En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 12 heures 15 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 13 heures 11 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 heures 7 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 18 heures 23 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 19 heures 7 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 12 heures 4 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 12 heures 49 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 13 heures 32 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 18 heures 50 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 21 heures 36 min
© Flickr/Jeffpro57
© Flickr/Jeffpro57
Cause commune

Les océans au menu d'une grande conférence de l'Onu : après l'identification des symptômes, reste à trouver comment appliquer des remèdes

Publié le 13 juin 2017
Toute cette semaine, les Nations Unies ont organisé la première grande Conférence Océan. Pendant cinq jours, des scientifiques et des personnalités politiques se sont réunies pour définir des objectifs en matière de protection des océans.
Romain Troublé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2004, Romain Troublé est en charge de la direction opérationnelle des expéditions et est aujourd’hui Directeur Général de la Fondation Tara Expéditions. Il a été régatier professionnel au plus haut niveau avec, notamment, deux participations à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toute cette semaine, les Nations Unies ont organisé la première grande Conférence Océan. Pendant cinq jours, des scientifiques et des personnalités politiques se sont réunies pour définir des objectifs en matière de protection des océans.

Atlantico : Les Nations Unies ont organisé cette semaine une grande conférence Océan. L'objectif annoncé était notamment de discuter des solutions à mettre en oeuvre pour essayer de sauver les océans de la planète. Quelle est la teneur des discussions tenues à l'occasion de cette conférence ? Que peut-elle régler ? A défaut de réussite, cette conférence représente-t-elle un pas dans la bonne direction ?

Romain Troublé :  C’est la première fois que tous les pays de la planète se rassemblent pour parler des océans dans leur ensemble, c’est à dire en ne se focalisant pas uniquement sur des points précis comme la pêche, les transports maritimes ou les droits de la mer mais de tout l’océan et sa santé dans son ensemble. Cette conférence avait pour objectif de nous faire comprendre que c’est nous tous qui sommes concernés dans le cadre des Objectifs du Développement Durable. L’objectif est d’améliorer la situation de l’humanité dans tous les secteurs de la société. A New York, l’accent a été mis sur tous les problèmes marins identifiés comme étant les plus urgents dont la surpêche entre autres choses.

On ne pourra pas faire l’économie de partenariats publics-privés, de partenariats scientifiques, politiques y compris avec la société civile pour parvenir à des solutions. Ce n’est pas du côté de la finance ou de la politique seule que les solutions viendront. Ce sera plutôt grâce à un travail en commun, en partenariat, que l’on aura le plus de chance de trouver des solutions. 

De nombreux chantiers sont à traiter comme les pollutions plastiques qui sont un problème  actuel et majeur. On peut faire beaucoup de choses concrètes et rapidement grâce au secteur économique et à la société civile. Des lois peuvent être votées comme on l’observe dans plusieurs pays déjà. La pollution est un premier problème identifié mais il y en a d’autres qui sont liés. Un constat alarmant a été dressé sur l’acidification des océans par exemple, qui va plus vite que ce qui a été prédit scientifiquement. Pour régler ce problème, de grandes coalitions internationales sur l’acidification  des océans ont été créées il y a peu de temps pour étudier l’impact de ce phénomène et le combattre enfin dans un second temps. Beaucoup des problèmes que l’on rencontre dans l’océan sont liés au climat. L’accord de Paris reste très important et doit être encore renforcé. 

Cette conférence océan représente un pas dans la bonne direction dans la mesure où toute la communauté  « Océan » était présente ici à New York. Le fait qu’ils se soient réunis est un premier pas très important. Il s’agissait donc d’un débat global qui se devait d’être « inclusive ». Comprenez par-là que toutes les thématiques discutées sont liées, que ce soit l’océan, le climat, l’activité économique, l’économie circulaire. On ne résoudra pas l’un des problèmes sans les autres. Cette conférence va dans cette direction. 

La COP 21 est un bon exemple d’engagement des parties, mais ce n’est pas encore un accord contraignant qui exige des Etats de faire des choses précises, d’atteindre des objectifs fermes et rigoureux. C’est une forme de partenariat encourageant les partenaires à travailler ensemble. Ceux qui ne veulent pas avancer sont identifiés et mis en minorité. La question de la pêche non durable qui détruit l’écosystème a été mise sur la table.

Les deux périls mis en avant par l'organisation des Nations Unies sont la surpêche et la pollution. Selon un communiqué, 30% des stocks de poisson sont sur exploité et 50% sont complètement sur exploités. A deux problèmes concrets, quelles solutions pragmatiques peuvent être adoptées dans un avenir à plus ou moins court terme ? 

On sait pourquoi les réserves de poissons sont surexploitées. On sait également où cela se passe. Il s’agit dans la plupart des cas de pêches illégales et non rapportées. Il faut les combattre en prenant des mesures sur l’Etat du port en contrôlant les navires, en effectuant des contrôles en mer et également dans l’espace maritime mondial. Aujourd’hui, il y a aussi des problèmes de corruption qui minent cette lutte. Les questions de protections de l’océan sont plus larges que l’océan en lui-même. Il y a beaucoup de problèmes annexes qui concernent les océans. Cela touche les systèmes étatiques, les systèmes économiques. Des engagements ont été pris par les armateurs de la pêche thonière notamment pour réduire la pêche illicite. Les thoniers Japonais sont bien connus, mais les Chinois et les Coréens sont tout aussi actifs dans cette pêche. On observe des moratoires en Chine et ailleurs mais ils ne vont pas empêcher ces pêcheurs d’aller ailleurs, hors de leurs mers. 

J’ai la conviction que les outils de surveillance vont s’étendre et permettre de contrôler et demander des comptes aux pêcheurs ne respectant pas le bon sens des règles du jeu.

Quelles sont les chances que cette conférence aboutissent sachant que chaque pays exploite individuellement les ressources marines, pêche et hydrocarbure selon des besoins propres ? 

La première étape qui a été accomplie ici est de comprendre les symptômes. La recherche est là pour comprendre comment fonctionne l’océan afin de savoir où appliquer des remèdes. Aujourd’hui, nous en sommes là. Si vous vous intéressez à la régularisation des plateformes d’hydrocarbures offshore, ce sont les accords de Paris qu’il faudra convoquer. Si vous vous intéressez aux travailleurs de la mer, c’est l’Organisation Mondiale du Travail qui intervient, si vous vous intéressez aux subventions publiques de la pêche non durable, c’est à l’Organisation Mondiale du Commerce qu’il vous faudra convaincre . 

Ce qui ressort de cette Conférence, c’est que les problèmes de l’océan doivent être réglés dans tous les compartiments de la société. Ce ne sont pas que les gens issus du monde de la mer ou de la pêche qui doivent être mobilisés mais tous la Société. La Communauté Internationale a pris ces enjeux en considération durant toute cette semaine à New York. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires