En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 22 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 7 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 48 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 13 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 11 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 27 sec
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 12 heures 55 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Une idée simple pour réformer l'école (en contournant la bureaucratie de l’Éducation nationale)

Publié le 03 octobre 2014
Les quatre pendants de cette proposition seraient de donner à des établissements volontaires une autonomie complète, de changer leur mode de financement, de baser l'admission des enfants sur une loterie et d'évaluer les résultats.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les quatre pendants de cette proposition seraient de donner à des établissements volontaires une autonomie complète, de changer leur mode de financement, de baser l'admission des enfants sur une loterie et d'évaluer les résultats.

L'école ne fonctionne pas. C'est ce que chacun sait, et dont personne ne veut parler.

Et chacun sait également qu'il est politiquement impossible de réformer l'Education nationale.

Alors, que faire ?

Voici une idée. Cette idée contournerait la bureaucratie de l'Education nationale en ne concernant que quelques établissements publics, sur la base du volontariat des professeurs et des parents.

L'idée serait la suivante.

Premièrement, donner aux établissements volontaires une autonomie complète. Autonomie budgétaire, autonomie de statut, autonomie de recrutement, autonomie de programmes...

Deuxièmement, changer leur mode de financement : le financement est attaché au cartable. Chaque année l'établissement reçoit une dotation budgétaire sur la base suivante : le montant moyen dépensé par l'Education nationale par élève dans chaque catégorie (maternelle, primaire, collège, lyéce), multiplié par le nombre d'élèves dans l'établissement. Plus un bonus pour les enfants dont les parents ont des revenus faibles et un malus pour les enfants dont les parents ont des revenus élevés, plus un gros bonus pour les enfants handicapés.

Troisièmement, l'admission des enfants sur la base d'une loterie. Pourquoi une loterie ? Parce que c'est ce qui permet l'évaluation. En science sociales, il existe le problème qu'on appelle le problème des variables omises. Si je change la politique de mon établissement et que mes résultats s'améliorent, qu'est-ce que ça veut dire ? Est-ce que ça veut dire que mon changement de politique a provoqué de meilleurs résultats ? Pas forcément. Ca peut aussi vouloir dire que, par exemple, les enfants dans la zone d'où viennent mes élèves ont changé de profil socio-économique, et c'est ce profil qui est la cause d'un meilleur résultat. C'est cet effet, le biais des variables omises, qui provoque tant d'études sociologiques avec des résultats contradictoires, et qui crée la difficulté d'établir un lien entre corrélation et causation. Le seul moyen de contre-carrer ce biais, c'est d'employer la même méthode que la médecine emploie pour tester un médicament: au lieu de donner un médicament à un groupe, on prend un groupe, on le divise au hasard en deux, et on donne à une moitié le médicament, et à l'autre moitié un placebo. La division au hasard fait que les causes autres que le médicament qui pourraient influer sur la santé du groupe s'annulent les unes les autres; et comme il y a ce groupe de contrôle qui a reçu le placebo, on peut savoir avec un bien plus grande certitude que les résultats sur le groupe est dû au médicament et non à d'autres causes.

L'attribution des places à l'école par loterie a le même effet : on crée un groupe témoin d'élèves, qui permet d'évaluer la performance de l'établissement avec beaucoup plus de valeur probante que les évaluations de l'éducation qui sont faites à l'heure actuelle et qui, scientifiquement, ne peuvent rien prouver. L'attribution des places par loterie réduit également l'envie que pourrait avoir l'école de choisir les meilleurs élèves, et uniquement ceux-là, pour booster ses résultats.

Ca veut dire, donc, que le quatrième pendant de ma proposition est qu'il faut une évaluation des résultats. Cette évaluation doit se faire sur des critères les plus larges possibles. Si le seul critère est, par exemple, les résultats en maths, on pourra avoir une école qui fait faire des maths 30 heures par semaine et punit les mauvais à coups de fouet. Les élèves auront très certainement de très bons résultats en maths, mais c'est un modèle que, pour des raisons morales, nous ne voudrions pas perpétuer (en tous les cas j'espère).

Il faut, évidemment, des contrôles sur des critères académiques (maths, français, et ainsi de suite), mais également des contrôles sur des critères psychologiques plus larges : confiance en soi, épanouissement, et ainsi de suite. Il existe des tests psychologiques standardisés qui peuvent donner des résultats, forcément inexacts, oui, mais utiles, sur ces sujets.

L'intérêt de cette réforme est la suivante : elle permet à la fois l'expérimentation et la preuve du concept. Ce qui tue l'éducation nationale française est que tout le monde fait tout pareil. Il faut tenter des meilleures approches, et puisque personne n'a la science infuse, il faut tenter plusieurs choses et évaluer.

De plus, étant donné les énormes résistances au changement dans l'Education nationale et la société française en général, si on veut étendre des modèles qui fonctionnent, il faut une évaluation aussi scientifique et rigoureuse que possible, qui soit la plus probante possible, pour pouvoir dire : "Vous voyez? Ca marche."

Il existe certainement une ou deux douzaines d'établissements en France qui seraient prêts à se lancer dans ces expériences. Et si plusieurs fonctionnent, d'autres établissements rejoindront le mouvement. Et vite, nous aurons une boule de neige, et, au bout de nos efforts, une école dont nous pourrons être fiers.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 07/10/2014 - 19:26
12% des enseignants malades...un gisement a exploiter
Tous les jours travailles plus de 12 % de ces malheureux qui bossent au moins 20 heures par semaines... sont malaaaades, les pov ! Le remède : les faire travailler 40 heures.
15% des enfants sortants du primaire ne savent ni lire ni compter.
Cherchez l'erreur !
brennec
- 04/10/2014 - 10:54
En rève!
Il y a erreur de perception de la part de l'auteur. Si l'efficacité était le but de l'éducation nationale, ça se saurait. Pour exemple si on se préoccupait d'efficacité pour l'apprentissage de la lecture il y a longtemps que, comme les anglais, on serait revenu a l'enseignement syllabique, un exemple parmi d'autres. Dans ces conditions je ne vais pas m'étendre sur les 'vraies' intention de l'EN mais simplement remarquer que cette idée va justement dans le sens de ce que l'EN et son tuteur ministre ne veulent absolument pas faire et qu'il n'y a aucune chance pour que cela puisse se faire.
JG
- 03/10/2014 - 23:02
Et dans les écoles hors contrat...
S'il y a de la place, il n'y a pas de loterie, idée absurde à mon sens....!!