En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

07.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 51 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 29 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 22 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 43 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 25 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 48 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 20 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 16 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Bourse

Des marchés agités : soyez prêts à investir en Europe et aux États-Unis en cas d’excès à la baisse

Publié le 28 septembre 2015
La réaction à la "non décision" de la Fed jeudi 24 septembre dernier concernant les taux directeurs et le lamentable épisode Volkswagen ont provoqué une forte volatilité des marchés pendant la semaine.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réaction à la "non décision" de la Fed jeudi 24 septembre dernier concernant les taux directeurs et le lamentable épisode Volkswagen ont provoqué une forte volatilité des marchés pendant la semaine.

La semaine a été très agitée sur les marchés. La réaction à la "non décision" de la FED jeudi dernier et le lamentable épisode Volkswagen ont provoqué une forte volatilité pendant la semaine. Les propos plus clairs de Janet Yellen, la présidente de la Fed, ont permis un redressement très net vendredi.

Lorsque l’on essaie d’analyser les tendances plus en détail, on s’aperçoit que le facteur commun à toutes les réflexions et toutes les interrogations se situe dans les anticipations de croissance économique mondiale : aucune zone à travers le monde n’est à l’abri d’une anticipation moins positive de sa croissance.

Récemment, ce sont l’OCDE et probablement prochainement le FMI qui ont revu (ou vont revoir) leurs prévisions de croissance mondiale à la baisse.

Dans ces périodes, ce sont plus les inflexions que les niveaux absolus qui impactent les marchés. En effet, lorsque les marchés anticipent une hausse de la croissance, aussi modeste soit-elle après une récession, le cours des actions progressent et ce même si la croissance absolue est faible. C’est un peu ce qui se passe en zone euro depuis plusieurs mois. A contrario, après une période de croissance positive, une inflexion même modeste peut être durement sanctionnée par les investisseurs. Evidemment, la confirmation de tendance négative conduit à des ventes massives sur les marchés… C’est un peu ce que nous vivons sur les marchés émergents ces derniers temps.

Dans cette période de révisions des anticipations de croissance économique, nous avions adopté une politique d’investissement plus prudente en conservant une poche de cash consistante pour atténuer les soubresauts de marchés et pour être réactifs en cas d’exagération.

La baisse des marchés de la semaine écoulée est-elle suffisante pour réaliser quelques investissements ?

Sur les pays émergents : en Asie, l’incertitude chinoise pèse encore trop pour que nous reprenions des positions. Même raisonnement en Amérique Latine : le faible niveau des matières premières devrait encore peser sur la croissance. Le cuivre représente près de la moitié des exportations du Pérou par exemple. Le faible niveau des cours du pétrole, qui devrait durer encore quelques temps, pèsent sur de nombreuses économie : Russie, Algérie, Indonésie, Brésil ou Mexique sont pénalisés.

Nous ne changeons pas notre vue sur cet ensemble de pays de ce fait : nous attendons que la situation se stabilise.

Quid des pays développés ? Beaucoup de questions sur la croissance américaine et toujours des doutes en zone euro. Les marchés ont reflété ce doute. Le Dow Jones et l’ensemble des marchés européens ont finalement assez sévèrement reculé depuis les plus hauts récents.

Sur le plan de la macro-économie et en restant focalisé uniquement sur les chiffres, que constate-t-on aux Etats-Unis ? Qu'après un bon deuxième trimestre, l’économie américaine devrait ralentir un peu pour revenir vers 2,5% en rythme annuel. Ceci explique une partie de la baisse récente. Les pessimistes envisagent un ralentissement plus marqué voire une récession pour 2016. Nous en croyons pas à ce scénario et tablons toujours sur une croissance modérée à 2-2.5% pour 2016. C’est certes moins que ce à quoi nous a habitué l’économie américaine à ce stade du cycle économique mais largement suffisant pour que les entreprises américaines continuent de dégager du profit. De plus, on peut penser que la politique monétaire de la FED restera finalement accommodante : même si la FED monte ses taux, nous serons toujours sur des niveaux historiquement bas. 

Le schéma est, toute proportion gardée, un peu le même en zone euro : une croissance relativement faible… Mais avec deux différences majeures : la Banque Centrale Européenne continue d’injecter des liquidités et les chiffres sont encore à l’amélioration en particulier sur le plan de la consommation. En effet, les taux devraient rester bas et la facture pétrolière à la baisse impacte favorablement les ménages et les entreprises.

Bien sûr, des événements comme celui de Volkswagen contribuent à entretenir la défiance. De même, la situation japonaise peut inquiéter sur la portée réelle à long-terme des politiques monétaires ultra-accommodantes.

Notre politique d’investissement à très court-terme nous conduit à conserver du cash ou des placements d’attente, mais nous commençons à regarder des dossiers qui ont fortement reculé, selon nous de manière excessive. Nous commencerons par investir sur la zone euro puis aux Etats-Unis de manière totalement opportuniste. Par contre, nous restons très très prudents sur les pays émergents au sens large et sur le Japon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires