En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 22 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 7 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 48 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 5 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 12 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 10 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 59 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 54 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Le nettoyeur

2015, année d'une nouvelle crise de l'euro ?

Publié le 02 janvier 2015
Si le plus gros de la crise est derrière nous, aucune réforme structurelle n'a été menée au sein de l'Union européenne. Ce qui veut dire qu'une nouvelle crise est inévitable. Toute la question est de savoir quand...
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le plus gros de la crise est derrière nous, aucune réforme structurelle n'a été menée au sein de l'Union européenne. Ce qui veut dire qu'une nouvelle crise est inévitable. Toute la question est de savoir quand...

Sur l'horizon de 2015, je vois un nuage bien noir : c'est la zone euro.

En effet, l'urgence de la crise est derrière nous, mais aucun des problèmes sous-jacents n'a été réglé. Ce qui veut dire qu'un nouvelle crise est inévitable. La question est : quand ?

Le problème fondamental de conception de la zone euro n'est toujours pas réglé. Si plusieurs pays, a fortiori des pays de productivité différente, ont la même zone monétaire, cela veut dire qu'à un instant T, il y aura certains pays pour lesquels la politique monétaire sera trop généreuse, et/ou d'autres où la politique monétaire sera trop restrictionniste. Une politique trop généreuse crée de l'inflation et/ou des bulles spéculatives ; une politique trop restrictionniste crée du sous-emploi.

Dans les années 2000, l'euro a créé des bulles spéculatives dans les pays de la périphérie de la zone euro. Aujourd'hui, la politique trop restrictive condamne la zone euro au marasme économique.

Les tensions au sein de la zone euro ne sont pas accidentelles, elles sont structurelles. Et plus le marasme économique se prolonge, plus ces tensions économiques se traduisent en tensions politiques, qui menacent la survie de la zone euro.

Au départ, ce problème devait être réglé par des réformes structurelles dans les pays périphériques, qui devaient augmenter leur productivité au niveau de celui des pays du “coeur” de la zone euro. C'était l'objectif du fameux Agenda de Lisbonne (vous en souvenez-vous ?). Et, a priori, ce n'était pas idiot : qui peut dire ce qui se serait passé si, par exemple, l'énorme expansion du crédit en Espagne dans les années 2000 s'était versée dans des activités productives plutôt que dans une bulle immobilière ? Seulement voilà, les réformes en questions n'ont pas eu lieu.

Aujourd'hui, même maux, mêmes remèdes : toujours plus de réformes structurelles. Mais voilà, il est fort possible que ça soit trop tard. Sans réelle relance fiscale, et surtout monétaire, il y a fort à parier que les réformes structurelles, même si elles ont lieu - ce qui est tout sauf sûr - n'apporteront pas la croissance.

Avec ses pressions démographiques, ses rigidités sociales, une mondialisation qui empêche d'être compétitif à bas coût, et une monnaie qui rend difficile de vendre à forte valeur ajoutée, relancer la croissance en Europe n'est pas une mince affaire...

Et s'il n'y a pas de croissance, les tensions politiques continueront, jusqu'à la prochaine crise. Et si l'euro a échappé à la dissolution de justesse à la dernière crise, qui peut affirmer qu'il y échappera encore la prochaine fois ? La dissolution de l'euro est peut être encore la meilleure chose pour l'Europe sur le long terme, mais sur le court terme, les conséquences économiques seront certainement catastrophiques...

Voilà, donc, dans l'horizon économique, ce qui m'inquiète le plus pour 2015.

Cette crise aura-t-elle lieu en 2015 ? Bien malin qui peut l'affirmer. Mais elle aura lieu un jour. Et il n'y a pas moins de raisons pour qu'elle ait lieu en 2015 que pour qu'elle ait lieu à un autre moment.

Bonne année !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 04/01/2015 - 18:13
Zone mark
La zone euro c est en fait la zone Mark .
Difficile de faire accepter à l échelle d un continent une idéologie économique allemande.
C est évident que cela se terminera rapidement
Ex abrupto
- 04/01/2015 - 15:58
Faire revenir les pays
Faire revenir les pays divergents (la Grèce aujourd'hui, le Portugal, la France demain...) à leur monnaie nationale avec un taux de change fixe par rapport à l'Euro comme on gérait cela au moment de L'ECU. Et on réajuste cette parité à travers une chambre de compensation des imports exports périodiquement....
kiki08
- 02/01/2015 - 23:58
mais non , tout vas bien !!
on a le foot a la télé , la bière a la main , ( le nez gonflé et rouge , les yeux globuleux, un strabisme convergeant) on crie comme des abrutis quant il y a but . crise , euro , mais kèke y dit lui.