En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 8 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 11 heures 19 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 13 heures 11 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 15 heures 31 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 15 heures 33 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 15 heures 53 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 16 heures 47 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 8 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 11 heures 9 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 13 heures 6 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 15 heures 43 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 17 heures 35 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 9 heures
L'atlanti-question

Peut-on être incapable d'aimer ?

Publié le 02 janvier 2015
Existe-t-il des personnes qui peuvent se passer d’aimer, qui s’auto-suffisent et n’ont avec l’Autre qu’une relation « utilitaire » ? Peut-on, suite à une blessure, souffrir d’une incapacité réelle à éprouver des émotions et des sentiments ? Quelles sont les conditions pour aimer et être aimé ? Nous avons posé la question au philosophe Frédéric Lenoir qui a consacré un conte à ce sujet – pour les petits et surtout pour les grands…
Frédéric Lenoir
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lenoir est philosophe et romancier. Ses ouvrages sont traduits dans une vingtaine de langues. Citons parmi ses derniers livres le Petit Traité de vie intérieure (Plon, 2010), L'Âme du monde (Robert Laffont, 2012) et Coeur de Cristal (Robert...
Voir la bio
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Existe-t-il des personnes qui peuvent se passer d’aimer, qui s’auto-suffisent et n’ont avec l’Autre qu’une relation « utilitaire » ? Peut-on, suite à une blessure, souffrir d’une incapacité réelle à éprouver des émotions et des sentiments ? Quelles sont les conditions pour aimer et être aimé ? Nous avons posé la question au philosophe Frédéric Lenoir qui a consacré un conte à ce sujet – pour les petits et surtout pour les grands…

BL : Y a-t-il des gens plus aptes à aimer que d’autres ? Avons-nous tous les mêmes chances d’aimer à la naissance ?

Frédéric Lenoir : Nous ne pouvons donner que ce que nous possédons. Un enfant qui a été mal aimé ou a reçu peu d’amour aura plus de mal à s’aimer, et du coup à aimer les autres de manière juste. Il n’y a sans doute pas d’inégalité génétique face à l’amour, mais une grande inégalité à travers l’environnement familial qui marque en profondeur notre manière d’aimer. Cependant je ne crois pas que notre capacité d’aimer puisse être à jamais altérée  par les blessures d’amour de la petite enfance. Un chemin de résilience et de guérison du cœur est toujours possible.

BL : Est-ce que certaines personnes peuvent se passer d’aimer quelqu’un d’autre, être en quelque sorte, « autonome » amoureusement ?

FL : Je crois qu’on peut être autonome « amoureusement », autrement dit vivre un célibat heureux, mais je suis convaincu qu’on ne peut pas se passer de relations affectives : amitiés, liens familiaux, vie spirituelle etc. L’être humain est un être de communion : il a besoin d’amour pour s’épanouir, mais cet amour ne se concrétise pas nécessairement dans une relation amoureuse qui mobilise notre libido et nos émotions de manière très intense. Si nombre d’individus ont besoin d’être amoureux pour s’épanouir, d’autres ressentent beaucoup moins ce besoin et certains le transcende totalement (les moines bouddhistes par exemple !)

BL : Peut-on passer sa vie dans l’amour de soi ? L’amour de soi peut-il remplacer l’amour de l’autre ?

FL : Il existe un lien profond entre amour de soi et amour des autres. Une personne qui ne    s’aime pas aura beaucoup de mal à aimer autrui. Mais à l’inverse une personne qui s’aime de manière excessive et narcissique aura du mal à se décentrer et à aimer les autres autrement que pour satisfaire ses besoins. On parlera alors d’un amour utilitariste, où la gratuité et le don n’existent pas. La communion authentique, qui est source du plus profond épanouissement de l’être humain, est le fruit de cet équilibre entre un juste amour de soi et un juste amour d’autrui, entre recevoir et donner, entre vouloir son propre bonheur et vouloir celui d’autrui.

BL : Est-ce que l’autre ne nous manque pas forcément, un jour, fatalement ? Pourquoi ?

FL : Parce que l’être humain est un être de relation fait pour la communion. Les grands égoïstes qui ont fait le vide autour d’eux sont probablement les plus malheureux des êtres. Un individu pauvre, mais bien entouré, est certainement plus heureux qu’un milliardaire qui n’aime personne et que personne n’aime.

BL : Si nous avons un tel besoin de l’autre, pourquoi est-ce si difficile d’aimer ?

FL : La difficulté est triple. Tout d’abord nous sommes conditionnés dans notre manière d’aimer par notre enfance. Un homme, par exemple qui a été rejeté par sa mère, aura peur inconsciemment d’être rejeté par les autres femmes et se mettra le plus souvent en situation  d’être objectivement rejeté pour confirmer sa croyance qu’il n’est pas aimable ! Sans une prise de conscience et un travail sur soi (introspection, thérapie) il est difficile d’aimer lorsqu’on a eu une relation affective compliquée, inexistante ou perverse avec l’un de nos parents. Ensuite, comme nous l’avons vu, la relation se fonde sur un mélange subtil d’égoïsme (j’aime l’autre pour ce qu’il m’apporte) et d’altruisme (j’aime l’autre pour lui-même) et cet équilibre est toujours  fragile et complexe. Enfin la relation amicale comme la relation amoureuse exige réciprocité pour être épanouissante : or parfois l’un aime et l’autre non,  et, assez souvent, l’un aime plus que l’autre !

BL : Celui qui ne s’aime pas, dites-vous, ne saura jamais aimer…Est-ce que cela veut dire que le plus dur n’est pas d’aimer l’autre, mais de s’aimer, soi ?

FL : C’est la base. Si on n’a pas été aimé de manière « suffisamment bonne » comme le dit le psychanalyste Winnicott, on aura souvent besoin de faire un travail de réparation à travers une thérapie pour être capable de s’aimer soi-même et donc d’aimer les autres de manière juste (et pas simplement de les désirer, de les posséder, ou à l’autre extrême de se sacrifier pour eux).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 29/12/2014 - 13:48
Bien sur
si on manque de la carte de cœur!