En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 1 heure 3 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 3 heures 21 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 5 heures 42 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 6 heures 12 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 9 heures 14 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 9 heures 32 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 5 heures 20 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 6 heures 1 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 6 heures 45 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 7 heures 50 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 8 heures 59 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 9 heures 58 min
Minute tech

Des milliers de Suédois se font implanter des micro-puces électroniques sous la peau

Publié le 19 novembre 2018
Plus de 4000 suédois se sont fait implanter une puce sous la peau afin d'effectuer des paiements, de prendre les transports ou même d'aller sur les réseaux sociaux.
François Jeanne-Beylot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François JEANNE-BEYLOT est spécialiste de la recherche d'information, l'intelligence économique, la veille et l'influence. Dès 2000, il créé la société Troover qui accompagne toujours aujourd'hui ses clients et France et Europe et en Afrique dans la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de 4000 suédois se sont fait implanter une puce sous la peau afin d'effectuer des paiements, de prendre les transports ou même d'aller sur les réseaux sociaux.

Atlantico : Quelles possibilités pourraient ouvrir de telles puces ? 

François JEANNE-BEYLOT : Tout d’abord, rappelons que le phénomène des puces sous-cutanées n’est pas nouveau. Elles sont autorisées aux USA depuis 2004 daté à laquelle la Food and Drugs Administration (FDA) a approuvé l’implantation sous cutanée de radio-marqueurs à des fins médicales. Au Japon, des écoliers sont "pucés" afin que leurs soient avertis par SMS de leur arrivée à leur école. En France en 2015, le ministère de l’agriculture estimait que 90% des chiens domestiques avaient une puce électronique. Cette même année, une "implant-party" était organisée à la Gaîté lyrique, dans le cadre du festival Futur en Seine à Paris, pour implanter quelques volontaires. En Suède, le phénomène se développe depuis 2016.
Rappelons également qu’il s’agit de puces passives ; C’est-à-dire que pour des raisons de taille, de coût et de risque, elles n'embarquent pas de batterie. Elles sont alors alimentées par les ondes qui lui sont envoyées pour la lire. La lecture se fait par onde radio et la distance de contrôle varie entre quelques centimètres et une dizaine de mètres selon les quatre fréquences autorisées par les normes internationales. Dans le cas suédois, les puces se contrôlent à 2 cm.

Ces puces permettent donc d’enregistrer des données et de les rendre accessibles à des lecteurs compatibles. Elles sont principalement utilisées pour la domotique et les contrôles d’accès. L’homme pucé n’a ainsi plus besoin de badge pour entrer au bureau, tout comme votre chat qui déclenche l’ouverture de sa chatière dès qu’il s’en approche (ce qui est tout aussi efficace avec une puce inséré dans une bague). Si vous entrez vos données médicales sur votre puce, le lecteur compatible pourra y avoir accès, plus besoin de carte Vitale, de carte de rhésus, d’allergies ou de donneur. Si vous entrer vos données d’identités, on peut imaginer un contrôle par simple lecteur. Si les données sont bancaires, vous n’aurez plus besoin de sortir votre carte bancaire, etc. Les usages dépendent donc des informations chargées sur les puces. Et les risques aussi…

Ne faut-il pas s'inquiéter de ce genre de pratique ? Ne pourraient-elles mener à une surveillance accrue de la population? Quid des datas collectées ?

Les risques liés à l’implantation d’une puces sous-cutanée ont été listés dès 2005 dans une ordonnance de la FDA : "réaction tissulaire, déplacement du transpondeur, sécurité des informations compromise, défaillance de la puce, de l’applicateur ou du scanner, perturbations électromagnétiques, risques électriques, incompatibilité avec l’IRM". Les états-uniens se cantonnent presque qu’à des risques médicaux ou pratiques. D’autres risques sont éthiques. Ainsi, en mars 2005, le Groupe Européen d'Éthique des Sciences et des Nouvelles Technologies auprès de la Commission Européenne a adopté un avis sur les aspects éthiques des implants TIC dans le corps humain. Il invite au  débat  public  et  à l’éducation, indispensables selon lui pour garantir la transparence. Il insiste également sur la nécessité d’une règlementation relative aux implants TIC dans le corps humain. En 2013, la CNIL a publié une note intitulée "RFID, Des puces aux usages multiples et aux impacts variés en termes de vie privée". Il estime les usages connus à l’époque (contrôle d’accès et paiement), comme étant "tout à fait disproportionné".

Il est évident que les puces peuvent laisser des traces chaque fois qu’elles sont utilisées ; Qu’il s’agisse de puces sous-cutanées ou celles de nos téléphones ou cartes bancaires ou de fidélités. Plus les données collectées sur les puces sont sensibles, plus le risque lié à leur usage est élevé. Si les citoyens sont pucés avec leur données personnelles (coordonnées, numéro de sécurité sociale, numéro de passeport, etc.) leur contrôle se verra en effet facilité.

Pour mesurer les risques, il nous semble qu’il faut prendre en compte l’évolution possible des technologies, comme l’augmentation de la distance de contrôle, aujourd’hui limitée. Il faut aussi garder à l’esprit l’utilisation mal intentionnée des données. N’oublions pas que des hackers sont aujourd’hui capables de pirater des pacemakers. Il nous semble donc qu’il faut rester conscients que si les évolutions sont rapides, les retours en arrière sont très compliqués. La question est donc d’utiliser des moyens proportionnés à leurs usages. Ainsi se faire greffer une puce dans le simple but de se faciliter la vie pour ouvrir une porte, payer une baguette ou donner son identité nous semble totalement disproportionné et risqué pour l’avenir. Enfin, il convient de se méfier des argumentaires simplistes au nom de la santé  ("connaitre le rhésus, les allergies, etc. d’une personne peut permettre de lui sauver la vie") car ils relèvent des principes de manipulation mentale en jouant sur le pathos et ne servent souvent qu’à faire passer des idées loin de leurs usages : connaitre les informations médicales sur une personne permet aussi, de l’autre coté de l’Atlantique, de savoir s’il est assuré et donc soignable …

Si les puces animales sont courantes chez nos animaux de compagnie, il est connu qu’elles peuvent aussi bien piquer occasionnellement l’homme mais entraînent rarement de gros problèmes aux humains. Alors, que les puces RFID, au moins aussi courantes chez nos amis les bêtes, restent occasionnelles et volontaires chez les humains ; Car les hommes pourraient se causer entre eux des problèmes bien plus graves que des démangeaisons par l’usage des puces !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 19/11/2018 - 21:11
les puces
pouah ! quelle horreur !
je ne veux pas de puces
au fait, le Gorille : les tatouages dits indelebiles ne sont plus indelebiles : on peut payer une fortune pour les enlever. C'est douloureux, c'est cher, c'est sur une periode relativement longue et il ne faut pas s'exposer au soleil. Mais quand on aime plus ....
Le gorille
- 19/11/2018 - 14:34
Le "Grand Frère" sera-t-il pucé ?
Ouh là ! Y aurait-il des volontaires pour être mis en laisse ? Faut croire que oui... Il est vrai que tous nos documents contenus dans notre porte-feuille sont chacun d'eux une laisse spécialisée et quelque part imposée. Mais là, c'est du masochisme ! Ceci dit l'auteur n'a pas cherché une comparaison avec les tatouages.... Il lui sera grandement pardonné, mais pourtant, à y bien réfléchir, quand je pense à tous les masos qui veulent avoir des signes indélébiles, mais surtout distinctifs, sur le visage, les fesses (ou ailleurs), les jambes, les bras, sans oublier les clous, épingles, et autres aiguilles ornées d'une boule... je me dis que c'est du pareil au même ! Dire qu'il y a des championnats du plus bel homme tatoué ou de la plus belle femme tatouée, à quand le concours de l'homme le plus pucé du monde ?