En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 min 57 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 38 min 20 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 32 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 46 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 40 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 min 44 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 42 min 20 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 53 min
Revue de presse des hebdos

A chacun sa France : les hebdos à la recherche du roman national ; Alain Juppé admiré par Claude Chirac ; les familles recomposées face à Noël

Publié le 24 décembre 2015
Comme pour chaque petite entreprise qui fait le point en fin d’exercice, la France – elle aussi - se pose des questions, entre bilan et perspectives. Toute tordue, mais néanmoins en équilibre entre 2015 et 2016, elle regarde en arrière. Elle regarde en avant. Elle affirme son identité, ses valeurs, ses symboles, sa fierté, son insolence. Entre bilan 2015 et perspectives 2016, la presse hebdomadaire se répartit les tâches. Petit tour d’horizon…
Sandra Freeman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandra Freeman est journaliste et productrice. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme pour chaque petite entreprise qui fait le point en fin d’exercice, la France – elle aussi - se pose des questions, entre bilan et perspectives. Toute tordue, mais néanmoins en équilibre entre 2015 et 2016, elle regarde en arrière. Elle regarde en avant. Elle affirme son identité, ses valeurs, ses symboles, sa fierté, son insolence. Entre bilan 2015 et perspectives 2016, la presse hebdomadaire se répartit les tâches. Petit tour d’horizon…

Joyeux Noël (sous état d’urgence), et « meilleure année » !

Avant les mots et les analyses, quelques images pour commencer. Dans « L’Express », Plantu dessine un jazzman niché sur le toit du Bataclan. Il joue pour les âmes qui planent au-dessus de la salle de spectacle endeuillée en 2015 et ne souhaite pas une « Bonne année 2016 ». Il souhaite, ce qu’on peut souhaiter aujourd’hui : une "meilleure année 2016" !

De son côté, « Charlie Hebdo » propose en couverture l’image de la bûche de Noel, dessinée par Riss, sur fond rouge. Trois petits lutins : un bleu, un jaune, un vert. L’un a une hache, l'autre un pistolet et le troisième attend de se faire décapiter. C’est l’image de Noël choisie par « Charlie ». Une autre aurait pu être celle proposée par Coco, en quatrième de couverture, d’un « Noël sous l'état d'urgence » avec le traîneau du Père Noël coursé par un traîneau de la police : « vos papiers ! »

Camélia Jordana en Marianne aux seins nus, sous l’objectif de Yann Rabanier

Sans doute, l’image la plus forte de la semaine dans la presse hebdomadaire, restera celle proposée en Une de « L’Obs » : la chanteuse Camélia Jordana en Marianne aux seins nus. Devant l'objectif d’un photographe, Yann Rabanier, elle se hisse, bonnet phrygien couvrant sa chevelure et colombe au poing. Après avoir ému le monde entier en interprétant « Quand on a que l’amour » lors des cérémonies aux victimes du 13 novembre, avec Yaël Naim et Nolwenn Leroy, elle affirme ici son engagement symbolique. 

Marianne, sous la plume de Laurent Binet

Parce que Marianne, « c'est un symbole » écrit l’auteur Laurent Binet dans les pages de ce journal. 

« Marianne incarne la liberté, c'est-à-dire le contraire de l'état d'urgence. 

Marianne incarne l’égalité, c'est-à-dire le contraire du pacte de responsabilité. Marianne incarne la fraternité, c'est-à-dire le contraire de Calais. 

Marianne n’incarne pas la sécurité mais l'insoumission ; 

Elle ne brandit pas de croix, parce qu'elle n'attend rien de Dieu ; elle ne croit pas que la Terre ne ment pas, parce qu'elle ne possède pas de terre ».

Laurent Binet marque par ailleurs la différence avec notre Bleu-Blanc-Rouge réinvestit depuis les attentats : « Le drapeau français c'est du signe. Il obéit à l'arbitraire du signe, c'est-à-dire qu'à la base, avant le code couleur qui associe Paris et la royauté, le bleu-blanc-rouge ne veut rien dire en soi, si bien que n'importe qui peut lui faire dire à peu près n'importe quoi (…).

Marianne c'est différent ! C’est un symbole, un signifiant qui représente quelque chose. Elle est une femme coiffée d'un bonnet phrygien. Personne ne peut ignorer la signification de ce bonnet : l'identité nationale de la France, si une telle chose existe, c'est la révolution ». 

L’écrivain insiste : « un jour, les dominés ont renversé les dominants au nom d'un idéal des Lumières, et de ce geste fou, est né la République Française. Voilà ce que Marianne rappelle avec son bonnet » conclut-il avant de tacler un Alain Finkielkraut qui « comme d'habitude n’a rien compris » quand il affirme que « la République, c'est se tenir droit ». Pour Binet, la vérité est toute autre : « l'allégorie de la République française (…) c'est le tableau de Delacroix, « La Liberté guidant le peuple », dépoitraillée, sur les barricades ». 

Et c’est de cette posture du tableau que s’inspire la tenue de Camélia Jordana en Marianne.

Fierté  du Roman National : « La grande épopée du peuple français ! » 

« L'Express » propose de son côté un autre tableau que celui de Delacroix pour évoquer la France qui se bat : celui  de Jean Victor Schnetz, « Combat devant l'hôtel de ville le 28 juillet 1830 ». Cette image là porte l’action héroïque d’un jeune polytechnicien en uniforme escaladant les pavés de la barricade sur fond de drapeau français. 

Dans ce numéro double de fin d’année, le magazine ne dresse pas qu’un bilan récent de l’Histoire française mais choisit de remonter en -52 et Alésia, la mère des défaites pour courir jusqu'à 2015 lorsque le monde entier a chanté  « La Marseillaise », ce 13 novembre, « L’Express » retrace donc au travers de « récits » et de « tempêtes », des moments forts de notre Histoire, entre Versailles, les Lumières, La Commune, l’Affaire Dreyfus, la guerre d'Algérie, Mai 68, la victoire de 1998 au football… etc.

Vincent Duclert : « c’est le patrimoine démocratique et civique qui constituent la fierté du peuple français »

« Face a une actualité anxiogène, source de multiples tensions, la tentation est forte de se réfugier dans le culte des grands Hommes, de percevoir le présent comme une agression et d'envisager l'avenir avec la peur de perdre l'héritage sur lequel repose la cohésion de la société ». Pour mieux saisir cette « grande épopée du peuple français », l’hebdomadaire publie un entretien avec l’historien Vincent Duclert qui « qui croit à la valeur dynamique de l'Histoire ». Selon lui « le récit national permet de surmonter les ruptures. »

Il l’affirme : « La France a besoin de l'histoire pour exister au temps présent, pour rapprocher éviter la rupture de tous les éléments qui la composent ».

Et pour qu’il n’y ait vraiment pas d’ambiguïté sur sa posture engagée, voici une dernière citation de lui : « L’unité se fait sur des valeurs. Dorénavant, c’est le patrimoine démocratique et civique qui constituent la fierté du peuple français ».

« Bonne année, mon cul »… « Rire. Se moquer. Provoquer. C'est ça la France. »

« Marianne », le magazine propose pour son numéro des fêtes, une « réponse à ceux qui veulent tuer notre liberté. 100 pages d'insolence ». Ils l’affirment : « Rire. Se moquer. Provoquer. C'est ça la France. »

Le magazine propose ainsi un hommage à Tignous, assassiné en janvier dernier  lors de la tuerie de « Charlie hebdo », qui avait collaboré pendant 17 ans au magazine « Marianne ». Mais l’insolence et le rire sont ici abordés au travers de différentes œuvres d'artistes, de monuments qui ont fait Paris, de cette ville provocatrice, de publicités provocantes, de textes qui ont tant choqué… « Marianne » montre que la France c'est cette insolence et cette apparente irrévérence. On y trouve Molière, Diderot, Aragon, Bukowski… mais pour l’exemple (et le plaisir), je m'arrêterai sur ces bribes de textes de Pierre Desproges ici réédités et datant de 1986 sur France Inter : « Bonne année, mon cul » qui fut la première chronique de Desproges. Ou celle là : « Mais chers amis, c'est avant tout en tant que président de l'association des non-handicapés de France que je m'adresse à vous ce soir. C'est vers vous les non vieux, les non jeunes, les  non chômeurs, les non femmes, les non affamés, les non immigrés, les non homosexuels, les non infirmes, les non mongoliens, c'est vers vous que vous ce soir que vont toutes mes pensées. »

« Society » : le bilan d’« une année de merde » !

Les pensées du « Society hors série », elles, se tournent vers 2015, et l’heure du bilan. Des mots ressortent en couverture : « Charlie », « migrants », « 13 novembre », « nucléaire », « FN », « Taubira », « on est pas couché », « Zyed et Bouna, 10 ans après », « Bolloré », ou « taxi VS Uber »… 

Ils écrivent : « nous nous sommes interrogés : devions-nous retracer cette année 2015 ? Et puis nous avons actée pour le oui. Parce que cette année 2015 ne pouvait être seulement l’otage des terroristes et de la montée de l'obscurantisme. Parce qu'il s'est passé beaucoup d'autres choses en France en 2015, que ce numéro, d'ailleurs, ne suffit évidemment pas pour condenser. Loin de là. Parce que ne résument pas aussi facilement 52 semaines d'aventures humaines, économiques, politiques, culturelles, sportives. Même quand il s'agit une année de merde ». 

Perspectives nouvelle année : ceux qui « vont faire 2016 »

Et pour accompagner cette photographie marquante, « L’Obs » propose, dans son numéro double, de mettre à l’honneur avec intelligence, malice, et humour ceux qui « vont faire 2016 ! ». Parmi eux, il y a Hillary Clinton, Ibrahim Maalouf, Michel Onfray, Roger Federer, ou les frères Coen… mais je vous laisse le soin de les lire propose deux papiers choisis :

Donald Trump commenté par Frédéric Lefebvre

Le député français, Frédéric Lefebvre, signe dans « L’Obs »: un papier sous forme de dialogue imaginaire entre Ronald Reagan et JFK. Les deux hommes discutant sur le cas Donald Trump, ça donne des choses comme ça !

RR : « « Make America Great again ! » Quel talent ! Une intuition sans pareil. Un uppercut contre les Mexicains, un direct du droit contre les musulmans. Sur le ring, il a déjà mis chaos le frère de George Bush, et l'autre fils de Bush »

Ou encore: « Le seul hic c'est qu'il va finir par mettre à terre tout le monde ». 

Réponse du JFK  imaginaire : « un éléphant sauvage républicain dans un magasin de porcelaine. Il va finir par servir sur un plateau la présidence aux démocrates et leur offrir un troisième mandat. Hillary va pouvoir lui ériger une statue à Lafayette Square… »  Ou enfin « A-t-il d'autres choix que la surenchère ? Quoi qu'il dise, il suscite l'adhésion des sans-grades. C'est un phénomène qui nous dépasse et qui le dépasse lui aussi. L'homme appartient désormais aux sans-voix ».

Alain Juppé admiré par Claude Chirac

Pour être clair, la fille de Jacques adresse ici, sans ambiguïté, sa lettre de soutien à Alain Juppé : « Le premier mot qui vient à l'esprit pour évoquer Alain Juppé est « élégance ». Ce qu’on découvre aussi au fil du temps, c'est qu'il est un homme authentique. Il est le pur produit de l'école de la république. Quand il en parle, c’est avec émotion, pudeur et sensibilité (…) 

Expérience, vision, autorité, courage, détermination et peut-être, plus que tout, forme suprême de désintéressement. Même si la vie politique est souvent affaire d’ambition, ce n'est plus pour lui-même qu'il se bat, c'est simplement pour son pays ».

Identité familiale : « ma famille recomposée va craquer ».

Mais, en ces fêtes de fin d'année, « L’Obs », propose un sujet consacré à la vie privée, encore un peu tabou, mais pourtant de plus en plus vrai : « ma famille recomposée va craquer ». 

La question est la suivante : Comment vit-on ensemble à l'heure des foyers recomposés ». Le magazine recadre en chiffre d’abord « il y a déjà 720 000 familles de ce type en France. Un enfant sur 10 vit sous un toit « meltingpot », « soit avec un parent est un beaux-parents, soit avec ses deux parents mais aussi des demi-frères et sœurs d'une union précédente. Dans cette affaire, les seuls à se choisir sont les deux amoureux. Les autres ? Ils vont devoir apprendre à se connaître, dans le meilleur des cas, se détester ou juste faire avec jusqu'à une nouvelle rupture, un nouveau départ ». « L’Obs »interroge Irène Thery, sociologue. C’est elle qui a inventé le terme de famille recomposée. » Elle raconte : « le français n'avait pas de mot pour le nommer. Le fait que l'anglais dispose, lui, d’un terme spécifique « stepfamily " avait grandement facilité la prise de conscience aux États-Unis. Comment le traduire ? Certains proposaient « famille reconstituée » mais c'était la logique ancienne, celle du temps où la belle-mère devait devenir la nouvelle mère des enfants. Avec l'explosion du divorce, une nouvelle logique a émergé : il s'agissait non plus de reconstituer le triangle initiale père-mère-enfants, mais au contraire de conserver les deux parents et de leur ajouter une nouvelle donne familiale, en partie inédite. J'ai d'abord pensé à « famille composée ». Puis j'ai ajouté « re » en référence au « remariage ». Puis, c’est devenu un nouveau mot de la langue française et j'en suis très heureuse ».

Irène Thery apporte son point de vue sur la famille recomposée aujourd’hui : « L'enfant a besoin de pouvoir se raconter à lui-même sa propre Histoire. Il est grave d'effacer une partie de sa vie ! Il faut être dans l'idée de l’ajout plutôt que dans celle de l'alternative et de la rivalité. Il faut respecter le lien électif : si un enfant aime beaucoup sa belle-mère et que son père ça pourrait être maintenu. Tout cela est complexe, mais c'est la contrepartie de la nouvelle conception de la vie familiale. »

Identité humaine : « Les animaux peuvent-t-ils croire en l'Homme ? »

« Télérama » propose aussi un Numéro double qui couvre les deux prochaines semaines de programme radio et télé. Mais pas seulement. Le magazine nous pose face à nos responsabilité d’hommes et affichant en couverture un félin nous regardant yeux dans les yeux. La question : « Les animaux peuvent-t-ils croire en l'Homme ? »

« Télérama » tente de nous faire réagir. « Jamais l'Homme, qui sait pourtant d’où il vient depuis Darwin, n’a autant anéanti les animaux sauvages et maltraité les animaux d'élevage (…) Et si on choisissait la résistance active ? » propose le magazine qui s’appuie sur  « la 6è extinction », le livre choc Élisabeth Kolbert sur la disparition des espèces, mais aussi sur mes travaux du photographe Vincent Munier qui consacre sa vie aux ours blancs, aux loups, et aux bœuf musqués ; ou encore sur le prochain film fe Jacques Perrin qui « livre en janvier prochain sa dernière ode à la vie sauvage »

Quelques phrases plus ou moins bestiales glanées dans ce numéro spécial : 

Le chien : « ce que je reproche fondamentalement au chien, c'est d'aboyer. L'aboiement est la honte du règne animal ». Deleuze.

Le buffle : « J'étais devant lui, l'animal me regarder, les larmes couler de mes yeux, c'était ses larmes. oh ! Mon pauvre buffle, mon pauvre frère bien-aimé, nous sommes là tous deux aussi impuissant, aussi hébété l'encule l'autre, et notre père, notre impuissance, notre nostalgie font de nous un seul être ! » Rosa Luxembourg 

La vache : « Les vaches qu'on aime, on les mange quand même. Ah oui vraiment, l'amour, c'est tout un système ». Alain Souchon.

Le chat : « C'est l'esprit de famille du lieu. Il juge, il préside, il inspire toute chose dans son empire ; peut-être est-il une fée, est-il un dieu ? ». Beaudelaire.

Et pour boucler la boucle, l'Homme : « Les êtres humains sont les seuls animaux dont j'ai réellement peur ». George Bernard Shaw. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 29/12/2015 - 06:32
On lit des choses intéressantes dans cet article
Rosa Luxembourg qui se retrouve devant un buffle (?) et qui dit "aussi hébété l'encule l'autre". Peut-être était-ce "aussi hébété l'un que l'autre", non ? Et ça se termine par « Les êtres humains sont les seuls animaux dont j'ai réellement peur ». Parmi les animaux en question, il faudrait compter double l'auteur de l'article.
Orchidee31
- 25/12/2015 - 18:16
Dégradante la couverture de l'obs
Ça fait vraiment "France offerte à tout le monde" - elle représente "son engagement symbolique" quel engagement ? Depuis quand des seins à l'air représentent un engagement ? De plus en plus du grand n'importe quoi - pas de quoi être fière la donzelle -
vangog
- 25/12/2015 - 13:31
Le patriotisme a le vent en poupe...
Même les journaux gauchistes sont forcés de le reconnaître, à contre-coeur...frustrant, ça, non?