En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 heures 40 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 5 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 11 heures 18 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 10 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 13 heures 14 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 13 heures 38 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 9 heures 52 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 10 heures 28 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 11 heures 57 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 12 heures 24 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 13 heures 39 min
© DR
© DR
Le Nettoyeur

Pourquoi la France ne parvient pas à dupliquer la magie de la Silicon Valley

Publié le 10 avril 2015
"Pépites", "jeunes pousses", etc... Le langage utilisé en France pour parler de l'entrepreneuriat de manière soit-disant positive ne révèle en fait que la volonté du gouvernement d'empêcher nos start-up de grossir et de marcher sur les plates-bandes des grosses entreprises et de la fonction publique.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Pépites", "jeunes pousses", etc... Le langage utilisé en France pour parler de l'entrepreneuriat de manière soit-disant positive ne révèle en fait que la volonté du gouvernement d'empêcher nos start-up de grossir et de marcher sur les plates-bandes des grosses entreprises et de la fonction publique.

Le langage que nous employons est souvent bien révélateur, chacun le sait. Mais parfois il peut non seulement être révélateur mais aussi influer sur la manière dont nous pensons. Plus difficile d'employer un concept pour lequel on n'a pas de nom...

C'est pour cela que le langage utilisé en France autour de l'entrepreneuriat est très intéressant. Nous avons une attitude paradoxale par rapport à l'entrepreneuriat. Depuis quelques années, en tous les cas depuis de nombreux coins, il est difficile de ne pas tomber sur quelqu'un qui va chanter des louanges à l'idée de l'entrepreneuriat, de l'innovation, des start-ups, etc.

Mais en même temps, en-dessous de tout ça, se situe toujours un petit refrain lançinant, peut-être inavoué, qui raconte que, en fait, tous ces trucs, c'est de la blague. C'est peut être rigolo, ces histoires de startups, mais dans la vraie vie, les grandes entreprises et la fonction publique, c'est quand même ça qui dure et qui sert à quelque chose. Après tout, la France est un pays où ce qui compte dans la vie c'est d'avoir un statut, et l'entrepeneur est par définition celui qui n'a pas de statut, puisqu'il peut tout perdre du jour au lendemain.

Et puis surtout, les start-up, c'est très sympa, à condition qu'elles restent petites. Tout l'intérêt d'une économie de l'innovation, ce n'est pas, en soi, les start-ups, c'est que quand on a beaucoup de start-ups, on augmente les chances que l'une d'entre elle devienne un des géants de demain. C'est cette magie de la Silicon Valley que l'on n'arrive guère à reproduire en France. Mais voilà : une start-up qui devient un géant de demain, forcément, elle le fait en mangeant sur les plates-bandes des géants d'aujourd'hui. Et ça, en France, on n'aime pas. Des petites start-ups, c'est rigolo, ça fait bien dans le paysage. Une start-up qui deviendrait grande ? Qui se mettrait à mettre en difficulté des entreprises centenaires, avec des énarques au comité de direction et tout ? Vous n'y pensez pas.

Notre langage reflète parfaitement ça. On entend sans cesse parler de “jeunes pousses” : quelque chose de fragile, de petit, de facilement méprisable et, au fond, de pas très important. On met d'ailleurs nos “jeunes pousses” dans des “incubateurs” pour bien renforcer l'image que la start-up et fondamentalement quelque chose de petit, fragile et inconséquent.

Autre expression qui revient sans cesse dans le discours : on parle de “pépite.” Là encore : l'image est parfaite. Une pépite, c'est sympa, c'est joli, on est content de la trouver, mais c'est petit et, en soi, sans valeur.

Pourquoi plutôt ne pas parler de “monstres” ? De “dragons” ? De “tornades” ? De “moteurs” ?

Que sais-je encore ?

Peut-être faudrait-il lancer une grande consultation nationale pour donner des noms aux start-ups qui soient dignes de leur vrai potentiel.

D'ailleurs, y'a peut être une idée de business là-dessous...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 13/04/2015 - 00:32
Les (bonnes raisons) de ne pas entreprendre en France :
1/ La taxe, la gabelle , la spoliation. 2/ La haine de la réussite venant d'en bas de la part des syndicats, élites intellectuelles, artistiques, médiatiques pourtant indument subventionnées au travers de la dette et de la taxe sur les créateurs de richesses. Si l'on réussit dans ce pays c'est qu'on est corrompu, que l'on fraude l'état ou que l'on méprise ses salariés financièrement et humainement ou tout cela à la fois. 3/ La certitude bien ancrée chez les politiciens provenant pour l'essentiel de la fonction publique, que la France ne vit que par et pour l'administration, d’où le mépris de l'entreprise libérale, cette liberté leur est insupportable, leur contrôle doit être total. Jeune entrepreneur, fuit ce pays si tu le peux, le monde est vaste et les opportunités nombreuses !
adroitetoutemaintenant
- 11/04/2015 - 00:58
Un autre exemple
Regardez la Marisol de la santé qui démolit un système gagnant.
jurgio
- 11/04/2015 - 00:00
Nous avons un contexte exécrable, c'est un fait
mais aussi les États-uniens ont chez eux ceux qui fabriquent les composants hi-tech. Ils sont ainsi les premiers servis et gagne sans cesse une avance technologique. On les concurrence sur des terrains déjà piétinés. Dur.