En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 21 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 37 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 7 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 7 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 55 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Face à l'échec de l'enseignement supérieur et les résultats mitigés de l'enseignement professionnel, établissons un service militaire de formation

Publié le 05 septembre 2014
L'enseignement supérieur en France ne marche pas. Le lycée non plus d'ailleurs. L'enseignement professionnel marche un peu. La jeunesse a besoin de nouveaux horizons. Rétablissons le service militaire, mais au lieu d'en faire une simple année d'entrainement pour bidasses, faisons-en un service de formation.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enseignement supérieur en France ne marche pas. Le lycée non plus d'ailleurs. L'enseignement professionnel marche un peu. La jeunesse a besoin de nouveaux horizons. Rétablissons le service militaire, mais au lieu d'en faire une simple année d'entrainement pour bidasses, faisons-en un service de formation.

Pour tout le mal qu'on dit au sujet de l'enseignement supérieur français (et souvent non sans raison), il y a un secteur qui fonctionne assez bien dont on ne parle pas assez : l'enseignement professionnel.

Il est beaucoup plus facile de trouver un empoi après un BTS qu'après une licence et de nombreuses filières d'apprentissage marchent très bien.

De l'autre côté, nos universités sont perpetuellement en mal-être et en recherche de vocation. Avec d'un côté l'enseignement professionnel et de l'autre les grandes écoles, elles semblent n'enseigner que le “ventre mou” des jeunes que nos lycées produisent. Elles sont tiraillées entre un personnel aux positions politiques souvent gauchistes et des comparaisons internationales avec les Etats-Unis dont il semblent qu'elles ne servent qu'à nous accabler (oui, bien sûr, l'Université de Carpentras III va devenir Stanford).

Le problème est bien connu : des centaines de milliers de jeunes occupent les bancs (surchargés, délabrés) de facs qui ne peuvent pas les encadrer, qui leur enseignent des disciplines non-professionalisantes et qui les engagent dans un purgatoire LMD (ou, pour beaucoup d'étudiants, L-M-M-M) entrecoupé de stages et de jobs McDo jusqu'au sésame d'un CDI qui, comme l'horizon, recule au fur et à mesure qu'on avance vers lui. Et c'est sans parler de la crise du logement, de la précarité, de la qualité des bâtiments, du CROUS et j'en passe et des meilleurs.

Indépendamment de tout cela, tout le monde s'accorde pour dire qu'il y a un problème avec la jeunesse de ce pays. Manque d'horizons. Manque d'espoir. Manque de discipline, peut-être aussi. Manque de ce qu'on appelle parfois “le vivre-ensemble”, et peut-être de ce qu'on appelait autrefois "le patriotisme". Et une solution parfois évoquée pour ce problème, c'est le retour du service militaire.

Donc voici une suggestion : additionnons 2 et 2 pour faire 4.

L'enseignement supérieur en France ne marche pas. Le lycée non plus d'ailleurs. L'enseignement professionnel marche un peu. La jeunesse a besoin de nouveaux horizons.

Rétablissons le service militaire, mais au lieu d'en faire une simple année d'entrainement pour bidasses, faisons-en un service de formation. Après tout, l'armée a besoin pour ses propres besoins de jeunes formés à de nombreux métiers, du garagiste à l'ingénieur.

L'armée a déjà les infrastructures en place pour la formation à de nombreux métiers. En les agrandissant et en y adjoignant ceux qui sont aujourd'hui les enseignants civils, on pourrait former une grande partie de la jeunesse française.

Comme je l'ai déjà expliqué à de nombreuses reprises, l'avenir de l'université, c'est internet. Cela veut notamment dire qu'il est possible à l'armée (ou à n'importe quelle autre institution) de mettre en place des structures d'enseignement supérieur rapidement et à bas coût.

Rien de cela ne devrait forcément se faire en remplacement des institutions d'enseignement supérieur existantes et peut aussi se faire par des partenariats. Après tout, l'enseignement en apprentissage, avec moitié travail et moitié cours, existe déjà.

L'exemple d'Israël, où le service militaire est pour de très nombreux jeunes l'occasion d'obtenir une formation professionalisante, est le modèle à suivre.

Le service militaire aurait les vertus de moralisation de la jeunesse qu'on lui prête. Les jeunes qui feraient leurs études seraient logés, nourris, blanchis, ce qui aiderait déjà beaucoup leur situation. Tous les Français auraient accès à des formations efficaces, formantes, diplômantes. On règlerait pas mal de problèmes de criminalité et de chômage des jeunes et de l'enseignement, d'un coup.

Plus facile à dire qu'à faire, évidemment. Mais ça mérite peut-être d'y réfléchir...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gaxsing
- 07/09/2014 - 11:14
L'example de Singapour
On habite a' Singap depuis 20 ans, notre fils y est ne, et a commence son service militaire il y a 4 mois. Nous sommes uniquement residents permanents, mais c'est la regle dans ce pays . Le service est obligatoire pour tous les hommes. a' partir de 18 ans, pour une duree de 2 ans.
C'est une chance pour lui, il est en train de "grandir" a' vitesse grand V. Qu'y apprend il ? la discipline, l'art d'obeir, de lier des relations avec des personnes d'horizons, de races et de religion differentes, il se desintoxique de son smart phone, et n'apprend qu'a compter que sur lui meme. Apres 4 mois, il est en train de realiser qu'il ne peut evoluer que par le haut : nous pensons qu'il abordera l'universite , apres sa periode militaire, dans un tout autre etat d'esprit, que s'il l'avait integre apres le bac...Oui, on pense que le retablissement d'un service militaire obilgatoire en France , aurait beaucoup de sens. Malheureusement, meme dans un environnement privilegie, comme le notre a' Singap, les enfants sont tous plus au moins dans la meme bulle, et rien ne peut les en faire sortir, sauf ce style de formation obligatoire, qui a le merite de brasser les populations.
assougoudrel
- 06/09/2014 - 23:15
Oui, mais un Certificat d'Etude
du niveau que celui que j'ai passé dans les années 60 et non un truc comme le BAC actuel, qu'on refile même aux gogols.
Pourquoi-pas31
- 06/09/2014 - 19:24
La fin de l'illettrisme
Une méthode à tester :
Remettons en place un Certificat d'Etudes Primaires.
Tous les élèves de fin de cycle primaire passent cet examen, contrôlé et noté par un jury indépendant de l'établissement concerné.
Un pourcentage de réussite est déterminé pour chaque groupe scolaire.
Le salaire de tous les enseignants du groupe scolaire concerné sont établis chaque année en fonction du pourcentage de réussite pour l'année précédente.
Ex : salaire de base 2000 € avec 90 % de réussite donne un salaire réel de 1800 €.
Les enseignants vont vite se tenir les coudes pour faire réussir leurs élèves. Les mauvais prof seront mis à l'écart.