En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 25 min 21 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 15 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 53 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 19 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 33 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 51 min 28 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 39 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 45 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 48 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 22 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Green

Et si les abeilles n’étaient pas en voie de disparition ?

Publié le 06 décembre 2016
De récentes recherches remettent en cause l'état de nos connaissances actuelles sur les abeilles, et tout particulièrement sur leurs mouvements migratoires.
François Lasserre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectes, édité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De récentes recherches remettent en cause l'état de nos connaissances actuelles sur les abeilles, et tout particulièrement sur leurs mouvements migratoires.

Atlantico : Une équipe de chercheurs internationale a récemment publié une étude sur les difficultés qu'il y a à comprendre le phénomène de disparition des abeilles. Qu'est-ce que cette étude, parue dans Science et Nature, pourrait-elle remettre en question ? Quels enseignements pourrait-on en tirer ? 

François Lasserre : Le premier enseignement à tirer est que nous avons du mal à différencier les abeilles domestiques élevées par des apiculteurs pour faire du miel, qui pollinisent une partie seulement des fleurs, et les autres pollinisateurs, dont les abeilles sauvages qui ne suscitent pas l’attention car elle ne sont pas productrices de miel. Il y a trop souvent une confusion entre les types d’abeilles. Celles qui produisent du miel ne représentent que quelques espèces sur 20 000. En France, sur environ 1 000 espèces, une seule est élevée pour la production de miel. Le retour à la réalité des abeilles, s’il nous vient d’apiculteurs qui ont un intérêt économique et qui ne sont pas des scientifiques, diffère de celui des naturalistes qui peuvent voir les espèces dans leur ensemble. Le point de vue d’un spécialiste qui étudie les différentes abeilles de celui qui voit au quotidien ses ruches diverge : parfois les apiculteurs n’ont pas assez de recul pour procéder à un diagnostic juste. Il faut que le ressenti des apiculteurs soit vérifié de façon scientifique. Les apiculteurs sont, d’une certaine manière, des agriculteurs; leur activité a un but commercial ou récréatif. Peu de personnes connaissent réellement les insectes: cela entretient donc une confusion sur la réalité de la vie des espèces.

Depuis toujours, la cause de la disparition des abeilles est multifactorielle; il nous a toujours été très compliqué d’en identifier une seule. Le milieu fait beaucoup de bruit à propos des abeilles domestiques: entre les apiculteurs qui ont même des syndicats, les chercheurs et les consommateurs, les lumières sont réservées à cette espèce.

Par ailleurs, les apiculteurs ne remettent jamais en question leur pratique qui, d’une certaine façon, exploite les abeilles: ils les transportent, font venir des acariens, fragilisent l’espèce, etc. L’apiculteur voit les abeilles avec un point de vue très partial et intéressé. L’Homme exploite les abeilles depuis des millénaires et se retrouve avec les mêmes problèmes que les autres éleveurs: les abeilles sont entretenues par les humains, l’espèce est au fur et à mesure du temps affaiblie.

Les terres sont, d’une certaine façon, trop entretenues par l’Homme. Le manque de diversité dans la nature, et donc dans la nourriture, a un impact sur les espèces.

 

Comment les chercheurs en question en sont-ils arrivés à cette conclusion ?

Il y a une forme de confusion chez ces chercheurs. Nous avons du mal à sortir de l'anthropomorphisme. Nous avons un rapport charnel avec l’abeille domestique et sa ruche. Nous aimons tous le miel ce qui explique que nous ayons tendance à être subjectifs sur la question.

Nous manquons également beaucoup de spécialistes, d'entomologistes, qui étudient les espèces et pas que les abeilles domestiques dans les ruches. Très peu de naturalistes travaillent sur les insectes et leur disparition. Nous savons que les espèces ont besoin de diversité: si leur milieu est trop entretenu par l’Homme, alors elles vont rencontrer des problèmes pour survivre.

A la lecture de ces résultats, les différentes politiques mises en place pour lutter contre cette extinction présumée vous semblent-elles efficaces, ou faudrait-il procéder à des réajustements ?

En tant que vice président de l’Opie (l’Office pour les insectes et leur environnement), notre organisme a lancé, en partenariat avec le ministère de l’Environnement, un plan national d’action pour la sauvegarde de tous les pollinisateurs qui s’appelle “France terre d’abeille”. Nous avons listé les plus de 9 772 espèces de pollinisateurs en France. Notre plan se consacre à la sauvegarde de ces différentes espèces.

Pour préserver toutes ces espèces, les humains doivent apprendre à laisser la nature un peu tranquille, partout où ils le peuvent. Lorsque nous construisons en détruisant une partie de l'écosystème, nous créons des compensations; or ces compensations n'en sont pas vraiment. Il faut, avant de construire, étudier les différentes espèces présentes pour réussir à leur offrir un habitat et une alimentation inchangés. Aujourd’hui, nous faisons le contraire. Il faut que nous apprenions à inverser cette tendance; nous sommes tous concernés par ce sujet.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 05/12/2016 - 08:13
Intéressant et relativement convaicant
Beaucoup de vrai dans l'article. La soi-disant disparition des fruits et légumes suite à une hypothétique disparition de l'abeille domestique est une fable sans fondement scientifique. Par contre il est exagéré de dire que les apiculteurs ne remettent pas en cause leurs pratiques. Beaucoup seraient en accord avec la plupart de l'article. Maintenant, au quotidien, ils sont sous la pression économique, comme n'importe quel éleveur, et ne dégagent ni le temps ni les marges pour faire de la R&D. Cependant, ils sont passionnés et ont une certaine soif de connaissance, mais ils manquent de science. Tout ce qu'ils ont à se mettre sous la dent, soit sort de che Monsanto, soit n'est pas directement applicable à leur problème.