En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
Revue des hebdos

Macron s'inquiète de la rémunération de Delevoye, trop payé ? Municipales, la droite immunisée contre LREM ? Les bombes humaines à retardement de l'Etat Islamique ; Thérapie génique, la recherche française asphyxiée ; Bayrou d'humeur colère

Publié le 12 septembre 2019
Et aussi : A droite, on loue le passé et des mondes imaginaires
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi : A droite, on loue le passé et des mondes imaginaires

Le cumul emploi-retraite de Delevoye

Jean-Paul Delevoye, ministre délégué, haut-commissaire aux retraites peut toucher la sienne : à 72 ans, l'ancien sénateur a droit, au total, à ... 11 000 euros par mois souligne Le Point. Ayant le rang de ministre délégué, il reçoit 8 300 euros net chaque mois. L'Elysée s'inquiète  de ce cumul à 19 000 euros face à l'opinion, et a donc recommandé que l'on suspende le bénéfice de sa retraite de sénateur, pendant cet intermède ministériel : cela le priverait de 4 000 euros. Il a encore de quoi voir venir. Mais c'est l'intention qui compte.

Municipales : la droite menacée par LREM ? 

Lorsque l'Obs lui demande si la droite est menacée de s'effacer derrière La République en Marche dans les grandes villes lors des élections municipales, Thimothée Vilars, directrice associée chez Havas, ex-directrice des études chez LR., auteure de l'étude « Allô Maman Bobo », publiée par la Fondation pour l'Innovation politique répond : "Je ne crois pas. La droite reste traumatisée d'avoir perdu Paris et Lyon en 2001, à un moment où s'imposaient des sujets comme les mobilités et la transparence politique, mais, à l'époque, le PS n'est pas pour autant devenu le parti des citadins. Et malgré ses bons résultats dans les métropoles à la présidentielle et aux européennes, LREM ne l'est pas plus aujourd'hui."

Et elle ajoute : "La vie d'un cadre du 9e arrondissement de Paris n'est pas celle d'un intermittent du spectacle de Montreuil! Mais, dans les deux cas, le malaise est manifeste: 80% des cadres franciliens veulent quitter leur région pour un cadre de vie moins stressant. Certes, les jeunes diplômés sont mieux protégés du chômage, mais dans une ville qui compte près de 50% de cadres, ce n'est plus un facteur de distinction et le marché de l'immobilier est devenu presque inaccessible."

Les bombes à retardement de l'EI

« Vous nous croyez prisonnières de ce camp pourri? Nous sommes une bombe à retardement. Attendez et vous verrez. » Le camp d’Al-Hol, dans le nord de la Syrie, où sont détenus 20000 femmes et 50000 enfants d’anciens combattants du groupe Etat islamique, est un véritable chaudron de radicalisation, relate le Washington Post (3 septembre) cité par l'Express. Beaucoup n’ont pas renoncé à leur idéologie et font régner la terreur sur quiconque s’écarte du rigorisme imposé par l’EI.

Thérapie génique : l'asphyxie

"Guillaume et Mélanie, les parents d’Augustin ont de l'espoir, le 14 mai dernier, leur bébé a reçu un traitement de thérapie génique "raconte l'Express qui consacre un dossier d'une dizaine de pages à ces avancées médicales qui pourraient aussi permettre de lutter contre Alzheimer, et Parkinson.

"Avant l’injection, le nourrisson ne tenait pas sa tête, ne remuait pas les jambes, ne levait plus les bras et commençait à avoir du mal à déglutir. La faute à un gène déficient qui cause la mort des motoneurones, des cellules de la moelle essentielles au mouvement des muscles. La thérapie lui a apporté ce gène : «Depuis, il fait des progrès chaque jour.» Jusqu’où ira Augustin? Bougera-t-il ses jambes ? Se lèvera-t-il ? Nul ne le sait. Aux Etats-Unis, les 12 enfants traités dans le cadre du premier essai clinique lancé en 2014 sont encore vivants. Ils respirent et mangent sans assistance.

"Les Français inventent, les étrangers encaissent les bénéfices..." regrette l'Express. « Ces technologies demandent des investissements lourds, impossibles à mobiliser en France, faute d’investisseurs spécialisés. Il y a de l’argent dans notre pays, mais rien n’est fait pour l’orienter vers ces activités d’avenir. » Un constat inquiétant qui sera au coeur d’un colloque organisé le 17 septembre par l’AFM-Téléthon à l’Assemblée nationale.

Le cas du Zolgensma, ce médicament né grâce aux dons des Français au Téléthon, mais vendu à prix d’or par la multinationale Novartis, avait fait scandale ce printemps. L’histoire va pourtant se répéter. Généthon, le laboratoire financé par le Téléthon, a ainsi cédé la licence d’un traitement contre la myopathie myotubulaire à une start-up américaine, qui mène les essais cliniques. 

Bayrou toujours fâché contre Macron

Selon L'Obs, François Bayrou, le leader du MoDem, "n'a toujours pas digéré la décision d'Emmanuel Macron de choisir l'une de ses ennemies personnelles, Sylvie Goulard, une ex-MoDem, pour représenter la France à la Commission européenne. « Les colères de Bayrou, c'est chronique », soupire un élu de la majorité. Quand cet autre parlementaire s'interroge plus directement sur « l'utilité politique » du centriste : « La question, aujourd'hui, est celle-ci : qu'est-ce que Bayrou nous apportera réellement en 2022 ? Nous sera-t-il vraiment utile ?"

Marine Le Pen et la stratégie de l'inondation

"A Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) le parti de Marine Le Pen a tout gagné. En 2014, la ville, grâce à Steeve Briois, dès le premier tour" rappelle l'Express (4 pages). Puis " En 2015, six cantons, dont les deux à cheval sur la commune, Hénin-Beaumont 1 et Hénin-Beaumont 2, dans l’indifférence des élections départementales. En 2017, c’est le jackpot et les quatre circonscriptions mitoyennes tombent : les nos 3, 10, 11 et 12. Presque une combinaison du loto pour les nouveaux députés Marine Le Pen, Bruno Bilde, Ludovic Pajot et José Evrard (depuis, ce dernier a rejoint Les Patriotes de Florian Philippot). Pour les municipales de 2020, l’idée est donc simple : « On veut multiplier l’exemple d’Hénin sur le territoire »"

Mais "En pratique, cette stratégie de l’inondation se heurte à deux écueils. Le premier, et le plus important, est de trouver des candidats crédibles. N’est pas Steeve Briois qui veut.  Et enfin : "la deuxième difficulté : l’ouverture. Faut-il aller chercher des candidats en dehors du parti ?"

Mélenchon : après le choc de la perquisition, le tribunal

"Loin des conjectures et des supputations, les faits sont là : les perquisitions menées le 16 octobre 2018 par la police judiciaire dans le cadre de deux affaires distinctes, concernant les emplois d’assistants parlementaires européens de La France insoumise (LFI) et le financement de la campagne présidentielle de 2017 de Mélenchon, ont donné lieu à un face-à-face brutal, à un choc frontal, jamais vu, entre les élus de la République et les magistrats et les forces de l’ordre" souligne l'Express (3 pages).

"L’audience au tribunal correctionnel de Bobigny au cours de laquelle il sera jugé pour « actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire, rébellion et provocation » n’aura lieu que la semaine prochaine, mais Jean-Luc Mélenchon fait déjà monter la pression."

"Anticipant la peine que la justice pourrait éventuellement prononcer à son encontre (les actes d’intimidation envers les représentants de l’Etat peuvent être punis de dix ans de prison), le chef de file des Insoumis se compare encore et toujours à Lula : « C’est la même méthode » qui serait employée contre lui que celle qui aurait été utilisée pour condamner le président brésilien, avec « les mêmes incriminations sans preuves et violations des droits de la défense ». Les juges apprécieront. Pour Mélenchon, le traitement qu’il affirme subir porte un nom, qu’il évoque à longueur de journée : le lawfare. C’est-à-dire une « technique utilisant des prétextes judiciaires pour persécuter les opposants politiques ».

Voile : quand la république a capitulé

"La première affaire de voile à l’école, le 18 septembre 1989, intervient dans une France travaillée par l’échec de la Marche des Beurs et les ravages du chômage dans les banlieues. C’est l’idée même d’intégration qui vacille face au communautarisme" rappelle Marianne. "En trente ans, le concept d’islamophobie a inondé l’espace médiatique, pendant que celui de laïcité était vidé de sa substance. Et la visibilité de l’islam dans l’espace public n’a fait que croître, développant dans certains quartiers un séparatisme radical." estime Marianne qui met ce sujet à la Une.

Le Point aime Buzyn

« Le courage paie en politique, à très long terme. Avant d'être reconnue, Simone Veil a été haïe. » La ministre de la Santé, selon Le Point (5 pages) "cite peu son ancienne belle-mère, avec laquelle les relations furent parfois difficiles. Deux passions en miroir, l'une tempétueuse - Simone Veil était capable de brutales colères -, l'autre plus intérieure, mais leur attitude similaire reste troublante".

Les avis semblent globalement positifs : « C'est une femme remarquablement intelligente, je la respecte beaucoup, confie Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes. Mais je ne suis qu'un petit praticien hospitalier à ses yeux. Je sais qu'elle me méprise. » Le président de l'ordre des infirmiers, Patrick Chamboredon, qui lui claque la bise, n'a pas le même sentiment. « Moi, je regarde les faits. C'est elle qui a relancé les négociations sur la création d'infirmiers en pratique avancée, elle qui veut élargir les compétences des infirmières. Cinquante ans après les Etats-Unis ! » Lui voit plutôt en Buzyn une femme médecin libérée des corporatismes, inscrite "dans une logique de santé publique pure".

Le Veligo de Valérie Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, enfourche son Véligo, un vélo à assistance électrique (VAE) imaginé par le Syndicat des transports publics franciliens (IDFM, ex-Stif). "Les premiers exemplaires préréservés par 1500 personnes commenceront bientôt à être livrés. Originalité du concept, la bicyclette bleue (comme la couleur du nouveau pass Navigo) sera disponible sur abonnement (40 euros par mois), pour une durée d’un semestre (non renouvelable). Mais, à la différence du Vélib’, le client pourra jouir librement de son bolide comme s’il lui appartenait. «C’est le Vélib’ de ceux qui n’en ont pas. L’idée est de faire découvrir le VAE à un potentiel de 180000 Franciliens »" explique Valérie Pécresse citée par l'Express.

Sonia Mabrouk face à Lilian Thuram

Lilian Thuram, l’ex-défenseur de l’équipe de France de football est à la Une de Valeurs Actuelles qui dénonce "Les racistes anti-blancs" (10 pages). L'hebdo revient sur la déclaration de Thuram en Italie "« Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être ». Pour Valeurs cette polémique "illustre la dérive du combat antiraciste, qui ne voit plus désormais le monde qu’à travers le prisme racialiste."

Valeurs Actuelles s'inquiète et cite Pascal Bruckner : "« La société multiraciale sera une société multiraciste » et ajoute "le processus sera parvenu à son terme: la guerre de tous contre tous. "

L'hebdo interroge (4 pages) la journaliste Sonia Mabrouk (Cnews et Europe 1) qui est d'origine tunisienne. Mabrouk publie "Douce France, où est passé ton bons sens ?" chez Plon. Selon elle, Lilian Thuram "est en train de dévoyer son message. Il a laissé entendre que ses propos avaient été tronqués, mais la phrase en elle-même est inacceptable."

A droite, on loue le passé et des mondes imaginaires

"Dans un essai remarqué paru l’an dernier, Mark Lilla fustigeait l’obsession de la gauche américaine pour les minorités* s’attirant les éloges de la droite conservatrice, vent debout contre le multiculturalisme" se souvient l'Express. Libération écrivait d'ailleurs "Dix jours à peine après l’élection de Trump, Lilla publie une tribune dans le New York Times, où il étrille la célébration univoque de la diversité par l’élite intellectuelle progressiste comme principale cause de sa défaite face à Trump". 

Mais aujourd'hui, il frappe l'autre bord : "Il est probable que L’Esprit de réaction (éd. Desclée de Brouwer), le dernier ouvrage de cet historien des idées francophile, professeur à l’université Columbia, ne vaille pas à son auteur les mêmes honneurs. Mark Lilla y exhume les rhizomes de la pensée réactionnaire. Pour mieux dénoncer les impasses d’une idéologie dont les populismes montrent qu’elle est revenue au goût du jour."

Les femmes afghanes face au retour des talibans

"Palwasha Hasan Invitée à Paris, fin juin, par le Quai d’Orsay et l’Essec, en compagnie d’une douzaine d’autres militantes, est venue témoigner, devant les institutions françaises, de son combat pour l’émancipation des femmes. Et confier ses craintes de revivre le cauchemar des années 1990, lorsque les talibans s’étaient emparés du pouvoir" selon l'Express

A l’époque, rappelle-t-elle, « les femmes avaient été chassées de l’espace public. Elles avaient déserté les bancs de l’école, abandonné leur blouse de médecin ou d’institutrice... Cloîtrées à leur domicile, les mères apprenaient en cachette à leurs filles à lire et à écrire. Seules quelques silhouettes drapées dans des burqas parcouraient les villes fantômes..."

Woody Allen sûr de lui

Après Le Point, la semaine dernière, nouvel entretien de Woody Allen, avec l'Obs cette fois. Le réalisateur répond sans détour aux accusations d'agression sexuelle dont il a fait l'objet : " Il y a des années de ça, j'ai été faussement accusé. La police a enquêté longuement, pendant des mois et des mois. Il y a eu une enquête juridique, aussi. Les deux enquêtes sont parvenues à la même conclusion : il ne s'est rien passé. Curieusement, cette conclusion n'a eu aucun impact. On se contente d'écrire : Woody Allen nie. Or ce n'est pas moi qui réfute les accusations. C'est le juge et les enquêteurs. Mais on dirait que les journalistes prennent plaisir à perpétuer les soupçons et à écrire sur ce sujet, sans tenir compte des constatations de la justice."

Et il confirme que son livre de Mémoires sera publié l'année prochaine. Il dit qu'il lui reste encore deux mois de travail et ajoute un article du « New York Times » qui assurait que personne ne voulait publier mon livre. Le plus amusant, c'est que, dès que cet article est paru, j'ai reçu des dizaines et des dizaines de propositions, immédiatement. La vérité, c'est que les gens publient des choses inexactes. Mais tout ça n'a pas d'impact sur moi.

Gros numéro pour Le Point

Cette semaine Le Point, outre 16 pages sur 'La course au QI" (Le Point croit-il que ses lecteurs ou leurs enfants sont surdoués ?) avec test pour mesurer votre niveau, c'est un spécial "Rentrée littéraire" avec une vingtaine de pages, c'est aussi un spécial "Placements" avec une quinzaine de pages où l'on compare aussi les frais bancaires entre banque traditionnelle et banque en ligne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 12/09/2019 - 13:43
Et Chantal Jouanno et les autres??
La patronne du CESE organisme para public inutile et couteux touche un salaire exorbitant (pour le travail fourni) et LeMaire (l'intelligent) qui a embauché sa femme peintre lorsqu'il était député) mais la presse se tait.
N'est-il pas préférable de bien rémunérer un patron d'industrie comme C Gohsn en prison qui a sauvé des entreprises( Renault et Nissan) et des milliers d'emplois plutôt que payer avec nos impôts des parasites??
zelectron
- 12/09/2019 - 10:42
"Les Français inventent, les
"Les Français inventent, les étrangers encaissent les bénéfices..." Ces technologies demandent des investissements lourds, impossibles à mobiliser en France, faute d’investisseurs spécialisés. NON ! faute de pouvoir virer les sangsues du régime qui aspirent des Himalaya de ressources financières, en vrac et au premier chef : les fonctionnaires non régaliens ( 1 million en surnombre plus leurs apparentés)
680 000 élus, plus d'un millier de commités Théodule . . .