En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 28 min 17 sec
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 12 heures 24 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 57 min 57 sec
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 6 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 12 heures 7 min
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 23 heures 40 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 1 jour 6 heures
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Atlantico Green

Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?

Publié le 26 mai 2019
L’investissement au capital des « clean tech » est à l’œuvre depuis plus d’une dizaine d’années notamment aux Etats-Unis. Il est concomitant à la prise de conscience globale du changement climatique.
Céline Burger est géographe-urbaniste, spécialiste des questions de durabilité plus particulièrement en lien avec l’énergie. Chercheure à l’université de Reims Champagne-Ardenne, elle a notamment publié des articles autour de l’articulation entre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Céline Burger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Céline Burger est géographe-urbaniste, spécialiste des questions de durabilité plus particulièrement en lien avec l’énergie. Chercheure à l’université de Reims Champagne-Ardenne, elle a notamment publié des articles autour de l’articulation entre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’investissement au capital des « clean tech » est à l’œuvre depuis plus d’une dizaine d’années notamment aux Etats-Unis. Il est concomitant à la prise de conscience globale du changement climatique.

Atlantico : Avec plus d'1,5 milliard d'euros investis au capital des "clean tech" françaises, leur financement en fonds propres a bondi de plus de 60 % en 2018. Selon vous, qu'est-ce qui explique cette dynamique ? Est-elle durable ? 

Céline Burger : L’investissement au capital des « clean tech » est à l’œuvre depuis plus d’une dizaine d’années notamment aux Etats-Unis. Il est concomitant à la prise de conscience globale du changement climatique. La croissance verte émerge, portée par des acteurs économiques, de la start-up à la grande entreprise, et des acteurs financiers en fonds propres, de la collectivité à la société capital-risque. Les uns comme les autres se disent préoccupés par la question écologique et voient dans le développement d’une économie qui met en jeu l’écologie une opportunité de profit prometteuse ainsi qu’une possibilité de « jouer un rôle » dans le tournant en cours pour une économie plus verte.

Stratégiquement, au-delà du profit, cela leur permet de se garantir une place parmi les acteurs qui comptent dans la gouvernance locale, régionale, voire mondiale, et de s’assurer sur le long terme un pouvoir décisionnaire. A la question est-ce qu’être « écolo » est incompatible avec le fait de considérer les « clean-tech » comme une source de profit, on ne peut assurément pas avoir une réponse tranchée. Cela relève des motivations des acteurs. Celles-ci sont fréquemment affichées comme « écologiques » mais ne peuvent être décorrélées d’une possibilité de profit conséquente.

Pour l’Etat, c’est un levier de mise en œuvre d’une politique d’adaptation au changement climatique portée et soutenue par le secteur privé. Pour atteindre les objectifs fixés d’une société bas-carbone, l’Etat ne peut pas se passer des capacités d’investissement des acteurs financiers pour soutenir la filière des « clean-tech ». C’est un choix géostratégique qui interroge sur le long terme, le rôle de régulateur de l’Etat étant davantage délégué aux acteurs privés, qui prennent une place de plus en plus importante dans la fabrique du territoire. C’est l’illustration du phénomène de néolibéralisation de la société qui a des implications au-delà des aspects économiques. Il influe sur la gouvernance par l’entrée des acteurs économiques et financiers dans le processus de négociation territoriale.

La durabilité de cette dynamique dépend des acteurs qui la portent et des finalités de leurs actions. Un financement en fonds propres porté par une collectivité, dont la finalité est de favoriser le développement économique local, a un gradient de durabilité plus élevé qu’un financement en fonds propres porté par une société à capital-risque, nécessairement animée par une logique de retour sur investissement.

Quelle est la place des entreprises françaises dans le marché mondial des "clean tech" ? Sont-elles suffisamment soutenues par les pouvoirs publics français et européens ?

Il est difficile d’évaluer la place des entreprises françaises dans le marché mondial des « clean tech », dans la mesure où peu d’indicateurs existent. 

Cependant, on observe en France que la COP 21 a eu pour effet le développement d’un discours valorisant des « clean tech », le dernier « rendez-vous annuel de la communauté d’affaires et d’innovation de la filière des cleantech » a eu lieu au ministère de l’économie. Le dernier programme pluriannuel de l’énergie, la stratégie bas-carbone sont des indicateurs du soutien de l’Etat pour le développement d’une économie « décarbonné » où les « clean tech » peuvent trouver leur place. Ce soutien indirect de l’Etat participe nécessairement à l’augmentation en France des investissements au capital des « clean-tech », un message politique fort en faveur de ces entreprises influencent les investisseurs. L’objectif pour l’Etat est de rendre attractif le secteur de la transition écologique et énergétique. Cependant, ce qui semble devoir retenir notre attention n’est pas tant le positionnement dans le marché mondial que le positionnement par rapport au cycle de vie. On observe que les entreprises bénéficiant des investissements les plus massifs dans les « clean tech » en France, notamment Recommerce et backmarket, sont des sociétés de reconditionnement d’appareils électroniques (téléphones, tablettes etc.). Le recyclage des produits s’impose de plus en plus dans nos sociétés tant pour des raisons économiques, qu’éthique. L’initiative de l’Etat d’interdiction de l’obsolescence programmée en est également une illustration. Ces « clean tech » jouent un rôle intéressant dans la transition écologique en matière de recyclage. D’autant que la production des « high-tech » nécessite des ressources en terres rares dont la production est extrêmement polluante car très complexes à extraire. Le développement des « clean tech » peut accompagner les politiques de transition écologique et devenir un pilier industriel, ceci en fonction des choix stratégiques qui seront opérés, tant l’étendue des possibilités de développement est importante et les filières variées.

Comment le marché des "clean tech" devrait-il évoluer dans les années à venir ? Quelles sont les technologies les plus "prometteuses" ? Leur rôle dans la transition écologique est-il surévalué ? 

En France, les secteurs qui captent le plus d’investissements sont le secteur de l’énergie (énergies renouvelables, efficacité énergétique…) et de l’écomobilité (mobilité électrique, douce…). La chimie verte (une partie de la bioéconomie) apparaît également mais avec des investissements beaucoup moins importants. Or, l’Etat, l’Europe ou encore certaines régions, ont défini des stratégies en faveur du développement de la bioéconomie. A travers ces stratégies, il s’agit d’émanciper notre économie du carbone fossile en lui substituant du carbone renouvelable, principalement issu des biomasses.

C’est pourquoi la « clean tech », par le développement des « bio tech » (technologies qui s’émancipent du carbone fossile), pourraient répondre en partie aux objectifs fixés par la mise en politique de la transition écologique. Les technologies de la bioéconomie apparaissent prometteuses, dans la mesure où elles permettent de substituer aux productions basées sur du carbone fossile (gaz, essence, diesel, plastique, …) des productions basées sur du carbone renouvelable (biogaz, biocarburants, bioplastiques…). Leur rôle dans la transition écologique peut être central si elles permettent le développement d’une économie plus verte, plus locale, mieux ancrée sur son territoire en favorisant les circuits courts et donc le développement territorial.

Nombres d’initiatives portées par des acteurs locaux, notamment en matière de méthanisation, illustrent le caractère potentiellement structurant des « biotech ». Le site industriel de PomacleBazancourt, dans la Région Grand Est, en est une illustration. Il joue un rôle structurant dans la stratégie politique de mise en œuvre de la transition écologique, répondant à la fois à des injonctions politiques étatiques et européennes. Localement, le rôle de polarité du site sur la dynamique territoriale et économique est avéré. Pour autant, bénéficiant de nombreux investissements en tant que vitrine de la bioéconomie, le développement de ce type de plateformes laisse-t-il la place à des initiatives de plus petite ampleur mais toute aussi importante pour la mise en œuvre de la transition écologique. Le risque de la mise sous projecteurs des entreprises à capital-risque et aterritoriale n’estil pas une perte de valorisation des activités innovantes de moindre visibilité mais particulièrement structurantes pour la transition de nos territoires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/05/2019 - 11:44
Capital risque politique.
Ces " cleantechs" ne répondent pas à des besoins économiques réels actuels ou anticipés mais à des actions punitives ou incitatives des états en fonction de cette nouvelle doxa idéologique de la " transition écologique " . Si jamais cette doxa et cette furie mediatico- politique cessaient, elles s'effondreraient comme un château de carte comme le communisme en son temps.