En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Tu seras riche, mon fils!

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 2 heures 45 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 4 heures 23 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 8 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 9 heures 18 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 10 heures 22 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 12 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 12 heures 43 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 3 heures 16 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 8 heures 57 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 9 heures 33 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 11 heures 2 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 11 heures 29 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 12 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Plus de droits de vote aux actionnaires dans les entreprises : LA bonne idée de la loi Macron

Publié le 24 avril 2015
La fameuse loi Macron a beau être un projet fourre-tout, elle contient tout de même une excellente proposition : celle de donner plus de poids au vote des actionnaires de nos entreprises, ce qui les impliquerait d'avantage dans les projets qui nécessitent des investissements sur le long terme.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fameuse loi Macron a beau être un projet fourre-tout, elle contient tout de même une excellente proposition : celle de donner plus de poids au vote des actionnaires de nos entreprises, ce qui les impliquerait d'avantage dans les projets qui nécessitent des investissements sur le long terme.

La fameuse loi Macron est un projet fourre-tout, et c'est pour ça que je vais me concentrer sur une idée dont on parle ce matin, celle de donner plus de droits de vote dans les entreprises aux actionnaires de long terme.

En ce moment, cette idée fait parler d'elle car elle ne plaît pas à Renault-Nissan, dont le PDG pense qu'elle pourrait remettre en question le pacte d'actionnaire au coeur de cette alliance industrielle qui a si bien fonctionné.

Mais c'est un épiphénomène. En effet, cette réforme, si elle passe, aura des effets bien plus importants que simplement sur Renault-Nissan.

Et cette réforme est une excellente idée. En effet, si le système capitaliste, en règle générale, est sans aucun doute le meilleur pour créer des richesses, il est vrai que son problème principal est le court-termisme de ses acteurs, et notamment les actionnaires des entreprises cotées.

Aujourd'hui, le système donne très peu de raisons aux actionnaires de rester impliqués dans le long terme dans les entreprises, ce qui veut dire que le management des entreprises est plus orienté sur le court terme.

C'est grave. Le chercheur américain Clayton Christensen, reconnu comme le plus grand expert actuel de l'innovation, distingue trois types d'innovations : les innovations “empowering” (valorisantes), qui rendent des produits jusqu'alors accessibles à peu de gens à la masse (pensons à la Ford T, qui a transformé l'automobile d'un jouet pour riches à un moyen de locomotion de masse), les innovations “sustaining” (durables), qui créent de meilleures versions de produits déjà existants (pensons aux voitures hybrides et électriques par rapport aux voitures à essence), et enfin les innovations “efficiency” (d'efficacité), qui permettent de faire la même chose mais pour moins cher.

Si les trois types d'innovations sont importantes, et si il faut les trois, il y a une différence fondamentale entre les deux premières et la troisième. Ce sont les deux premières qui créent les vraies innovations de rupture. Or, un des problèmes du capitalisme des deux dernières décennies est qu'il s'est surtout concentré sur les innovations d'efficacité - faire la même chose pour moins cher - et moins sur les deux autres types d'innovations. Et la raison en est sans-doute le court-termisme des actionnaires : ce type d'innovation donne des résultats rapides, alors que les deux premiers types demandent un investissement sur le long terme.

On l'a vu au lendemain de la crise financière : dans l'après-crise, les profits des grandes entreprises ont augmenté - mais leur chiffre d'affaires est resté stable. Après plusieurs décennies, les grands groupes sont devenus experts à la baisse des coûts, et lorsque la crise est venue, pour booster leurs profits, au lieu de créer de nouveaux produits et de profiter de la crise pour prendre des parts de marché, ils ont réussi à baisser prodigieusement leurs coûts tout en faisant la même chose. Et les actionnaires les en ont récompensé. C'est le chômage et la stagnation économique qui en ont fait les frais.

Encourager les actionnaires à s'impliquer sur le long terme dans la gouvernance des entreprises est donc une excellente idée, et la réforme d'Emmanuel Macron va donc dans le bon sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marc63
- 25/04/2015 - 10:59
Et si plutôt, on foutait la paix aux entreprises
Et si l'Etat cessait un peu de tout vouloir régenter jusqu'à la vie privée des personnes physiques et morales !
Ne pourrait-on pas considérer les entreprises suffisamment responsables pour les laisser décider s'il faut ou pas distribuer plus de droits de vote aux actionnaires stables ? L'Etat ne pourrait-il pas rester à sa place ? D'autant que les politiques n'ont jamais brillé par leur capacité à gérer des entreprises privées. On peut même dire qu'ils ne les connaissent pas. Tout ce qu'ils touchent finit par pourrir. Alors de grâce, foutez-nous la paix et concentrez-vous sur les fonctions régaliennes de l'Etat que vous n'êtes même pas capables d'administrer correctement (éducation, sécurité ...)
Anouman
- 24/04/2015 - 19:16
Pas certain que ça change grand chose
Ce que les actionnaires veulent (notamment les fonds d'investissement) c'est de la rentabilité. Si la gouvernance d'autres actionnaires (à long terme) la fait baisser (même si c'est pour préparer l'avenir) ils iront voir ailleurs et il y en aura toujours qui privilégieront le court terme d'autant que certains dirigeants ne restent que le temps d'afficher de bons résultats pour aller postuler (à plus cher) ailleurs, et après eux le déluge. Et d'un point de vue individuel ils ont raison, puisque ça fonctionne.
Benvoyons
- 24/04/2015 - 17:44
En effet c'est grave pour qui je ne sais???????????????????????
??????????????????