En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 12 heures 48 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 13 heures 43 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 heures 40 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 18 heures 56 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 19 heures 40 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 12 heures 37 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 13 heures 22 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 14 heures 5 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 18 heures 48 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 19 heures 43 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 22 heures 9 min
© Flickr / Cacahouette
© Flickr / Cacahouette
Coût de vent

Pourquoi l’énergie éolienne et solaire viennent de vivre un tournant décisif

Publié le 18 octobre 2015
Selon une analyse du Bloomberg New Energy Finance (BNEF), l'énergie éolienne seraient la moins chère à produire en Allemagne et au Royaume Uni. Elle serait également en passe d'être la moins coûteuse aux États-Unis.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une analyse du Bloomberg New Energy Finance (BNEF), l'énergie éolienne seraient la moins chère à produire en Allemagne et au Royaume Uni. Elle serait également en passe d'être la moins coûteuse aux États-Unis.

Atlantico : Aux États-Unis, selon une analyse du Bloomberg New Energy Finance (BNEF), l'énergie éolienne serait devenue l'électricité la moins chère pour la première fois l'an dernier, lorsque l'on inclut les subventions étatiques. Comment les experts du BNEF expliquent-ils cela, notamment en étudiant le facteur de capacité respectif des modes de production d'énergie ? Qu'en pensez-vous ?

Stephan Silvestre : Tout d’abord, cette étude ne dit pas exactement cela. Elle indique que, d’une part, l’électricité d’origine éolienne serait devenue moins chère que celle d’origine thermique (gaz et charbon) en Allemagne et en Grande-Bretagne et que, d’autre part, on observe aux États-Unis concomitamment une baisse du facteur de capacité (ou taux d’utilisation) global des centrales thermiques et une hausse de celui des énergies renouvelables (ENR : éolienne et solaire). Ce que souligne cette étude c’est que cette inversion pourrait être le signe du démarrage d’un cycle vertueux, selon lequel la baisse du facteur de capacité des thermiques entraînerait la hausse du coût de l’électricité produite, qui deviendrait alors plus chère que l’électricité d’origine renouvelable, ce qui entraînerait une hausse de son facteur de capacité, la rendant à son tour plus compétitive que l’électricité thermique, et ainsi de suite.

En revanche, le coût actuel de l’électricité américaine d’origine thermique reste toujours très inférieur, presque de moitié, à celui des ENR, hors subventions. Si l’on intègre les subventions, l’électricité ENR devient compétitive dans quelques États par rapport au prix moyen de l’électricité à partir d’hydrocarbures (mais l’étude ne détaille pas les coûts des centrales thermiques dans ces États).

Enfin, il faut préciser qu’il existe trois postes principaux dans le coût de l’électricité : la ressource (lorsqu’il y en a une), les frais opérationnels (exploitation, maintenance) et le coût du capital (amortissement des investissements). Or, si les ENR offrent des coûts marginaux (les deux premiers postes) très faibles, elles restent pénalisées par les coûts d’amortissement, car ceux-ci sont répartis sur un volume de production assez faible.

L’investissement en matière d’énergie doit prendre en compte le très long terme. Quelle influence les énergies renouvelables peuvent-elles avoir sur le choix des investisseurs actuels qui doivent prendre en compte le très long terme ?

C’est une question majeure. Sur le long terme, on s’attend, bien sûr, à la poursuite du développement des ENR et à la contraction du thermique. Les premières sont donc plus attractives pour les investisseurs. Cependant, ceux-ci regardent de près ce que décident les autorités. Car, si elles cherchent à favoriser les ENR, elles ont aussi la mauvaise habitude de changer régulièrement de tactique. Par exemple, lorsque la France, à l’époque de Jean-Louis Borloo, avait décidé d’augmenter fortement les tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque, les investisseurs s’étaient engouffrés dans ce secteur. Mais ils durent déchanter lorsque ces tarifs furent révisés à la baisse quatre ans après pour calmer les excès du marché et soulager la facture délirante pour EDF et l’État… Il existe de nombreux autres exemples en la matière, comme le revirement du parlement européen sur les agrocarburants, celui sur les droits d’émission de CO2 ou encore la dernière modification de la fiscalité française sur le diesel. Sans compter les alourdissements récurrents de la réglementation sanitaire ou environnementale, comme les autorisations administratives à l’implantation d’éoliennes. Ils restent donc très prudents face à cette instabilité et ne se lancent que lorsqu’ils sont suffisamment confiants sur les perspectives à long terme.

Côté européen, l'énergie éolienne serait également l'énergie la moins chère à produire en Allemagne et au Royaume-Uni, même sans les aides du gouvernement, toujours selon une analyse du Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Comment les experts du BNEF expliquent-ils cela ?

Les explications avancées sont l’augmentation du facteur de capacité des parcs éoliens onshore, mais surtout l’intégration de taxes carbone dans les coûts des énergies thermiques.

En réalité, les coûts bruts de l’électricité thermique restent bien inférieurs à ceux de l’éolienne. Pour donner une idée, l’électricité éolienne allemande est affichée à 80$/MWh et la britannique à 85$/MWh, subventions incluses, à comparer aux 115$/MWh de l’électricité thermique, taxe carbone incluse ; mais, sans cette taxe, l’électricité thermique ne coûte plus que 65$/MWh aux États-Unis ou en France. Ce que reflète cette inversion du classement n’est autre que la volonté des pouvoirs publics européens de renchérir le thermique pour favoriser les ENR. De plus, il faut encore ajouter l’énorme coût des infrastructures de transport pour acheminer l’électricité éolienne de sa zone de production à celles de consommation. Les consommateurs allemands d’électricité sont témoins de cette charge sur leurs factures mensuelles…

Et en France, où en est-on, compte tenu de la part importante d'électricité produite grâce au nucléaire ? Quelle place pour les énergies renouvelables ? Peuvent-elles être compétitives ?

La France bénéficie toujours d’une électricité très bon marché  grâce à l’électronucléaire. Le coût marginal de l’électricité nucléaire reste très inférieur à celui des centrales thermiques et ENR, y compris après le durcissement de la réglementation qui a fait suite à l’accident de Fukushima et en intégrant les importantes provisions faites pour le traitement des déchets et démantèlement des centrales nucléaires. Pour le moment, les ENR ne sont pas en mesure de rivaliser avec le nucléaire. De plus, il y a le problème de l’intermittence, qui ne leur permet pas de se substituer entièrement à la production actuelle. Il est nécessaire de distinguer trois types de centrales : on parle d’électricité de base pour celle qui doit être produite en permanence toute l’année (en France, par le nucléaire et l’hydraulique), de semi-base pour la production complémentaire hivernale (surtout du thermique) et de pointe pour les jours de très grande consommation (hydraulique et thermique). Les ENR ne peuvent répondre, ni aux besoins de pointe (conditions anticycloniques hivernales nocturnes), et peu aux besoins de semi-base (en plein hiver, lorsque le solaire ne produit plus) ; il reste l’électricité de base, en complément des centrales nucléaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 20/10/2015 - 10:45
COP21 ?
Pourquoi cet article?tant que l'on ne saura pas stocker l'électricité les éoliennes c'est du pipeau au profit de quelques groupes et au détriment du consommateur. EDF vous annonce régulièrement qu'il faut 2,5% d'augmentation du tarif tous les ans ...
vous verrez d'ici le" triomphe "cop21 de notre Président normal :tous les jours les médias vont nous abreuver de la fin de l'energie conventionnelle , heureusement mr Sylvestre a l'honnêteté de rappeler que sans subventions tout cela est bidon
il y a pire chez nous dans le solaire
exemple ERDF fait de la pub pour équiper votre toit en
panneaux solaires ,pour vous faire sauter le pas le client béneficie d'avantages fiscaux l'électricité produite est revendue à EDF à un prix bien plus cher que celui obtenu d es centrales nucléaires/EDF mécène? mais non EDF répercute à tous ses clients la différence entre le s 2 prix de revient ( vous savez la petite ligne supplémentaire sur votre
facture)
Etonnez vous que tous les énergéticiens ne soient pas devenus "verts"
zouk
- 18/10/2015 - 13:06
Energie éolienne
Voilà une information bien tronquée: rentable? Oui SI l'on exclut les subventions d'Etat, et si elles sont prises en compte? Où en serions nous? sans compter les dégâts collatéraux que rappelle Ex abrupto, non chiffrés bien sûr, eux aussi.
Ex abrupto
- 18/10/2015 - 12:39
Eoliennes again....
Etonnant que le principe de précaution n'ait pas joué sur l'éolien. En effet, on n'a aucune idée de l'effet de cette ponction énergétique (faible) sur l'énergie cinétique des masses d'air. Or on sait que sur des systèmes hyper complexes et instables comme l'atmosphère (popularisé par l'effet papillon) de faibles modifications des conditions aux limites peuvent avoir des effets gigantesques. L'énergie cinétique est au final relachée dans l'environnement sous forme de chaleur. Même interrogation pour les hydroliennes (effets sur les courants marins). Mais moins de risques évidents dans le cas du solaire (On capte de la chaleur et on relâche de la chaleur)