En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

01.

Cette semaine à Wall Street

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 1 heure 57 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 3 heures 38 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 7 heures 8 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 7 heures 47 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 10 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 11 heures 13 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 2 heures 25 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 4 heures 6 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 9 heures 19 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 11 heures 17 min
© Allociné
© Allociné
L'atlanti-question

Y a-t-il des enfants méchants ?

Publié le 29 janvier 2015
A l’heure où le « profil » des jeunes Français embrigadés par le terrorisme semble de plus en plus difficile à cerner, la question de l’éducation, du rapport parents-enfants se pose plus que jamais. Et avec elle, celle de la façon dont le caractère, la psychologie de l’enfant se construisent. Dépendent-ils entièrement de l’attention de ses « tuteurs » ? Sont-ils inscrits en lui dès sa naissance ? Nous avons posé la question à la psychothérapeute Hélène Molière…
Hélène Molière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Molière est psychanalyste et psychothérapeute à Paris 9e. Elle travaille en qualité de psychologue clinicienne, diplômée de l'université de Paris 7, au CMPP de Chelles (77). Elle vient de publier "Harcelés, harceleurs. Une histoire de...
Voir la bio
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’heure où le « profil » des jeunes Français embrigadés par le terrorisme semble de plus en plus difficile à cerner, la question de l’éducation, du rapport parents-enfants se pose plus que jamais. Et avec elle, celle de la façon dont le caractère, la psychologie de l’enfant se construisent. Dépendent-ils entièrement de l’attention de ses « tuteurs » ? Sont-ils inscrits en lui dès sa naissance ? Nous avons posé la question à la psychothérapeute Hélène Molière…

Barbara Lambert : A priori, un enfant est une sorte de « page vierge », « impressionnable »… il n’est que ce que ses parents en font. Est-ce le cas ?
 

Hélène Molière : L’enfant est impressionnable certes et son premier environnement laisse en lui des traces ineffaçables. Cet environnement ne le programme pas pour autant,  sinon les frères et sœurs auraient tous la même personnalité, ce qui est loin d’être le cas.

BL : A l’école, dans leurs jeux, les enfants peuvent se révéler parfois extrêmement cruels. C’est un stade par lequel ils doivent passer ? Est-il possible qu’ils restent coincés à ce stade ?

HM : Quand un enfant de 2 ou 3 ans enfonce ses doigts dans le corps mou d’un escargot qui se recroqueville dans sa coquille, il ne le fait pas par cruauté, mais par curiosité, pour voir. Il explore, il  expérimente. Ce qu’il fait peut être cruel, mais lui n’est pas cruel. A cet âge-là, il ne distingue pas le bien du mal, c’est pourquoi la notion de gentil et de méchant n’est pas encore de mise. Progressivement, son entourage va lui dire ce qui est permis et ce qui ne l’est pas en mettant des mots sur ce qu’il vit et sur ce qu’il ressent. Vers 6 , 7 ans il sera en principe capable de distinguer le permis et l’interdit, d’être dans l’empathie, de percevoir la souffrance de l’autre, de s’intégrer au groupe et de différer pour obtenir satisfaction. 

BL : On constate souvent de vraies différences, parfois des contrastes saisissants, entre les membres d’une même fratrie qui, a priori, ont été élevés de la même façon, dans les mêmes conditions. Comment expliquer cela ?

HM : Cela étonne toujours, mais à y regarder de plus près, tout les différencie : leur prénom d’abord, leur date de naissance, leur place dans la fratrie : chacun arrive à un moment différent dans la vie de ses parents. D’autre part, les parents ne sont pas des machines, ils se comportent différemment avec chacun des enfants qui ne sont pas programmables comme des ordinateurs. Chaque enfant d’une même fratrie établit par conséquent une relation particulière avec ses parents. Au-delà des a priori, on peut donc dire qu’aucun des frères et sœurs n’est élevé de la même façon, voire même qu’aucun des frères et sœurs n’a les mêmes parents.

BL : Qu’est-ce qui fait qu’un enfant devient gentil ou méchant : l’amour, et rien d’autre ?

HM : L’amour est nécessaire, mais pas suffisant. L’enfant a besoin d’être protégé, cadré, écouté, regardé. Il y a une forme d’amour parental qui peut être nocif et étouffant : celui qui consiste à tout passer à son enfant ou bien à le prendre pour sa chose, pour une extension de soi, pour sa mascotte, son précieux, son doudou. Est-ce encore de l’amour ? Le but de l’éducation, c’est d’amener l’enfant à grandir de façon à ce qu’il puisse trouver sa place dans la société.

BL : Pourquoi un enfant est-il méchant ? Pour attirer l’attention ? Quelle est la logique de la « méchanceté » ?

HM : Les psychanalystes ne parlent pas de méchanceté mais d’agressivité. L’agressivité est nécessaire à la construction de soi. Avant trois ans, la violence est en-deçà du bien et du mal. Vouloir l’éradiquer à cet âge aboutirait à priver l’enfant des futures armes de sa vie sociale, cela mènerait à le dresser, mais non à l’éduquer. En parlant avec ses proches, en jouant avec eux, en manifestant son plaisir et son déplaisir, l’enfant entre progressivement dans le langage et va alors pouvoir vivre en société. Les parents ou ceux qui s’occupent de l’enfant sont ses premiers modèles, ils doivent poser ces interdits à temps avec tact.  

BL : A partir de quand se forme le « caractère » d’un enfant ? On dit que tout commence bien avant la naissance…

HM : Tout commence bien avant la naissance sans doute, mais rien n’est jamais définitivement déterminé pour autant. L’environnement affectif et culturel jouent un rôle certain, mais le développement d’un individu n’est pas réductible à ces paramètres, et son avenir n’est pas prédictible. Quels que soient les milieux, il y a la même proportion de névrosés, de névropathes ou de personne épanouies ! 

BL : Y a-t-il un seuil au-delà duquel on ne peut plus rien faire pour réformer le caractère d’un enfant difficile ?

HM : Plus on avance en âge, plus la personnalité se structure, et moins il y a de souplesse. Cependant, rien n’est jamais joué définitivement chez l’être humain. Il y une part de libre arbitre et l’homme est toujours sujet de son destin. Les rencontres et les circonstances peuvent amener des changements spectaculaires. C’est ce que l’on constate tous les jours dans notre travail de psychanalyste.

BL : Le mode d’éducation actuel, qui place l’enfant au cœur de tout, qui en fait une sorte de « roi », accentue-t-il le risque de faire un enfant despote, ingérable ?

HM : Tous les enfants d’aujourd’hui ne sont pas des enfants rois, heureusement. L’enfant est désormais considéré comme une personne à part entière, ce qui est bien. On a tendance en revanche à oublier qu’il n’est pas une grande personne mais une petite personne et il faut des grandes personnes pour montrer la voie aux petites, faute de quoi les petites restent sans repères. Elles risquent alors de s’autocensurer à outrance et de devenir complètement névrosées, ou à l’inverse, de s’installer dans la toute-puissance et de se faire despotes.

BL : Les enfants d’aujourd’hui sont-ils plus « durs », et potentiellement plus « méchants » - par quoi j’entends indifférents au sort des autres -, que ceux d’hier ?

HM : Les enfants d’aujourd’hui ne sont ni plus durs, ni plus méchants qu’avant, simplement la violence est plus médiatisée, pour le meilleur et pour le pire et elle prend des formes différentes. Le cyberharcèlement par exemple fait partie des nouveaux visages que peut prendre la violence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 29/01/2015 - 09:55
Bien sûr, ils le sont tous !
Il n'y a que des enfants méchants, vicieux, menteurs, cruels, rancuniers, voleurs... des humains en somme. Passez une journée dans une école, vous le constaterez !
Anguerrand
- 28/01/2015 - 08:01
Le théorie de Mme Moliere
Amene directement à l'enfant roi, celui qui emm....tous le monde en reunion. Je pense avoir au contraire canalisé la "méchanceté " de mes 2 fils et ils ont chacun une personnalité forte, contrairement à ce qu'affirme l'article ci dessus, c'est aussi la présence de couple hétéro qui forge un enfant , et se retrouve prêt à vivre la vie réelle. L'homme et la femme, ont chacun un rôle différent . C'est aussi pour cela que je ne crois pas que les couples homos soient le meilleurs pour l'enfant. L'enfant sera sûrement aimé mais quid de sa préparation à la vie quotidienne et des sarcasmes entre enfants, déjà entendu " le fils des pédés" ou ce genre de gentillesses que les enfants adorent se faire entre eux.
Leucate
- 27/01/2015 - 12:56
Lord of the flies - Sa Majesté des mouches
Je crois que la photo illustrant l'article de Mmes Molière et Lambert est tirée du film de 1963 tiré du roman de William Golding de 1956.
Un avion transportant exclusivement des garçons anglais issus de la haute société s'écrase durant le vol sur une île déserte. Le pilote et les adultes accompagnateurs périssent. Livrés à eux-mêmes dans une nature sauvage et paradisiaque, les nombreux enfants survivants tentent de s'organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale, sauvage et violente bâtie autour d'un chef charismatique et d'une religion rudimentaire. Offrandes sacrificielles, chasse à l'homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d'un retour à un état proche de l'animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur existence.