En direct
Best of
Best Of
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Atlantico Green
Sauver la planète tout en augmentant la protection sociale : pourquoi le Green New Deal américain est politiquement et économiquement irréalisable
Publié le 17 février 2019
Un Green New Deal, porté par de nombreuses personnalités et organisations issues notamment du secteur économique, ambitionne de combiner révolution écologique et sociale aux Etats-Unis
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un Green New Deal, porté par de nombreuses personnalités et organisations issues notamment du secteur économique, ambitionne de combiner révolution écologique et sociale aux Etats-Unis

Atlantico : Un Green New Deal, porté par de nombreuses personnalités et organisations issues notamment du secteur économique, ambitionne de combiner révolution écologique et sociale aux Etats-Unis. Sur quels points s’axe principalement ce programme ?

Michel Ruimy : Alors que les catastrophes naturelles se multiplient aux Etats-Unis, le Green New Deal (GND) se réfère au rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur les conséquences d’un réchauffement global de 1,5°C, publié en octobre 2018, ainsi qu’à une évaluation du changement climatique, publiée aux États-Unis, en novembre dernier, par un groupe d’experts issus de différentes agences gouvernementales.

En fait, cette transition radicale a été créé par des organisations écologistes, il y a environ une dizaine d’années : il avait fait une percée au Congrès en 2009, sous l’ère Obama, pour finalement s’échouer aux portes du Sénat. Le jeune mouvement Sunrise puis Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), nouvelle égérie démocrate de la Chambre des représentants,lui ont donné une seconde vie.

L’ébauche de ce programme appelle à une mobilisation nationale de dix ans pour accomplir une série d’objectifs. Parmi les plus notables : répondre à la demande d’énergie aux Etats-Unis avec 100% d’énergies propres et renouvelables, le but ultime étant l’abandon total des énergies fossiles. Des mesures concrètes sont proposées comme la fin progressive des subventions aux énergies fossiles ainsi que de leur extraction, l’interdiction de la vente des véhicules thermiques d’ici 2040, la réforme le secteur agricole afin d’en prévenir les émissions de gaz à effet de serre et la pollution, les échanges internationaux de technologies et d’expertises ou encore 100% de renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2035.Pour assurer une transition viable pour les ouvriers des secteurs touchés, une garantie fédérale de trouver un emploi à tous ceux qui le demandent devra être instituée.

Ainsi, derrière le Green New Deal, se trouvent deux idées : la première est la lutte contre le réchauffement climatique et l’autre, la création de millions d’emplois de qualité, bien rémunérés pour des groupes ciblés.

Pour ce qui concerne le financement, plusieurs écoles se confrontent sur le sujet. Certains, comme Bernie Sanders, prônent de passer par des impôts. AOC a, par exemple, proposé de taxer jusqu’à 70% les Américains les plus riches. Des économistes comme Paul Krugman, Peter Diamond et Emmanuel Saez soutiennent une telle mesure. D’autres partisans du GND défendent une approche encore plus radicale : ne pas compenser les fonds dépensés par l’Etat. Pour Greg Carlock, il suffirait au Congrès d’autoriser les dépenses. Il estime que la fiscalité verte est utile pour orienter les marchés dans la bonne direction et « briser la concentration de la richesse dans certaines mains ». Pas besoin de financer de grands investissements fédéraux.

Au-delà de ses ambitions, quelle est la crédibilité économique de ce Green New Deal ? Combiner relance économique et révolution énergétique est-il cohérent ?

Tout d’abord, bien que notre planète ne s’enflammera vraisemblablement pas spontanément d’ici dix ans, les émissions mondiales de dioxyde de carbone devront commencer à diminuer rapidement, de beaucoup, pour éviter que les températures n’augmentent de plus de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux des années 1800.

Le GND n’est pas un plan construit et précis. Il s’agit plutôt de grands objectifs pour accélérer une transition écologique socialement juste. L’inclusion d’une dimension sociale expliquerait son succès récent. Le fait de mettre en avant le problème des inégalités et de présenter des solutions communes à la crise climatique et économique permet au projet d’être largement soutenu d’autant qu’au plan social, le texte apporte son soutien à un système de santé public universel ainsi qu’à la gratuité des universités publiques. Deux sujets centraux des primaires démocrates de 2020.

Sauver la planète et créer des emplois sont des idées nobles. Individuellement, les deux objectifs ont leurs mérites. Mais, en les combinant, le Green New Deal affiche un coût trop élevé et promet de rendre l’atténuation du changement climatique, à la fois, absurde et profondément partisane.

Si ce programme est bénéfique sur le long terme, ceci ne signifie pas, pour autant, qu’il soit politiquement réalisable. Aujourd’hui, il n’a aucune chance de passer l’obstacle du Sénat, actuellement contrôlé par le Parti républicain d’autant qu’à la Maison Blanche, un président climatosceptique vient de placer à la tête de l’Agence de protection de l’environnement, un nouveau directeur avec pour priorité affichée de détricoter les régulations environnementales.

Par ailleurs, Mme Ocasio-Cortez, en dépit de certains soutiens - une soixantaine d’élus de la Chambre et neuf sénateurs - n’a pas une totale adhésion au sein de son parti.Pour réfléchir à un ensemble de mesures concrètes, elle a demandé, à cet égard, la création d’une commission spéciale consacrée au GND. La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, l’a transformée en « Commission spéciale sur la crise climatique » et en a confié la présidence à Kathy Castor, une élue modérée de Floride. Cette dernière a annoncé qu’elle étudierait les idées du GND sans toutefois en faire son unique préoccupation. Ce n’est pas encore gagné !

Il n’en demeure pas moins que le climat devrait être une des questions les plus importantes de la prochaine présidentielle.Mme Ocasio-Cortez préconise toute une série de mesures et de garanties qui engageraient les États-Unis sur la voie d’un éco-socialisme à l’européenne dont les Américains, dans leur grande majorité, n’ont, jusqu’à présent, jamais voulu.Il va falloir attendre les résultats des élections présidentielle et législatives de novembre 2020 pour évaluer si ce programme a un avenir.

Est-ce un concept purement américain ? Peut-on s’en inspirer pour réformer nos propres sociétés ?

Ce projet de Green New Deal américain n’est pas une fin en soi. Il se présente comme l’instrument nécessaire à la transformation de notre modèle de développement. Il propose un modèle de développement centré sur l’être humain, dans toutes ses dimensions - pas seulement matérielles -, compatible avec les limites physiques de notre environnement, socialement juste à la fois dans l’espace - dimension Nord/ Sud - et dans le temps - vis-à-vis des générations futures. Il a le mérite de clarifier les choses et de faire voir l’écologisme pour ce qu’il est : un scientisme politique de planification économique et sociale.

Pour ce qui concerne nos propres Sociétés, le GND pourrait se résumer à une politique d’investissement concernant quatre volets : infrastructures, systèmes de sécurité sociale, innovation et éducation - formation.Dans son esprit, il ne s’agit pas que la puissance publique soit l’unique ou même le principal investisseur. Qu’il s’agisse des infrastructures ou de l’innovation par exemple, l’objectif sera de mobiliser l’investissement privé (ménages, entreprises) qui devra fournir la plus large part de l’effort.Ces quatre piliers doivent toutefois s’appuyer, côté financement, sur la fiscalité et la régulation des marchés. Sans elles, un Green New Deal est tout simplement impossible.

Or, l’état actuel des finances publiques ne nous permet pas d’envisager une action d’une telle envergure. Elle devra attendre que soit passée la cure d’austérité et revoir, de fond en comble, le volet recettes. L’Etat, dont la récente crise financière a rappelé l’importance centrale, doit retrouver les moyens de ses politiques.

Dans ce contexte, le rôle de la fiscalité ne se borne pas à restaurer la viabilité financière des services publics. Il s’agit aussi de rendre financièrement payants les comportements et activités vertueuses (au sens qu’elles s’inscrivent dans une dynamique de développement durable) et de pénaliser celles qui ne le sont pas.

Pour l’instant, remettons de l’ordre dans nos finances publiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 18/02/2019 - 10:55
c'est la finalité
Dépenser l'argent que l'on a pas au profit de quelques groupes dans Le monde, le tout aux frais des contribuables actuels et futurs...les Etatistes soucieux de définir l'horizon du monde, après l'échec du communisme ,sont à la manoeuvre sauf que le communisme était productiviste et, là , les intellectuels sont pour la décroissance./le point commun ?TOUS PAREILS DIRIGES PAR LES SACHANTS VOULANT LA SAUVEGARDE DE NOTRE PLANETE ET CECI PAR TOUS LES MOYENS..
ATTENTION COMMUNISME ET NAZISME RISQUENT BIEN D'AVOIR ETE DES PLAISANTERIES A COTE DES CONSEQUENCES DE CETTE NOUVELLE IDEOLOGIE MORTIFERE