En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 12 heures 15 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 13 heures 10 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 heures 7 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 18 heures 23 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 19 heures 7 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 19 heures 43 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 12 heures 4 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 12 heures 49 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 13 heures 32 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 18 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 21 heures 36 min
© Artsper - Chris Morin-Eitner
© Artsper - Chris Morin-Eitner
Atlantico Green

Pourquoi les 25 entreprises françaises ayant le plus d'impact sur l'environnement sont à la fois le problème et la solution

Publié le 24 avril 2016
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.
Myriam Maestroni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En à peine 10 ans, les entreprises françaises se sont mises au pas du développement durable alors que dans le même temps, business et écologie étaient mis en opposition. Or, depuis notamment la COP21, nombreux sont les acteurs économiques à pouvoir imaginer une croissance durable qui offre aux entreprises de nouveaux marchés à conquérir.

Atlantico: Dans la dernière tribune à WWF, Pascal Canfin, directeur de l'institution, pointe du doigt les 25 entreprises françaises qui impactent le plus les écosystèmes mondiaux. Quel est le point commun entre ces entreprises?

Myriam Maestroni: Les sociétés auxquelles Pascal Canfin fait référence se trouvent dans tous les secteurs. On y voit des entreprises de l'agroalimentaire, de la construction, de la cosmétique et on pourrait continuer la liste encore longtemps. Mais leur particularité est qu’elles ont toutes une histoire. Il en va ainsi de L'Oréal qui vient de fêter ses 100 ans ou bien de Sodexo qui vient de fêter ses 50 ans. Ces grandes maisons françaises se sont développées sans avoir connaissance de la matière, des enjeux qui pouvaient avoir un impact sur leurs activités, dont nous disposons aujourd'hui après la COP 21.  Rappelons-nous qu'en France, le développement durable est une notion récente. Les lois NRE qui ont obligé pour la première fois les entreprises cotées à publier un rapport sur le développement durable date de 2001. Seulement maintenant, on commence à imposer cette démarche à des sociétés de moyenne et de plus petite taille. Finalement, il a fallu 10 ans, et c’est très peu, pour passer de l'apprentissage de ce que pouvait vouloir dire le développement durable à cette notion de RSA  (Responsabilité sociétale de l'entreprise). Les entreprises s'engagent donc dans une démarche qui va bien au-delà de la notion économique de l'entreprise. Elles deviennent partie prenante de la solution écologique et sociétale.

 

Pascal Canfin souligne le fait que ce sont ces mêmes entreprises qui font partie de la solution écologique. Comment peut-on concilier industrie et écologie ?

On a beaucoup opposé ces dix dernières années, d'un côté, le développement durable et l'écologie et, d'un autre côté, le business et l'économie. Je pense que la COP 21 a marqué un point final à cette opposition absurde. On s'accorde tous aujourd'hui à dire qu'il y a une troisième voie possible : pouvoir imaginer de la croissance durable. Tout cela est devenu possible sous l'effet de quatre forces combinées.

 

La première de ces forces, ce sont les consommateurs qui sont devenus partie prenante de la question écologique. Après Al-Gore en 2005, il y a eu une véritable prise de conscience générale, quelque soit notre niveau, notre métier, notre âge, sur le problème du réchauffement climatique. Cela nous confère un rôle de "consom'acteur". La deuxième force, ce sont les réglementations issues du traité de Kyoto. Depuis, l'ensemble des acteurs économiques sont obligés de faire des bilans carbone, de réduire leur empreinte environnementale, de réduire la consommation énergétique, d'utiliser plus d'énergies renouvelables. Vient ensuite la réglementation qui a obligé les entreprises à s'intéresser au développement durable et à être, surtout, active en terme de responsabilité sociétale.Enfin, la quatrième force qu'il ne faut pas oublier, c'est le fait que, depuis la crise économico-financière de 2008, une division s'est opérée entre les économies d'équipement et les économies de renouvellement. Par exemple, on achète moins "trois pizzas pour le prix d'une" pour préférer acheter une "pizza bio" ou "préparée avec des produits locaux". Nous voyons se développer l'économie de la rénovation, de l'optimisation, en bref, l'économie de l'économie.

 

Je crois que ces économies vont de plus en plus se fonder sur la mobilisation de l'investissement privé : on investit dans sa maison, dans sa santé, dans sa façon de vivre, et donc on va voir émerger une troisième vague de croissance. Après la croissance soutenue par les investissements publics et la croissance liée à une consommation débridée, on arrive à la croissance de l'investissement privé. Voilà pourquoi les entreprises font partie du problème et de la solution : en s'adaptant à cette nouvelle situation, elles vont trouver des marchés, ce qui est financièrement intéressant pour elles. Citons l’exemple de l'amélioration du logement, que je connais bien : nous avons 200 millions de logements en Europe qui consomment 6 à 9 fois plus d'énergie qu'un logement construit en respectant  les réglementations thermiques de logements applicables pour construire un logement neuf. Certes, cela veut dire que l’on émet autant de CO2. D'un autre côté, cela signifie aussi qu’il reste un énorme marché dans l’amélioration du logement qui va créer des compétences, des emplois locaux non-délocalisables, ainsi que de l'innovation puisqu'on va avoir besoin de nouveaux matériaux etc...

 

Le label vert des grandes entreprises industrielles résulte-t-il d'une réelle démarche écologique ou d'un bon coup de com' pour s'acheter la paix sociale?

Je crois qu'il y a eu effectivement une vague, au début du développement durable, où l’on s'est donné bonne conscience et où les sociétés voulaient surtout s'acheter une paix sociale. Il y a certainement des entreprises aujourd'hui où cela se produit encore.  Mais ce qui me paraît plus important, c'est cette compréhension qu'il y a, dans ce défi environnemental, un nouveau marché. Et qui dit nouveau marché dit emploi et profits à faire. Les entreprises y trouvent une motivation. Si on leur parle seulement de risque environnemental et d'empreinte carbone, je ne suis pas sûre que cela fonctionne. Tandis qu'en ventant les mérites d'un nouveau marché profitable, qui respecte la planète, cela change la donne. C'est gagnant-gagnant. Dans cette perspective, il faut souligner qu'il y eu, l'année dernière, le premier Business Climate Submit à Paris où l’on a vu que beaucoup d'entreprises prennent en compte ce nouveau paradigme éco-climatique. J'ai, par exemple, rencontré un designer de Levi's qui connaissait parfaitement l'empreinte carbone de son jean 501. Retenons, pour finir, cette nouvelle pleine d'espoir, que protéger l'environnement peut donner lieu à de la croissance durable et profitable.

 

 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/04/2016 - 11:28
Grandes entreprises et environnement
Voilà beaucoup de mots pour constater une évidence, càd ne rien dire.