En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 8 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 9 heures 18 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 10 heures 2 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 5 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 8 heures 30 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 9 heures 19 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 9 heures 48 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

"Etat d’urgence", ou comment François Hollande a réussi une magistrale manœuvre rhétorico-politique qui laisse l’opposition (presque) sans voix

Publié le 23 novembre 2015
Faute d’être mémorable, le discours du président de la République au Congrès lundi 16 novembre dernier a été d'une redoutable efficacité politique. François Hollande a effet su capitaliser sur ses atouts initiaux.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faute d’être mémorable, le discours du président de la République au Congrès lundi 16 novembre dernier a été d'une redoutable efficacité politique. François Hollande a effet su capitaliser sur ses atouts initiaux.

Sans doute l’adresse de François Hollande au Congrès lundi dernier ne restera-t-elle pas dans les annales des grands discours de guerre, puisque "guerre" il y a. Elle a laissé sur leur faim tous ceux qui se rappellent Churchill ou de Gaulle en 1940. Images rares, argumentation (volontairement ?) confuse, élocution claire mais sans souffle. Quant au traitement - exclusivement juridico-militaire - du sujet, on aurait attendu plus de hauteur de vue et de pensée. Et quelques mots sur le problème majeur de la radicalisation…

Mais faute d’être mémorable, ce discours a répondu aux attentes immédiates des Français avec son dispositif sécuritaire. Et il a été politiquement d’une redoutable efficacité. D’abord parce que son contexte était porteur : solennité du cadre, fonction suprême de l’orateur qui peut compter sur le réflexe légitimiste de l’opinion dans un contexte de tragédie nationale. Laquelle, requérant naturellement "l’union" du même nom, rend délicate ipso facto toute velléité d’opposition.

Ce qui ne diminue en rien l’habileté tactique du Président, qui a admirablement su capitaliser sur ces atouts initiaux : recours au procédé désormais bien connu de la "triangulation" par la reprise de la thématique du camp adverse et proposition surprise d’une révision de la Constitution. Dans le premier cas, toute réaction négative de la droite sera interprétée comme de l’inconséquence : dans le deuxième, l’obligation d’un vote aux 3/5ème du Parlement la met "dans une seringue" : dire non, c’est se voir taxer de "trahir l’union nationale" ; dire oui,c’est apporter un soutien objectif au président et sa majorité.

Et ce qui devait se produire se produisit : cacophonie dès lundi entre les présidents des groupes LR et l’Assemblée et du Sénat ; chahut désastreux à l’Assemblée mardi ; chamailleries entre ténors ; voire regret gêné (ou intéressé?) d’Alain Juppé que l’on ait baissé les effectifs de la police et dela gendarmerie sous le quinquennat Sarkozy.

Et voilà le tour de force réussi ! C’est l’opposition qui est sur la défensive, accusée de l’impréparation du pays, soupçonnée de "calculs politiciens" et sommée de se justifier sur toutes les ondes !

Sa première et seule ligne de défense : "Que de temps perdu !" a été enfoncée en un clin d’oeil par un "mieux vaut tard que jamais !" repris en choeur par les médias. Seuls, dans la déconfiture d’une droite déconcertée, François Fillon et Bruno Le Maire ont su trouver des mots justes, des arguments pertinents… et des questions gênantes.

Impréparation il est vrai commune à une classe politique qui a remplacé la rhétorique, c’est-à-dire l’art de l’argumentation et de la formulation par la "com'", c’est-à-dire la posture et le parler pour ne rien dire. Or cette impréparation est désastreuse dans le contexte d’infériorité abyssale de l’opposition dans lesmédias audiovisuels, où la dissymétrie de traitement a été une fois de plus éclatante.

Curieusement, d’ailleurs comme après Charlie, aucun rappel n’a été fait des déclarations du PS et de François Hollande lui-même lors de l’affaire Merah. On n’aura pas la cruauté de les rappeler ici mais ce précédent devrait au moins inciter les nouveaux gardiens du temple de "l’unité nationale" à plus de mesure et de décence avant de morigéner les esprits sceptiques. Et que l’on n’allègue pas le contexte électoral de 2012 : les régionales ne sont-elles pas dans 15 jours ? François Hollande, lui, ne l’a pas oublié.

De même seuls les réseaux sociaux se sont mobilisés (victorieusement d’ailleurs) contre le tweet de Gaspard Gentzer, chef de la communication de l’Elysée sur les "73% de Français trouvant François Hollande à la hauteur" : pas "d’exploitation politique", avez-vous dit ?

De même encore, personne, sauf erreur, n’a daigné comparer les mesures prises depuis le 13 novembre avec les déclarations antérieures des principaux responsables de lamajorité, Premier ministre en tête, surces mêmes mesures. De la déchéance de la nationalité à l’assignement à résidence en passant par la lutte contre la propagande djihadiste, tout ce qui était, il y a 10 jours encore, réputé "impossible juridiquement", "irréaliste", "contraire à l’Etat de droit »est désormaisdevenu évidence première".

Tout se passe comme si un immense tour de passe-passe s’était opéré sous couvert d’un véritable "état d’urgence rhétorique" pour effacer le passé récent et esquiver les questions de fond. Comme celle-ci : la lutte contre le djihadisme nécessite-t-elle vraiment des innovations législatives et a fortiori une révision constitutionnelle ? Ou avant tout des ajustements réglementaires, dépendant donc du seul gouvernement, et l’application stricte des lois existantes, dépendant donc de la seule justice ? Car c’est là que le bât blesse : sur tous les sujets, des textes existent depuis des lustres mais sont très peu appliqués.

Même tour de passe-passe réalisé avec brio par le Président lui-même dans l’une des rares bonnes formules de son discours : "le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité". L’affaire est passée comme une lettre à la poste, malgré le sophisme complet qui la sous-tend : l’urgence sécuritaire auraitpu tout autant justifier la nécessité de faire des "sacrifices" ailleurs : langage churchillien qui certes ne peut être attendu de François Hollande ; mais pourquoi ne pas tout simplement exclure du calcul de notre déficit budgétaire les dépenses supplémentaires que la situation impose à la France, y compris le coût de ses interventions extérieures ?

Les règles de "l’unité nationale" doivent donc être clarifiées : elle ne saurait nullement consister en un béni-oui-oui et un effacement total de la mémoire, de l’équité et de nos engagements : François Hollande fait aussi de la politique : l’opposition a le droit d’en faire aussi.

Et les commentateurs devraient s’aviser que "l’état d’urgence" n’impose en rien l’urgence de ne plus penser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/11/2015 - 06:49
Ne vous leurrer pas !
Nous les gens ordinaires savons bien que rien n'a été fait depuis des années, alors que la sonnette d'alarme était tirer la montée du FN vient entièrement de la .
L'IMPOSTEUR qui nous sert de président a heureusement reagit comme il se devait,mais pour cela il a fallut 130 morts. Le dispositif mis en place aurait du être mis il y a déjà des mois, un beau defile de bobos avec des pancartes " je suis Charlie " n'a jamais fait peur a des assassins .Maintenant on demande a voir les actes ,et surtout que la justice enferme et tienne les delinquants a l' ecart de la societe.
Mais nous n'oublierons pas tout ces politicards incapables d'avoir des couilles qui s'acrochent a leur poste comme une tique a un chien,ils sont responsables de tout ces morts et devront rendre des comptes, et ce n'est pas parce que Hollande se remue enfin qu'il va être excuser d'avoir nier la réalité et d'être enfermer dans son dogme,les élections approche et la voix du peuple va être sans appel !
Yves3531
- 23/11/2015 - 18:41
UN NUL qui revient sur ses erreurs et son inaction criminelle...
DEMEURE UN NUL !!!
tubixray
- 23/11/2015 - 17:55
Des paroles et des actes
Les paroles nous les avons eues ... mais point d'acte me semble t-il..... la gauche sociétale prête à toute les compromissions avec la diversité est à l’œuvre. ...En ce qui concerne LR, Il semble que N. Sarkozy ait perdu la main depuis l'affaire Morano.