils ce qu'est un pissenlit ?

- Longue vie aux légumes bio emballés sous plastiques (qui viennent d'où ? ), longue vie au plats cuisinés végan (sous plastique), etc...
- Longue vie aux batteries des bicyclettes électriques et des voitures électriques (made in China, dans des conditions de productions super écolo !)
- Longue vie aux éoliennes ( le peuple paiera, les actionnaires toucherons et ça fera pas bézef d'électricité mais beaucoup de fric)
- Longue vie au cuivre (fongicide), au Pyrèthre (insecticide) au Spinosad (insecticide) et à L'Azadirachtine (insecticide), tous bios... Tous autorisés... tous tueurs de tout (entre autres des abeilles). Mais quel bobo le sait ? Et oui, bobo bio, tes fruits et légumes sont pleins de trucs pas gentils pour les bébêtes....

En fait, dans cette histoire, en résumé, c'est la campagne qui crève, pour des fantasmes d'idiots utiles citadins et.... surtout des investisseurs avisés qui vont nous vendre du "steak végétal" de l'électricité "éolienne" etc...
Je crois que je vais investir dans le vert. Ça va rapporter !
Guy-André Pelouze
- 21/12/2019 - 09:27
Parlons des subventions à l’agriculture
Une des causes essentielles de gaspillage, de surproduction, de sous production, c’est la question à plusieurs centaines de milliards de dollars des subventions agricoles dans les pays occidentaux. Subventionner massivement La production de sucre, subventionner massivement les céréales entraîne des distorsion dans l’offre et bien évidemment a des conséquences environnementales ou en santé publique. Ces subventions sont aussi à l’origine de la paupérisation des agriculteurs. Sans les subventions Nous aurions des prix réels beaucoup plus proches des coûts et des externalités négatives dans nos pays.
Onc Donald
- 15/12/2019 - 19:42
Ecologisme
Aucune hésitation pour les écologistes politiques sauveurs de la planète pour faire passer leurs messages en utilisant au besoin des contres vérités faciles réfuter, comme le fait très bien l'auteur de cet article . Jusqu'où ira cette dictature de la pensée ?