En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 13 heures 29 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 heures 25 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 19 heures 25 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 12 heures 22 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 13 heures 7 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 13 heures 51 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 18 heures 33 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 19 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 21 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Ces péchés d'omission de François Hollande, ou pourquoi l'économie française va si mal

Publié le 25 juillet 2014
La justification idéologique de mesures économiques appliquées à la France émane des institutions de l'Union européenne. François Hollande aurait pu, comme il l'avait promis pendant sa campagne, s'opposer à cette idéologie. Il ne l'a pas fait. Et pendant ce temps, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La justification idéologique de mesures économiques appliquées à la France émane des institutions de l'Union européenne. François Hollande aurait pu, comme il l'avait promis pendant sa campagne, s'opposer à cette idéologie. Il ne l'a pas fait. Et pendant ce temps, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.

“Les économistes sont à court de termes pour décrire à quel point l'économie française va mal.” C'était le titre malheureusement juste du site américain d'information économique Business Insider lorsque sont sortis les derniers chiffres de la production industrielle.

“Nous sommes à court d'adjectifs négatifs pour décrire les données économiques en France ; les chiffres principaux de la production industrielle sont vraiment effroyables, était la citation de Claus Vistesen, économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Mais je ne vous apprends rien.

Et cette situation n'est pas la faute de François Hollande, ou moins pas directement. Ses péchés sont des péchés d'omission : ce qu'il aurait dû faire, plutôt que ce qu'il a fait. On pourra rétorquer que pour un chef d'Etat comme pour tout dirigeant les péchés d'omission sont des péchés d'action, et on n'aurait pas tort.

Le problème est simple et reste le même depuis le début de la crise de l'euro, comme je ne cesse de le répéter : c'est celui de la quantité de monnaie.

Le même rapport qui signalait le déclin de la production industrielle en France alertait aussi des tendances déflationnistes, avec un taux d'inflation de 0.5%, plus faible que les 0,7% prévus, ce qui est déjà trop faible.

A chaque instant T, il y a une quantité totale de monnaie disponible dans toute économie. Si, par rapport à la capacité totale de production de l'économie, la quantité de monnaie est trop importante, il y aura une augmentation généralisée des prix (puisqu'une quantité trop importante de monnaie sert à acheter une quantité trop faible de biens et services) ; si la quantité de monnaie n'est pas assez importante, il y aura une stagnation économique généralisée (puisque les consommateurs et entreprises n'ont pas assez d'argent pour acheter tous les biens et services que l'économie produit). Comme on le voit par les chiffres de l'inflation (quasi nulle) et ceux du chômage (hors normes), nous sommes dans le second cas de figure.

Ce qu'on appelle les réformes dites de structure, comme leur nom est censé l'indiquer, sont des réformes dont l'objectif est d'augmenter la capacité totale de production de l'économie. In abstracto, et indépendamment des mérites de telle ou telle réforme en particulier, c'est certainement une bonne idée de vouloir augmenter la capacité de production. Mais si la quantité totale de monnaie dans l'économie est trop faible, quelque soit la capacité de production, la sous-activité et le sous-emploi resteront présents.

Or, quel est la situation de la France par rapport à la création de monnaie ?

Il y a, en gros, trois manières de créer de la monnaie : la politique de la banque centrale, la politique budgétaire de l'Etat, et le crédit bancaire.

Le crédit bancaire est en retrait, puisque les banques agissent rationnellement en anticipant les capacités futures de l'économie. Autrement dit, si l'économie va être mauvaise, les gens risqueront de moins rembourser, et donc les banques prêteront moins (et donc créeront moins de monnaie). Oui, il s'agit d'une prophétie auto-réalisatrice et d'un cercle vicieux. En France, se rajoute le problème de la cartélisation du secteur bancaire, où l'absence de concurrence jugule le crédit.

Pour casser ce cercle vicieux où la récession se prolonge elle-même du fait de la frilosité rationnelle des banques, la théorie économique propose deux outils : la politique monétaire et la politique fiscale.

En augmentant ses déficits (c'est-à-dire en augmentant sa dépense et/ou en baissant les impôts), l'Etat augmente la dépense totale de l'économie, c'est-à-dire la quantité totale de monnaie en circulation dans l'économie. C'est la politique budgétaire.

L'autre instrument, c'est la politique monétaire. La banque centrale peut soit baisser ses taux directeurs, ce qui pousse en théorie les banques à prêter plus d'argent, soit verser directement de l'argent aux citoyens.

Or, les faits têtus sont les suivants. La politique budgétaire du gouvernement est une politique d'austérité ; indépendemment de diverses annonces, l'objectif budgétaire du gouvernement reste entièrement à la baisse, ou au moins le maintien, des déficits. Et la politique monétaire de la BCE reste infiniment plus préoccuppée par l'inflation que par les chiffres économiques et donc opposée à une vraie création monétaire.

Et dans les deux cas, la justification idéologique de ces mesures émane des institutions de l'Union européenne. C'est pour cela que je dis que les péchés de François Hollande sont des péchés d'omission : il aurait pu, comme il l'avait promis pendant sa campagne, s'opposer à cette idéologie (qui, soit dit en passant, est objectivement réactionnaire). Il ne l'a pas fait.

Et pendant ce temps, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henrykardo
- 27/07/2014 - 00:26
A côté de la plaque, à fond.
Vous êtes le fondateur d'une " entreprise de recherche de marché " ?
Mais avez-vous jamais mis les pieds dans une véritable entreprise, de celles qui produisent des biens ou des services ?
Probablement pas, ou alors pas souvent, sinon vous n'écririez pas de telles inepties de technocrate.
Moi, je connais des PME qui refusent des commandes parce qu'elles ne veulent pas prendre le risque d'embaucher dans les conditions du code du travail actuel.
La grande misère de la France elle est là et si vous étiez sorti du territoire pour ne serait-ce que mettre le nez en Allemagne (où j'ai vécu 15 ans), vous comprendriez immédiatement pourquoi ils explosent et pourquoi on implose.
Pas besoin finalement de Hollande et de la gauche criminelle pour nous mettre à genoux, les intellos libéraux le font tout aussi bien.
Quand je pense que je viens de m'abonner à un site qui laisse la plume et la parole à des gens comme vous ....
Anguerrand
- 26/07/2014 - 19:42
À vangog nationaliser le banques!....Mitterrand pas loin!
Vous vous revendiquez du FN, alors nous y voilà , la politique de gauche n'est pas loin au FN. Expliquez d'abord avec quel argent nationaliser les banques ,et ensuite les banques prêtent peu car bien heureusement pour ses clients elles doivent renforcer leurs fonds propres, il en va de la sécurité des déposants. Bien entendu elles ne peuvent pas tout à la fois beaucoup prêter et renforcer leurs fonds propres, il faut choisir entre 2 maux. Croyez moi si MLP arrivait au pouvoir elle ne ferait pas tout à fait ce qu'elle promet pour des raisons financières et de réalisme économique essentiellement.
john mac lane
- 26/07/2014 - 15:35
Il faut tuer Keynes! On est mal parti et encore pour longtemps
Entre les gauchiste et la droite Keynésienne on est mal barré.
Y'en a encore des Keynésiens qui croient que manipuler la monnaie créera de la richesse.
Le capitalisme est un système de pertes et de profits dans lequel les entrepreneurs qui survivent sont les plus capables d’être en adéquation avec les besoins de la société. Si le produit à la mode sont les pommes, plus que les poires, manipulation la monnaie rendra les pommes ou les poire plus ou moins chère selon la masse de monnaie manipulée, mais n'aura aucun effet sur le marché, les pommes se vendrons toujours plus que les poires.