En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 13 min 7 sec
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 42 min 2 sec
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 1 heure 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 20 heures 58 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 22 heures 8 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 22 heures 56 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 24 min 22 sec
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 22 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 22 heures 48 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 22 heures 55 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 23 heures 39 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Politico Scanner

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

Publié le 14 novembre 2019
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, 55% des Français approuvent la mobilisation. 63% des sondés ne souhaitent pourtant pas que le mouvement reprenne. Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites va s'intensifier, que veulent réellement les Français ?
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, 55% des Français approuvent la mobilisation. 63% des sondés ne souhaitent pourtant pas que le mouvement reprenne. Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites va s'intensifier, que veulent réellement les Français ?

Atlantico.fr : Un sondage Elabe pour BFMTV montre que 55% de Français approuvent encore le mouvement des Gilets jaunes, mais 63% n'en souhaitent pas la reprise. Alors qu’un grand mouvement social est annoncé par les syndicats, est-ce le signe que l’opinion n’y est pas favorable ou est-ce plus compliqué que cela ? 

Maxime Tandonnet : Ce n’est pas si contradictoire que cela. Ce sondage reflète un climat de forte insatisfaction de la population mais aussi la peur que le pays ne sombre dans le chaos et le désordre. Il en est de même concernant le mouvement social. L’opinion publique est en effet une chose complexe. Il est certain que certaines options prises par le gouvernement sur les questions sociales, les retraites, le chômage sont largement impopulaires. Pourtant les Français n’ont aucune envie de subir les conséquences dévastatrices, pour la vie quotidienne, d’un blocage général des transports publics voire de l’approvisionnement en carburant. Le cauchemar de novembre/décembre 1995, un quart de siècle plus tard, est encore dans tous les esprits. Quand une telle catastrophe se produit, les Français ne pardonnent à personne : ni aux syndicats, qui sombrent dans le rejet ni aux responsables gouvernementaux qui restent maudits pour des décennies. 

Même si beaucoup aimeraient qu’émerge une convergence des luttes sociales en décembre, notamment après les manifestations des étudiants à Lyon, et la manifestation pour l’hôpital aujourd’hui, le sondage n’indique-t-il pas que l’opinion n’est pas fixée sur les sujets qui peuvent la mobiliser ? 

Maxime Tandonnet : Pour qu’un mouvement social de grande ampleur se déclenche, il faut en effet un chiffon rouge, un enjeu mobilisateur. Pour l’instant, il n’apparaît pas clairement. Le pouvoir entretient un certain flou sur ses projets et c’est une forme d’habileté. Ainsi, sur la réforme des retraites, les choses ne sont pas d’une grande clarté et la confusion règne par exemple sur la fameuse « clause grand-père » et l’idée que la réforme ne doit s’appliquer qu’aux futures générations entrant sur le marché du travail. Cela permet en effet d’embrouiller les esprits et d’empêcher ou de retarder une cristallisation de la protestation sur ce chiffon rouge. 

Maintenant, les mouvements sociaux sont toujours irrationnels. Il suffit d’une étincelle, même la plus inattendue, pour provoquer l’embrasement. Le climat actuel réunit les conditions de cet embrasement : crise de confiance envers l’autorité publique, insatisfaction généralisée, frustrations exacerbées, sentiment des mépris de la classe dirigeante envers la population, absence d’espoir en l’avenir. Ce qui caractérise la situation actuelle, par rapport au passé, c’est qu’il n’y a pas une seule source de révolte mais de nombreuses : les banlieues, la France profonde (des « ronds-points », pour caricaturer), les syndicats, les étudiants et scolaires. Le mouvement des gilets-jaunes a montré toute la faiblesse du pouvoir politique face à un déchaînement de violence ultra-médiatisé. L’hypothèse du chaos ou de l’embrasement général, en raison d’une étincelle, n’a rien d’invraisemblable aujourd’hui. 

Quelle part peut être attribué à l’éclatement de l’offre politique depuis 2017 ? À quelle situation est-ce que l’absence de relais politiques peut conduire sur le plan social ? 

Maxime Tandonnet : Cette part est évidemment essentielle. La question du politique est au cœur du problème. La tension sociale, le risque d’embrasement et le potentiel de violence qui caractérise la France d’aujourd’hui est le produit de la crise du politique. D’abord, la politique et la démocratie françaises sont totalement décrédibilisées. La crise de confiance envers les institutions et les responsables politiques bat son plein. 87% des Français pensent que les politiques ne tiennent aucun compte de ce qu’ils pensent (Cevipof). La confiance envers le chef de l’Etat, qui dans notre système, incarne à lui seul le pouvoir politique, est en chute libre (moins de 30% de confiance). Rien n’est plus débile, au sens de fragile, qu’un régime politique ou l’image du pouvoir se concentre tout entier dans le visage d’un seul homme : ce visage se prête à cristalliser sur lui-même la colère et les haines. En outre la situation présente se caractérise par un véritable blocage démocratique. L’absence de relais politiques est flagrante, mais surtout, à ce jour, de toute alternative démocratique. Les sondages martèlent, jour à après jour, que le destin politique des Français se limite à un second tour des présidentielles le Pen/Macron, avec une forte probabilité de réélection de l’actuel président, malgré son impopularité. La seule alternative présentée par les sondages comme possible, lepéniste, est synonyme d’inconnu, d’aventure et de chaos. A l’heure actuelle, aucune autre perspective sérieuse n’émerge. Le discours médiatique et sondagier quotidien se réduit à un matraquage obsessionnel : vous n’avez pas le choix ! Ce sentiment dramatique que le changement ne viendra pas des urnes ni de la démocratie, cette négation du suffrage universel, est propice à la révolte et à la violence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 15/11/2019 - 23:19
Trop c'est trop
Moi je sais ce que je veux: que les gilets jaunes, la CGT etc... cessent de nous emmer....
Dr Guy-André Pelouze
- 15/11/2019 - 14:55
3/ revenons au chaos, le
3/ revenons au chaos, le chaos ne peut venir que d’une guerre civile puisque le défaut souverain lié à l’extravagance de notre dette est éloigné pour une dizaine d’années grâce aux taux négatifs. La guerre civile peut venir de l’extrême gauche dont on voit bien qu’elle est prête à l’affrontement ou des Salafistes qui pourraient choisir une fenêtre de tir. Dans ces conditions nous aurions alors un général pour rétablir l’ordre parce que bien évidemment ce n’est pas la police les CRS et La société civile desarmées qui pourraient faire face. Donc finalement tout n’est pas chaotique.
Dr Guy-André Pelouze
- 15/11/2019 - 14:49
1/ Si en raison des immenses
1/ Si en raison des immenses succès du en même temps Marine Le Pen était élue, il lui faudrait pour gouverner une majorité. Il faudrait donc qu’elle la trouve auquel cas elle pourrait appliquer son programme. Si elle n’a pas de majorité elle sera condamnée à la cohabitation. Comme ses efforts pour créer une union des droites sont quasi nuls ce sera donc une cohabitation si elle gagne la présidentielle. Dans ce cas je ne vois pas de chaos mais en revanche je pense que sur certains sujets il y aura une politique différente et en particulier sur la question de la sécurité en France et de l’immigration.
2/ Les sondages sont à peu près aussi inconstants que les Français (Si ils sont fiables et annoncés avec le degré d’incertitude...) c’est pourquoi je rappelle que ni Sarkozy ni Hollande n’ont été réélus. Il reste à Macron à briser le tabou du jamais deux sans trois. Cela paraît trivial mais ce n’est pas aussi anodin qu’on pourrait le penser.