En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 4 min 40 sec
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 51 min 32 sec
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 18 heures 32 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 19 heures 31 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 22 heures 35 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 23 heures 50 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 1 jour 23 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 27 min 38 sec
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 53 min 45 sec
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 1 heure 37 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 17 heures 44 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 22 heures 23 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 23 heures 3 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 1 jour 12 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 1 jour 32 min
Atlantic-Tac

Quand il faut marteler les cadrans et quand il faut placer le bracelet au bon endroit : c’est l’actualité des montres avant les défilés du 14 juillet

Publié le 12 juillet 2019
Mais aussi le bleu fumé d’une Lune trop noire, les grains d’argent d’une nostalgie très appuyée et une envie de substance en mode saxon…
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi le bleu fumé d’une Lune trop noire, les grains d’argent d’une nostalgie très appuyée et une envie de substance en mode saxon…

TAG HEUER : Les grains rouges d’une nostalgie quinquagénaire…

Les marques « historiques » ont un avantage sur les plus jeunes : elles ont régulièrement des anniversaires à célébrer. L’inconvénient, c’est que la commémoration des succès d’hier finit par faire oublier que, pour rester crédible, une marque être aujourd’hui à la hauteur de sa gloire passée. C’est un peu le problème avec TAG Heuer, qui parvient si bien à nous enthousiasmer sur le cinquantenaire de son légendaire chronographe Monaco qu’on finit par se demander pourquoi les créations contemporaines de la marque sont moins enthousiasmantes. Ne boudons pas notre plaisir avec cette réinterprétation particulièrement réussie de la Monaco de 1969, dont on a gardé le style extérieur (le boîtier, révolutionnaire à l’époque pour un chronographe automatique, et la couronne de remontage placée à gauche) pour imaginer un cadran contemporain capable de renouer avec cette magie cinquantenaire : le design de ce cadran est parfaitement maîtrisé, avec un fond grainé dans les tons argentés, des compteurs discrètement soulignés de bleu et ce qu’il faut de rouge (index, aiguilles) pour dynamiser le tout. Le carré rouge stylisé au centre de ce cadran est une idée géniale pour affirmer l’autorité de ce boîtier dont on a oublié à quel point il était rupturiste il y a un demi-siècle. Pas de « TAG » sur le cadran, juste le Heuer de l’époque, comme il se doit pour les montres d’inspiration vintage d’une marque qui devrait cependant se poser la question du maintien de ce « TAG » (Techniques d’avant-garde) venu bien plus tard, en 1985, dans son histoire. Il n’y aura malheureusement que 169 montres de ce modèle « 1989-1999 », qui sera facturé dans les 6 000 euros : dommage de n’avoir pas intégralement joué le coup de la date intégrale – les 1 969 montres se seraient vendues comme des petits pains…

GIRARD-PERREGAUX : Le bleu fumé d’une furtivité contemporaine…

L’horlogerie suisse ne serait-elle qu’une fabuleuse machine à recycler la nostalgie des belles montres de son âge d’or, qu’on peut situer dans les années 1940 à 1970 ? La question est légitime : dans le même esprit que la Monaco quinquagénaire (ci-dessus), Girard-Perregaux, autre maison de tradition, célèbre une de ses icônes baptisée 1966 pour ne rien laisser au hasard. Parangon de néo-classicisme par ses formes autant que par sa sobriété, la 1966 s’offre cette fois un léger coup de fièvre contemporaine avec son boîtier de 40 mm en acier reteinté de noir et microbillé pour la furtivité. Le cadran donne dans ce bleu « fumé » (dégradé et assombri à la périphérie) qui est devenu la couleur fétiche des créations de l’année (un style inventé par la maison H. Moser & Cie). Pour compléter ces incursions dans la modernité, on a parié sur un affichage des phases de la Lune cerclé d’un calendrier qui se permet une fantaisie : le 31 est rouge, ce qui lui évite une fâcheuse confusion avec le 1 du début du mois. Dommage que le disque tournant qui porte la Lune et les étoiles soit noir : on aurait aimé une nuance moins funèbre et plus créative pour l’astre de la nuit – surtout quand on baptise la montre… Blue Moon ! Avec son mouvement automatique, cette 1966 Blue Moon reste une des offres les plus intéressantes du moment pour ce qui est de la haute horlogerie accessible…

AKRIVIA : Le martelage d’un artisanat horloger renaissant…

En ne mémorisant que les deux montres ci-dessus et ce Chronomètre contemporain signé Rexhep Rexhepi (Akrivia), on aurait d’emblée une idée assez précise des tendances esthétiques de l’horlogerie à l’aube des années 2020 : des cadrans épurés, mais avec assez de « grain » pour accrocher le regard, une dominante dans les bleu-gris, une recherche formelle orientée vers la simplicité et l’efficacité dans la lecture de l’heure (aiguilles et index). Destiné à la vente charitable Only Watch de la fin de l’année, ce Chronomètre contemporain Akrivia a tout pour faire saliver les collectionneurs : un mouvement mécanique « manufacture » (entièrement réalisé à la main dans l’atelier de la marque) aux ondulations très esthétiques et aux finitions superlatives, une grande seconde qui scande avec majesté  le temps qui passe, un cadran très équilibré dans l’esprit légèrement Art déco des années 1930, avec un travail de ciselage (martelage) lui aussi réalisé à la main avant d’être émaillé, ce qui lui apporte une densité et une profondeur admirables. Il faut beaucoup de culture horlogère pour apprécier cette réalisation et on imagine que les amateurs se bousculeront autour de cette pièce unique qu’on peut considérer comme particulièrement marquante des ambitions d’une nouvelle génération de jeunes horlogers : ils ne rêvent plus de devenir maîtres du monde, mais de maîtriser leur matière première, le temps, en l’exprimant de façon toujours plus élégante et précise, avec des gestes et des techniques hérités de quatre siècles de tradition mécanique. Si l’horlogerie suisse peut résister au torrent des montres connectées qui menace de l’emporter, c’est bien avec ces montres chargées d’émotions et de saturées de passion pour ce qu’est le vrai luxe. Ensuite, le prix n’est plus qu’un paramètre secondaire : officiellement, ce Chronomètre contemporain est annoncé autour des 50 000 euros, mais on veut bien parier qu’on doublera, voire plus, cette estimation sous le feu des enchères…

MORITZ GROSSMANN : Une envie de substance et de pertinence…

On trouvera une preuve supplémentaire de toute cette nouvelle « modestie » horlogère dans la dernière création de la manufacture indépendante et saxonne Moritz Grossmann : cette 37 Arabic Black & White – 37 mm pour la taille, ce qui est menu, Arabic pour les chiffres arables, Black & White pour la sobriété chromatique – est l’excellent témoin d’une frugalité stylistique qui court bien au-delà de la Suisse horlogère. Après des années de délires conceptuels et de montres surmusclées façon Schwarzenegger, tout le monde a envie de calmer le jeu et de revenir à une horlogerie existentiellement plus substantielle et plus pertinente, moins obsessionnellement statutaire mais bien plus expressive et porteuse de sens, avec une grande attention portée aux détails de finitions et aux proportions entre les lignes et les volumes. Bref, une horlogerie plus respectueuse de ceux qui l’aiment et sans doute un peu moins soucieuse du « tout-à-l’égo » de ses managers. Qui s’en plaindra ?

BILL’S : La montre qui fait jouer tout le monde…

Heureusement, l’horlogerie suisse sait aussi s’offrir quelques frissons de fantaisie ! Il n’y a pas que le néo-classique pour donner des émotions, comme le démontre la jeune marque indépendante Bill’s, née de la passion horlogère de deux copains de Lausanne qui voulaient prouver que l’horlogerie suisse pouvait être aussi innovante qu’amusante. Le concept Bill’s est d’une simplicité admirable : des boîtiers simplissimes (trois aiguilles, pas plus), des mouvements tout aussi basiques (pas forcément suisses), des bracelets multicolores facilement interchangeables [dont certain en tissu et d’autres en version « slap » – auto-enroulement autour du poignet : démonstration dans la vidéo ci-dessous, qui ne concerne pas les montres Bill’s], des couleurs qui fusent comme dans un feu d’artifice de 14 juillet, des prix on ne peut plus câlins [il sera difficile de dépenser plus de 50 euros pour se faire plaisir] et une distribution on ne peut généreuse puisqu’il suffit quasiment de demander à devenir revendeur de Bill’s pour l’être, qu’on soit vendeur de montres, coiffeuse, marchande de mode ou simple étudiant (principe des ventes « Tupperware » ! Des « montres de vacances » idéales, qu’il n’est pas évident de conserver au poignet tellement tout le monde veut jouer avec – mais pas forcément comme dans la vidéo ci-dessous

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires